« Projections » : Difuz, Hien et Nubian exposent en trio à la Galerie Nicolas Xavier

Par |
projections-exposition-galerie-nicolas-xavier-montpellier

La Galerie Nicolas-Xavier présente une exposition collective du samedi 6 avril au samedi 4 mai 2019. L'occasion de découvrir les dernières créations de ces trois artistes montants de la scène artistique urbaine contemporaine.

Un dialogue captivant entre réel et imaginaire, rêves et réalité

Cette exposition traite de l’humain dans sa subjectivité à travers un dialogue entre réalité et rêves et la scénographie proposera une alliance et un échange entre de l’illustration, de la peinture mais également des techniques diverses dont la résine. Une découverte des œuvres contemporaines et inédites éveillant l’imaginaire.

Difuz ​

« Né en 1985 à Paris, Diego aka Difuz graffe depuis l’âge de 13 ans dans le sud-est de la France. Il représente aujourd’hui la scène de l’art urbain marseillais.
En 2009, au retour d’un voyage en Amérique du Sud, terre de ses origines, il décide de se consacrer totalement à la peinture et à l’illustration. C’est à ce moment-là qu’il commence à développer son univers. Un monde figuratif issu des cultures urbaines traitant essentiellement du quotidien contemporain. Il invente et développe une société emplie de personnages et de saynètes où le réel et l’imaginaire se confondent parfois. Le travail du lettrage est aussi important et fait référence à toute son inspiration venue du graffiti. Les œuvres présentées sont dans la lignée de sa série sur les gens des villes et leur quotidien. Toujours entre réel et imaginaires. Seul ou dans la foule. Ces scènes de vie peuvent provoquer un sentiment communautaire, public, à l’évidence accessible. Elles peuvent aussi présenter un côté plus introspectif et personnel lié à la vie de l’auteur. »

Hien ​

« Issu du mouvement graffiti des années 2000, Hien commence à peindre à Nantes et s’initie aux différentes disciplines du graffiti.
Après des études d’arts graphiques, il s’installe à Montpellier en 2011. Avide de découvertes, il expérimente, en parallèle du graffiti et de son métier de graphiste, de nouveaux médias (illustration, impression 3D, installation…) pour développer son univers, et présente sa première exposition personnelle en 2015. Il s’essaie à partir de 2016 au travail en volume, qui lui offre l’occasion de varier les techniques, entre spray, sculpture, graphisme et mise en scène. Alliant peinture et volume, son travail illustre avec un certain sarcasme sa vision du monde actuel, entre réalité et imaginaire. Un enfant qui joue avec un regard d’adulte. Ses œuvres, faites d’accumulations et de détails, s’inspirent de l’univers de son enfance, de la science-fiction et de la bande-dessinée. Ses scènes, vues du dessus avec une vision dite à « vol d’oiseau », se référent aux vues de drones, de jeux vidéo. Jouant avec l’échelle, il compose des décors miniatures et met la couleur au service de la forme, du volume. L’humain est placé au cœur de sa narration. Il aspire à proposer une production ancrée dans son temps, que chacun puisse s’approprier. »

Nubian

« Nubian est né en 1993 à Montpellier, en France. Dès son plus jeune âge, il a démontré un talent pour le dessin, ce qui l’a amené à étudier formellement l’illustration. Bien qu’étant un bon dessinateur, étudier l’art dans un cadre classique a bloqué sa capacité à produire, ce qui lui était toujours venu naturellement. Il a donc arrêté ses études avant d’obtenir son diplôme. Pendant les quatre années qui ont suivi son départ de l’école, il a travaillé à temps partiel afin de déléguer le reste de son temps à la pratique de son art. À partir de mars 2017, il a installé son atelier à la LineUp Association à Montpellier et il est devenu une partie intégrante de leurs artistes internes. En conséquence, la majeure partie de son temps est maintenant consacrée à la peinture de grandes fresques sur des murs de différentes tailles, dessinant et s’entourant d’une autre énergie positive et artistique. Dans un univers sans gravité ni lois physiques, chaque élément vit librement. Cet ensemble de composition traduit des atmosphères intemporelles. Les différentes scènes dans lesquelles nous sommes « projetés » traduisent un sentiment de tranquillité, d’apaisement et de poésie. »

 

L’espèce humaine court-elle à sa perte ? C’est la question sur laquelle Hien s’est interrogé pour sa première exposition collective à la Galerie Nicolas Xavier. Réchauffement climatique, pollution des mers, futur dystopique… Autant de sujets engagés, illustrés avec un certain sarcasme dans ses « ​projections ​» du monde. Jouant avec l’échelle, il compose des décors miniatures & minimalistes traduisant la fragilité de l’humanité à travers des scènes poétiques. Il y incorpore systématiquement son personnage en combinaison (signature artistique) qui, à l’occasion de cette exposition, a été modélisé et imprimé en 3D. L’humain est placé au cœur de sa narration. ​Chacun peut s’identifier ou se distancier de cette figurine sans visage qui laisse place à l’interprétation. Artiste plasticien multidiciplinaire, Hien se confronte aujourd’hui à de nombreuses techniques : résines, polyuréthane, peinture, impression 3D qui successivement donnent vie à ses mises en scènes. L’expérience du spectateur est essentielle, témoin de la scène, il fait vivre l’œuvre selon son point de vue.

 

« Ce que définit le terme « LO-FI » ou low fidelity désigne le manque de fidélité au réel des anciens postes télévisés ou radio ; cela est dû à leur technologie obsolète. La couleur et le son prennent des gammes particulières, avec lesquelles on se plaît à écouter du jazz et à s’imaginer dans des décors divers et paisibles. Construit de toutes pièces par le seul outillage du dessin et de l’imagination, le monde en inertie de Nubian est foisonnant et débridé. Constitué de vaisseaux volants, de machines étranges suspendues dans l’air et de créatures hybrides, ce monde intérieur convoque l’imaginaire de celui qui le regarde. À mi-chemin entre la science-fiction et le domaine des contes et légendes, cet univers particulier a sa propre vie, son propre développement, ses propres codes, qui semblent d’ailleurs se moquer joyeusement de tout code connu. Si certains aspects de ce monde paraissent parfois un peu inquiétants, ils ne sont jamais hostiles, ni vraiment effrayants. Ils ne sont que les habitants libérés et autonomes des rêves éveillés de l’artiste. »


Informations pratiques

Galerie Nicolas-Xavier
2 bis, rue Glaize – Place des Musées
34000 Montpellier
Tél : 06 99 23 10 73.


A lire

Retour aux sources du graffiti à la Galerie Nicolas Xavier du 17 nov. au 29 déc.

Le street artiste Pro176 investit la Galerie Nicolas-Xavier de son « néocubisme »

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité