Art / Alëxone, la vie trépidante des anim-humains à l’AD Galerie Montpellier

Par |

Attention, il ne vous reste plus que quelques jours* pour aller à l’AD Galerie voir l’exposition Espante-moi consacrée à l’artiste urbain Alëxone. Interview d’un peintre toujours prêt à rire et adepte du jeu de mots…

HJE : Comment êtes-vous venu à la peinture ?

Alëxone : « Je l’ai découverte par le graffiti, dans la rue. Auparavant, je n’avais pas accès à l’art. Très vite, le graffiti m’a donné envie de lire des livres d’art. J’ai suivi des études de graphisme. Et je me suis lancé dans la peinture. »

HJE : Nombreuses sont les scènes de batailles dans vos tableaux…

Alëxone : « Ce sont des choses qui me viennent naturellement. Je suis impressionné par les icônes byzantines, qui présentent elles-mêmes des scènes de batailles… Ça ressort quand je peins. »

HJE : Vous parsemez vos œuvres de symboles…

Alëxone : « Oui, des poings levés, des cœurs, par exemple. C’est un phénomène assez inexplicable. Ces symboles m’accompagnent. Le lettrage aussi mais ça je peux l’expliquer : c’est là d’où je viens, mon background, la culture street art. »

HJE : Vous qualifiez vos toiles de chaos organisés…

Alëxone : « Oui parce que j’apprécie les confrontations, le sucré et le salé, le propre et le sale dans mes créations. »

HJE : Les humains pointent de plus en plus leur nez…

Alëxone : « C’est vrai. Auparavant, on pouvait dire que je me cachais derrière les Fables de La Fontaine pour parler des hommes : je représentais uniquement des animaux pour évoquer les humains. Maintenant, je m’autorise aussi à représenter des êtres humains. Mais je ne me tourne pas pour autant vers l’hyperréalisme. »

HJE : Pourquoi avoir donné ce titre à votre exposition ?

Alëxone : « Parce que j’aime beaucoup ce verbe, espanter, que j’ai découvert à 35 ans dans le Sud, étant moi-même parisien. J’aime les jeux de mots, surtout pour donner des titres à mes expositions. L’herbe étant toujours plus verte ailleurs, j’ai eu envie d’utiliser une expression marrante du Sud. Quand je dis Espante-moi, je me parle à moi-même car je me suis mis au défi de m’étonner avec cette expo. »

HJE : Comment choisissez-vous les titres de vos œuvres ?

Alëxone : « Une même toile peut avoir plusieurs titres. Parfois j’ai un fort ressenti au sujet de cette toile, et son titre s’impose. Sinon, je procède par associations d’idées, avec un humour parfois piquant. Il arrive que je sois le seul à comprendre le titre… »

Propos recueillis par Virginie MOREAU
vm.culture@gmail.com

  • ATTENTION : exposition à voir jusqu’au 10 janvier seulement, dépêchez-vous !

AD Galerie – 40, allée Giacometti – 34000 Montpellier. 06 61 55 67 55

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité