Le coup de cœur de la Galerie AL/MA : « Creux [empreinte, durée] », par Arnaud Vasseux

Par |

Parce que les galeries viennent à peine de rouvrir, la rédaction de l’HJE a souhaité les mettre en avant, en demandant aux galeristes montpelliérains de nous livrer, chaque semaine, une œuvre coup de cœur chacun. L’occasion idéale de vous faire découvrir les artistes présentés, leurs créations, et de vous donner éventuellement des idées de cadeaux pour Noël.

La galeriste Marie-Caroline Allaire-Matte explique : « L’œuvre d’Arnaud Vasseux s’est développée autour de plusieurs questions, dont celle des matériaux et de la surface, celle du geste, et plus précisément celle du processus de production de la forme et de la trace, en volume et en dessin. Les notions de contact, d’adhérence, d’écart et d’empreinte traversent un travail protéiforme dont les matériaux passent par différents états tels que le plâtre, la résine, le verre et récemment des œuvres résultant d’un processus géologique naturel, cristallisées dans les fontaines pétrifiantes de Saint-Nectaire. Arnaud Vasseux envisage la sculpture comme une des modalités du faire, parmi d’autres, en privilégiant celle qui laisse advenir une part d’incertitude. Les protocoles souvent complexes de ses œuvres interrogent sur l’apparition des formes et le mystère de leur origine. Semblable au premier regard à un coquillage, cette sculpture révèle une petite cavité dont la surface intérieure évoque la paume de la main, tandis que l’aspect extérieur révèle l’empreinte des doigts serrés de l’artiste sur la matière qui constitue le moule ».

Elle ajoute : « Réalisée dans une fontaine pétrifiante, à Saint- Nectaire, cette œuvre résulte d’un processus géologique naturel issu de la lente transformation de l’eau en roche. Pendant plusieurs mois, l’eau s’est déposée sur la surface du moule, laissant se former un dépôt calcaire. Creux – le titre décrit le vide et fait également référence à l’action de rapprocher ses mains en formant un creux pour y retenir de l’eau. Ce geste primitif renvoie à une expérience partagée par tous. Arnaud Vasseux a accompagné le mot « creux » des mots « empreinte » et « durée », faisant référence au protocole de fabrication et au temps, indissociable du processus de sédimentation. Cette œuvre unique prolonge une expérience réalisée au CIRVA* en 2011. Arnaud Vasseux avait fait des moulages du creux des mains d’une dizaine de personnes pour produire des petites formes en verre transparent, qui reproduisaient l’eau retenue dans le creux de chaque main. D’une préciosité et d’une poésie merveilleuses ».

* Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques, Marseille

Galerie AL/MA – 5 Rue du Plan du Palais – 34000 Montpellier – 06 63 27 15 63 – www.galeriealma.com

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité