Alexandre Hollan, à fleur d’écorce

Par |

 (Lodève, Cellier des Evêques, jusqu’au 6 novembre 2016)

Des présences… C’est ainsi que l’on pourrait qualifier les arbres peints par Alexandre Hollan. Loin de les traiter comme de la simple végétation, le peintre d’origine hongroise peint inlassablement, depuis plus de trente ans, en pleine nature, les mêmes arbres situés à proximité de son atelier. Il leur a même attribué des noms en fonction de leurs « personnalités » supposées. Le musée Fleury de Lodève étant encore en travaux, c’est le Cellier des Evêques qui accueille les fusains, gouaches et grandes peintures de Hollan, fruits des expériences sensorielles vécues par l’artiste au contact de ses arbres de prédilection.

 

 

Un déraciné fasciné par les arbres

Né en 1933, réfugié politique pour avoir fui la Hongrie en 1956 après le soulèvement du régime, Alexandre Hollan, qui a suivi un cursus artistique à Paris et vécu en peintre nomade des années soixante aux années quatre-vingt, a fini par s’établir dans un mazet héraultais, près de Gignac, en 1984. Depuis, il représente les arbres des alentours, livrant une vision poétique de son lien avec la nature et estimant que « l’arbre veut grandir. L’homme devant l’arbre peut se remettre à sa place, en diminuant ».

« Une expérience physique, spirituelle et affective »

Alexandre Hollan consacre ses étés à dessiner et peindre ses arbres préférés, se postant à leurs pieds, quasi religieusement, à l’écoute du moindre bruissement de leurs feuilles, de leur moindre réaction aux changements de saison, de leurs interactions. Car selon lui, « certains arbres sont des portes ». Vers lui-même ? Vers l’inconnu surtout. Ainsi, les arbres « élus »  –  surnommés Le Poussin, Le Glorieux, Le Foudroyé – lui procurent des émotions et sensations qu’il retranscrit par le dessin ou la peinture, puis par écrit une fois rentré dans son atelier. Ses textes permettent de saisir l’intention du peintre, qui, en représentant le visible, cherche à atteindre l’invisible…

Virginie MOREAU
vm.culture@gmail.com

Légende du visuel : Alexandre Hollan, Garde de Saint-Jean-d’Aumières, grand chêne, 2015-2016. Acrylique sur toile, H.180 x L.265 en deux parties. Collection particulière © photo Illès Sarkantyu © ADAGP Paris 2016

Infos pratiques

> Lieu : Cellier des Evêques – Boulevard Gambetta – 34700 Lodève.
> Horaires d’ouverture : tous les jours sauf le lundi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Ouvert les jours fériés.
> Renseignements et réservations – Tel. : 04 67 88 86 10. Site officiel : www.museedelodeve.fr

Soirées autour de l’exposition Hollan

> Lecture le 27 septembre à 18h30, de textes d’Alexandre Hollan par Danièle Faugeras.

« L’arbre existe sans moi. Devant l’arbre, ma chance est d’entrer directement en contact avec l’inconnu, avec le «pas moi». Cela donne un sentiment de liberté. » (A. H. 08.1993). Dans ses Notes sur la peinture et le dessin, qui interrogent au plus près de son surgissement l’expérience picturale, Alexandre Hollan réfléchit en poète sur cette « force nouvelle » qui émane des impressions produites par le monde extérieur, une force «qu’il faut comprendre et sauver». Ces notes seront lues par Danièle Faugeras, poétesse, traductrice et codirectrice de la collection de poésie PO&PSY, qui a publié en 2015 Je suis ce que je vois. Notes sur la peinture et le dessin d’Alexandre Hollan.

> Conférence le 22 octobre à 18h : « L’arbre à travers l’histoire des arts » par Pierre-Etienne Schmit, professeur agrégé de philosophie. Incidemment, en marge d’une histoire des arts trop officielle, l’arbre apparaît peu à peu comme une puissance picturale et artistique propre qui impose une réelle autonomie par rapport à la peinture de paysage. Ne renvoyant finalement à rien d’autre que lui-même, signe pur, sa forme vivante accorde une vibration singulière à toute l’arborescence du visible.

Visites guidées

> Visite guidée à 15h du mardi au samedi.
> Visites thématiques les samedis à 11h.

• Peindre sur le motif : une tradition revisitée par Alexandre Hollan les samedis 27 août, 10 et 24 septembre, 8 et 22 octobre, 5 novembre à 11h.

• De la figuration à l’abstraction dans l’art du paysage, les samedis 3 et 17 septembre, et les samedis 1er, 15 et 29 octobre à 11h.

> Visites couplées :
•  exposition et parc du Prieuré Saint-Michel de Grandmont, les mardis à 14h
• exposition et parc du domaine de Montplaisir (Lodève) les samedis à 14h.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité