Un chef palavasien ambassadeur de la gastronomie française en Israël

Par |
Courtaud-chef-palavas-israel

De la toque au costume d'ambassadeur... Paul Courtaux le chef du restaurant palavasien (Hérault) « Le Saint Georges » a jeté l'ancre en Galilée, à l'invitation du festival culinaire « So French, So Food ». En compagnie de 22 autres chefs français réputés, d'un maître boulanger et d'un pâtissier, il a promu produits et tours de main hexagonaux tout en rapprochant deux nations autour d'évènements culinaires.

Cette délégation menée par Guillaume Gomez, chef du palais de l’Elysée, représente la gastronomie française à la 5ème édition de « So French, So Food », organisée par l’Ambassade de France et l’Institut français en Israël. Accueillis par leurs homologues israéliens du 5 au 10 février, les chefs ont donc investi les fourneaux de 18 restaurants, de Jérusalem à Tel-Aviv en passant par Haïfa, pour y mitonner des recettes d’exception.

A son arrivée en Israël, aux cotés de Stéphane Leger (1 étoile au guide Michelin) et de Fabrice Moya, Paul Courtaux a pris la direction de Tibériade, à la frontière syro-jordanienne, pour donner des master classes à l’école culinaire Rimonim. C’est la ville de Montpellier, jumelée avec celle de Tibériade, qui a choisi le chef palavasien pour faire rayonner la gastronomie locale et avec elle, l’image d’un pôle métropolitain élargi à ses territoires limitrophes.

Leitmotiv : « cuisiner la paix »

Autres moments forts : la réalisation de mezze à base de produits achetés et cuisinés sur le marché, puis distribués au public. Ou encore l’élaboration de plats à six mains servis au restaurant Roberg de l’hôtel Rimonim, en alternance avec des chefs druzes, israéliens, arabes et chrétiens. Tartare de daurade, coriandre-gingembre, gelée de pommes vertes ; filet de rouget et sa purée d’artichaut au balsamique ; crumble mangue et foie gras… Autant de plats aux saveurs méditerranéennes que Paul Courtaux a su adapter aux traditions casher.

Repères

Paul Courtaux – Formé au lycée hôtelier de Saint-Chély-d’Apcher, en Lozère, Paul Courtaux a d’abord officié au Chandelier à Montpellier et au Ritz à Paris. Il a tout juste 21 ans, lorqu’il pérennise l’étoile conquise l’année précédente par le restaurant étoilé la Chaldette… Ce qui lui vaut une invitation à fricasser chez Taillevent. Après avoir assuré les beaux jours de l’Entre Pots de Pézenas, il a repris et rénové le Saint-Georges de Palavas-les-Flots avec son épouse Hélène. En seulement trois petites années, ce chef de 36 ans, en a fait un écrin épicurien, dans lequel il sublime les perles du terroir au rythme d’une cuisine innovante et volontiers iodée, moyennant une addition qui n’a rien de salé. Pas étonnant qu’il ait décroché un Bib Gourmand !

courtaux-chef-palavas-

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité