Joaquim Baptista Antunes investira le Musée d’Art Brut de Montpellier de ses couleurs vives de janvier à avril 2020

Par |

Alors que les œuvres sur tissu de Rebecca Campeau sont jusqu’à fin décembre à ses cimaises, le Musée d’art brut de Montpellier annonce déjà la teneur de son exposition temporaire suivante. L’artiste d’origine portugaise Joaquim Baptista Antunes présentera ses sculptures et peintures au premier trimestre 2020.

Dessiner pour fuir une enfance difficile

« Né le 8 mars 1953 à Sertâ, Castelo Branco, une des provinces les plus pauvres du Portugal, sixième enfant d’une famille paysanne très nombreuse, Joaquim Antunes passe une partie de sa jeunesse à garder les troupeaux, à s’occuper de ses petits frères et soeurs, ou à aider son père dans le ramassage de l’écorce du chêne-liège. Très tôt, il est considéré comme le « mouton noir » de sa famille et se révolte contre le conformisme religieux et les superstitions populaires de son milieu d’origine. C’est au début des années 80 qu’il commence à dessiner, après le retour d’Angola et la mort d’un de ses frères, puis une série de voyages dont le dernier l’emmène à New York où, ne connaissant rien à l’art, il découvre à la fois Chagall, dont la liberté l’émerveille, et le Guernica de Picasso », indiquent les services du musée.

Joaquim Antunes « Les Chemins de Bracara », Huile et acrylique sur toile (1987).

Neuve Invention et art singulier

« Il est à partir de ses quinze ans, garçon de table dans un grand hôtel de Lisbonne : menant une vie épuisante à laquelle il ne peut se résigner, il se met à tracer la nuit toutes sortes de monstres au dos de feuilles de menus qu’il parvient à récupérer. Bien vite, il est remarqué par le poète et peintre surréaliste Mario Cesariny, qui l’encourage à se lancer dans la peinture (il peint alors un tableau par jour dans un état de frénésie totale). Puis, boursier de la Fondation Gulbenkian, il s’installe à Paris en 1987. Par la suite, son œuvre échappant à la constellation surréaliste, il rejoint à Lausanne la Neuve Invention puis tout le circuit de l’art dit singulier.

Les tableaux de Joaquim Antunes, d’inspiration symbolique et décorative, présentent toujours un puzzle central de monstres imbriqués les uns dans les autres et définis par un simple cerne noir autour d’aplats violemment colorés. Peints à la gouache, à l’huile ou à l’acrylique, ils évoquent la faune et la flore d’un règne purement imaginaire où tout est métamorphose et illustrent l’interdépendance cruelle du monde de la vitalité et de la survie. D’un surréalisme instinctif, Antunes réalise des sculptures peintes utilisant les formes naturelles de vieilles racines, souches et champignons dont il tire, en les assemblant, de curieux personnages. Il revendique parfois une inspiration d’origine celte représentée par Trebaruna, déesse préchrétienne de sa région d’origine. »

Joaquim Antunes « Vivre avec le temps », sculpture sur bois peint (2010).

Informations pratiques

Musée d’arts brut, singuliers et autres – 1, rue Beau Séjour – 34000 Montpellier – Tel. : 04 67 79 62 22.
Ouvert du mercredi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h. Fermé les lundis, mardis et jours fériés – Tarifs : 8,00 /personne ; tarif réduit : 6,00 /personne

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité