Manuel Ocampo au Carré Sainte-Anne

Par |

Double actualité pour le plasticien Manuel OCAMPO : le Carré Sainte-Anne accueille jusqu’en septembre ses peintures, dessins, sculpture et installations, alors que, dans le même temps, le Musée International des Arts Modestes de Sète (MIAM) présente une exposition d’art philippin dont il est le commissaire, intitulée Manila Vice…

Extrait de l’article de Virginie MOREAU publié dans son intégralité dans l’Hérault Juridique & Economique n° 2945 du jeudi 6 JUIN 2013

 

Le 28 mai 2013 avait lieu la visite de presse du Carré Sainte-Anne. Une vision à un instant T d’un travail en perpétuelle évolution… Car le commissaire de l’exposition et directeur artistique du Carré Sainte-Anne, Numa HAMBURSIN, n’excluait pas alors de nouvelles interventions picturales de Manuel OCAMPO sur les oeuvres présentées à la presse. Immersion dans l’univers de l’artiste…

 

Un accrochage « baroque »

 

Les oeuvres présentées au Carré Sainte-Anne ont été réalisées en en 2011 et surtout en 2013, alors que l’artiste était en résidence à Montpellier, d’abord dans un atelier situé dans le quartier Gambetta, puis in situ au Carré Sainte-Anne. Manuel OCAMPO explique s’être inspiré de l’énergie et du dynamisme de Montpellier, ville jeune et estudiantine, pour créer.

On apprécie que Manuel OCAMPO et Numa HAMBURSIN aient opté pour un accrochage “ baroque ”, à l’image de l’oeuvre du plasticien. On pourrait presque se croire en pleine visite d’atelier. Ainsi, une sculpture dorée symbolisant le sacrifice d’une vierge (ou de la Vierge ?) occupe une place centrale, entourée de toiles monumentales colorées présentées de part et d’autre à la manière de retables, et encadrée par deux fresques murales. Des pyramides peintes, disposées au sol, ponctuent l’ensemble.

Tout a été réalisé ces dernières semaines. Autour, des toiles plus anciennes, beaucoup plus sombres et figuratives, ainsi que des dessins, s’égrènent sur les murs, disposés çà et là, suivant l’humeur des deux hommes. La disposition des oeuvres invite le public à interagir avec l’espace, en circulant autour d’elles, en se penchant ou en se mettant éventuellement sur la pointe des pieds.

 

Virginie MOREAU

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité