Festival des Architectures Vives du 11 au 16 juin : laissez-vous saisir par la beauté !

Par |
architectures-vives

Chaque année, à Montpellier, le Festival des Architectures Vives investit des lieux inattendus, comme des cours d'hôtels particuliers, avec des architectures éphémères souvent poétiques, surprenantes, enveloppantes, propices au rêve ou à la méditation. Le public adhère au concept et suit le parcours proposé… Téléchargez le programme !

Les coups de cœur de la rédaction

La cour de l’Hôtel de Lunas (10, rue de la Valfère) présente en son centre une maquette de sa façade réalisée en cristaux de sel de Camargue, imaginée par Lina Jaïda et Paule Perron (Obione). Si le sel venait à se désagréger, il resterait la maquette en métal.

La cour de l’Hôtel de Mirman (7, place du Marché aux fleurs) a été investie par une installation fleurie et poétique de Shohei Kuma et Elsa Escobedo (Kuma et Elsa), qui ont créé une cour d’eau et de fleurs, où les pivoines s’élèvent vers les étages, comme une ode à la beauté.

pivoine
L’univers d’élévation de Kuma et Elsa.

La cour de l’Hôtel d’Aures (14, rue Eugène Lisbonne) abrite un superbe papillon en vinyle doré réalisé de façon très technique par Nan Cristina, Bausa Martinez Carlos, Medina Patatuchi Dirce. On se laisse emporter par cette vision totalement onirique.

Les architectes Coralie et Thibaud on fait transporter du sable dans la cour de l’Hôtel de Griffy et y ont installé une perle géante en suspension. Leur but est d’inciter les passants à la méditation.

perle
Coralie et Thibaud invitent les passants à méditer sur la beauté.

La cour de l’Hôtel du Palais des Guilhem (12, rue du Palais des Guilhem) donne à voir la tradition portugaise de la beauté : celle de l’Atelier Muro, qui enveloppe le public de murs recouverts d’azulejos, créant ainsi une toute nouvelle réalité en plein cœur de Montpellier et propulsant les visiteurs et les habitants au Portugal.

Dans la cour de l’Hôtel Audessan (9, rue de la Vieille Intendance), les visiteurs sont invités à activer 50 pétales de film irisé provoquant des variations de tonalités, réflexions, transparences et géométries en mouvement de contraction et relaxation. Les architectes designers et artisans de Pulpas Studio cherchent à provoquer l’expérience, l’émotion chez les visiteurs.

Dans la cour de l’Hôtel d’Hortoles (15, rue des Trésoriers de la Bourse), flottent en l’air de grandes représentations lumineuses de papillon et de libellule créées par Lopez Rodriguez Enrique et Berriozabal Armesto Inigo, leur donnant un caractère sacré.

A voir aussi

La cour de l’hôtel Saint-Côme abrite une immense vague faite de bidons d’eau utilisés par les hôpitaux, réalisée par Waste is more pour alerter contre la pollution et le non-recyclage, puisque ces bidons sont habituellement enfouis.

waste-is-more
Laissez-vous porter par la vague écolo de Waste is more à l’Hôtel Saint-Côme.

La cour de l’Hôtel des Trésoriers de la Bourse est séparée par des fils verticaux, translucides et colorés, qui obligent à se déplacer d’une certaine façon dans cet espace circonscrit. Une réalisation de Manifold.

La cour Soulages du rectorat de l’académie de Montpellier a pour sa part été investie par des élèves d’écoles primaires en collaboration avec des étudiants de l’ENSAM.

La cour de l’Hôtel de la Petite Loge (10, rue de la Petite Loge) accueille une installation surprenante et en évolution permanente, faite de pinces à linge. L’architecte Maxence Grangeot invite le public à intervenir sur son installation, à s’en emparer pour donner sa propre vision de la beauté.

La cour de l’Hôtel de Baudon de Mauny (1, rue de la Carbonnerie) est peuplée de personnages en vinyle transparent iridescent et coloré, symbolisant la beauté ordinaire, selon Thrace Design Studio.

Dans la cour de l’Hôtel de Rozel (2 ter, rue Saint-Pierre) est venu s’échouer un poisson géant victime d’une marée noire, symbolisant la pollution qui est venue éradiquer la beauté des mers et des océans. C’est à Julien Plessis (Le MetrotopE) que l’on doit cette version pessimiste de la beauté, mais néanmoins vraie.

 

Pour télécharger la version numérique du programme, cliquez ICI


Le Festival des Architectures Vives est organisé par l’association Champ Libre, présidée par Elodie Nourrigat et Jacques Brion, architectes à Montpellier. Equipe du FAV 2019 : Camille Andriason.

Association Champ Libre
4, rue des Trésoriers de la Bourse
34000 Montpellier
Tél. 04 67 92 51 17

www.festivaldesarchitecturesvives.com

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité