Helmut Nimczewski, dessiner des foules pour rompre la solitude du handicap mental / Musée d’Art Brut Montpellier

Par |
helmut-couv
© F. Hansekowski.

Construit sur l’atelier de l’artiste Fernand Michel, le musée d’Art Brut, qui a ouvert ses portes en avril 2016, présente sur 800 m² une importante collection permanente d’œuvres d’Art Brut, d’Art Singulier et de Folk Art allant de la période « historique » du début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il consacre actuellement son exposition temporaire à l’Allemand Helmut Nimczewski, considéré comme un artiste d’Art Brut.

Des rencontres providentielles

Helmut Nimczewski aurait pu passer sa vie reclus dans des hôpitaux psychiatriques et des maisons protégées sans que son nom soit connu si, un jour, son psychiatre n’avait pas évoqué ses dessins devant l’un de ses confrères, le Dr Manfred in der Beeck. Celui-ci fut intrigué et demanda à les voir et à rencontrer ce patient. « Docteur en médecine et en philosophie, intéressé par la psychopathologie de l’expression, il recherchait le sens dans l’œuvre des artistes handi­capés mentaux », analyse Max Ammann, collectionneur et commissaire de l’exposition. Et du sens, il y en avait, à n’en pas douter !

helmut-football
Match de football, 2016.

C’est ainsi que le praticien rencontra Helmut Nimczewski, un homme atteint d’un handicap mental, qui avait passé la majeure partie de sa vie dans une institution puis dans une maison protégée attenante à un hôpital psychiatrique à Hambourg, et qui travaillait le jour en tant qu’assistant tailleur, et dessinait le soir. Conscient de la qualité de ses œuvres, le psychiatre fit en sorte que les dessins d’Helmut Nimczewski soient exposés à la Collection Jean-Dubuffet à Lausanne dès 1989, puis au Musée Art en Marge de Bruxelles en 1992. Au décès du médecin, d’autres personnes ont pris le relais pour faire connaître le talent d’Helmut Nimczewski, comme Max Ammann, commissaire de l’exposition qui se tient au Musée d’Art Brut de Montpellier. Ses créations sont désormais présentées dans de multiples galeries et musées en Allemagne, France, Suisse, Suède et au Japon.

L’homme et son œuvre

Né en 1946, Helmut Nimczewski est un homme joyeux et pieux, qui aime faire de la photographie. Il pratique le dessin de façon concentrée et obsessionnelle, toujours sur le même format – 42 par 56 centimètres – et note les dates de début et de fin de leur réalisation sur chacun d’entre eux. Il passe deux à six semaines par œuvre. Ses dessins rectilignes, exécutés à main levée et coloriés au feutre, sont remplis de centaines, voire de milliers de personnages. Leurs tons sont particulièrement vifs, voire fluorescents : rose, bleu, orange, vert, rouge.

helmut-usa
USA, 2016.

Les motifs représentés sont simples : des immeubles aux fenêtres pleines d’habitants ; des églises ; des paquebots abritant de nombreux vacanciers ; le public venu assister en masse à des matchs de football, de tennis ou à des compétitions de natation ou de ski ; ou encore des fêtes foraines, des gares, des fusées… Un univers animé, observé le plus souvent dans sa propre ville ou à la télévision, qui lui permet probablement de combattre sa propre solitude intérieure, même s’il vit entouré d’amis.

L’Art Brut, art des personnes souffrant de désordres mentaux

En 1945, l’artiste Jean Dubuffet a désigné sous le terme « Art Brut » les productions spontanées de personnes exemptes de culture artistique, autrement dit auto­didactes. La notion d’Art Brut est associée à ce que certaines personnes ont appelé « l’art des fous », c’est-à-dire créé par des personnes psychotiques ou atteintes de déficiences mentales. Mais aussi par des « prisonniers, reclus, mystiques, anarchistes ou révoltés », selon le regretté Laurent Danchin, qui était le grand spécialiste de la question. Autrement dit des personnes en marge de la société et relativement solitaires. Cet art est une manifestation autant qu’un soulagement de la folie. Jean Dubuffet a rassemblé un grand nombre d’œuvres relevant selon lui de cet art au sein de la Collection de l’Art Brut à Lausanne.

helmut-fete-foraine
Fête foraine, 1992.

Les prochaines expositions du Musée d’Art Brut de Montpellier

La prochaine exposition temporaire du Musée d’Art Brut, qui se tiendra du 9 janvier au 31 mars 2019, sera consacrée à l’artiste perpignanais Mario Chichorro, créateur de bas-reliefs historiés, à la façon des chapiteaux du Moyen Age. 

L’exposition suivante n’est pas encore définie et pourrait tourner autour d’œuvres, au choix, des artistes français Jano Pesset, Jephan de Villiers ou Pascal Verbena.  

Virginie MOREAU / vm.culture@gmail.com

Informations pratiques

Musée d’Arts brut, singulier et autres – 1, rue Beau Séjour – 34000 Montpellier – Tel. : 04 67 79 62 22.
Ouvert du mercredi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h. 
Plein tarif : 8 €. Gratuit pour les enfants jusqu’à 10 ans.
Tarif réduit pour les étudiants : 6 €.

max-ammann-j-m-villard-bacotec
Le commissaire de l’exposition Max Ammann, grand collectionneur d’œuvres d’art, et Jean-Marc-Villard, directeur de Bacotec, lors du vernissage de l’exposition d’Helmut Nimczewski au Musée d’Art Brut de Montpellier. L’entreprise de promotion immobilière Bacotec est partenaire de cette exposition.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité