Le tableau « Black and White », formidable morceau de bravoure de Lisa Milroy, exposé au Frac

Par |
Lisa Milroy au FRAC OM © Virginie Moreau, HJE.

En 2005, l’artiste d’origine canadienne Lisa Milroy a peint un tableau monumental intitulé Black and White. Composé de 12 toiles mesurant chacune 2,20 m par 1,70 m, l’ensemble mesure 2,20 m de haut et 20,40 m de long, couvrant une surface totale de 44 mètres carrés ! Ce véritable chef-d’œuvre, acquis par le Frac en 2019, est présenté jusqu’au 11 avril 2020 à l’occasion de l’exposition Ensemble (Together) en dialogue avec d’autres tableaux de Lisa Milroy figurant déjà dans la collection de l’institution.

Professeure dans l’excellente école d’art londonienne Slade School of Fine Art rattachée à l’University College de Londres, Lisa Milroy est née au Canada. Installée à Londres, elle a un atelier d’été dans le Bordelais.

Répétitions et récurrences

Dès ses débuts, dans les années 80, Lisa Milroy s’est intéressée à la représentation des objets, à leur absence et à leur présence, à leur répétition, aux ressemblances et différences, aux collections. Elle a focalisé son travail sur les vêtements et les chaussures, qui évoquent la construction de l’identité. Avec une insistance particulière sur les escarpins, que l’on retrouve dans les tableaux présentés au Frac. Autres objets récurrents, les ampoules lumineuses, les livres. Tous figurent dans Black and White.

Le mannequin, les vêtements, les escarpins et le miroir, des sujets qui reviennent fréquemment chez Lisa Milroy. Crédit photo : Virginie Moreau, HJE.

Le mannequin est venu plus tard, dans une approche de la représentation de la femme, alors qu’aucun personnage ne peuplait ses tableaux auparavant.

« Euston Station », Lisa Milroy.

Même dans l’œuvre Euston Station (1995), premier achat du Frac, montrant un bâtiment, l’idée de l’artiste était de travailler sur la répétition des formes (fenêtres, lignes…), les ressemblances et dif­férences ; ce qu’Emmanuel Latreille, directeur du Frac, nomme « le rapport entre le même et l’autre ». On y voit aussi les prémices de sa fascination pour les miroirs dans les reflets des vitres ; le miroir étant l’un de ses autres motifs de prédilection. 

 

Black and White, une narration

Travaillant tableau par tableau, il a fallu huit mois à Lisa Milroy pour réaliser l’œuvre Black and White et en avoir une vue entière. Selon elle, ce tableau est représentatif de son travail, dans le sens où il reflète son goût pour la « still life » – elle préfère cette expression à « nature morte » – et son travail sur les objets. Il s’agit d’un bilan de ses recherches sur la peinture établi en 2005, synthétisant sa relation fondamentale avec la peinture, entre contemplation et action.

« Black and White », Lisa Milroy. Crédit photo : Virginie Moreau, HJE.

L’œuvre est composée de trois parties.

Première partie de « Black and White », Lisa Milroy. Crédit photo : Virginie Moreau, HJE.

La première, avec son entas­sement d’objets disparates, symbolise le grenier intérieur, lieu où sont entreposés les souvenirs et les objets qui y sont rattachés. Grande peinture « still life », y sont rassemblés un piano, des chaussures, une pierre philosophale, des poissons rouges dans un bocal, une raquette de tennis, un filet à poissons… Des images qui suggèrent pour certaines la vie, le mouvement, et d’autres l’immobilité.

Deuxième partie de « Black and White », Lisa Milroy. Crédit photo : Virginie Moreau, HJE.

La deuxième partie évoque la connaissance, la façon dont les images sont générées et dont elle les garde à l’esprit ; sa maison natale de Vancouver, une machine à écrire, mais aussi un sofa et des vivres pour que l’artiste puisse reprendre des forces. Un cendrier plein des cigarettes fumées par sa famille, suggérant plaisir et dépendance. Un vase précieux sous verre. Et une araignée emprisonnée dans un bol lourde de signification.

Un détail de « Black and White », par Lisa Milroy. L’araignée enfermée sous un bol est une allégorie de ­l’artiste piégée dans la solitude de sa création et de son atelier, lorsqu’elle réalise qu’elle peint toujours les mêmes objets, indique Lisa Milroy. Crédit photo : Virginie Moreau, HJE.

Après une transition opérée par des cadres, un miroir et une chaise, vient ensuite la phase où tout ce qui a été conceptualisé est peint, la phase de transformation. C’est la troisième partie : une représentation de l’atelier de l’artiste, avec ses châssis, toiles vierges, pinceaux et peintures. Enfin, le regard s’évade par une porte qui mène à l’habitation de la peintre. 

Troisième partie de « Black and White », Lisa Milroy. Crédit photo : Virginie Moreau, HJE.

Dans Black and White, œuvre majeure, véritable plongée dans le monde intérieur de Lisa Milroy, chaque détail compte. Le tableau, passionnant à décrypter, se lit comme un livre…

Virginie MOREAU
vm.culture@gmail.com

Informations pratiques

FRAC Occitanie Montpellier – 4-6, rue Rambaud – 34000 Montpellier. Tel. : 04 11 93 11 60.
Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h. Entrée libre, accessible aux personnes à mobilité réduite.


Le projet Hands On Art Workshops

 

Les élèves de Kakuma, fiers de montrer les portraits qu’ils ont réalisés.

Apprenant en 2015 que la Fondation Vodafone et l’UNHCR – l’agence pour les réfugiés de l’ONU – organisaient des cours via Internet pour des réfugiés dans des camps, Lisa Milroy a contacté la fondation afin de mettre en place le projet Hands On Art Workshops.

Son idée, qui fut immédiatement retenue, était de dispenser des ateliers d’arts plastiques au sein même du camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, à des élèves de niveaux primaire et secondaire. Ces ateliers sont animés via Internet par l’artiste, qui se rend également chaque année sur place. Hands On cherche actuellement des fonds pour que plus de jeunes réfugiés vivant à Kakuma puissent bénéficier des ateliers. L’argent récolté servira à acheter du matériel artistique pour les élèves et à permettre que plus de cours puissent être donnés en personne par des artistes sur place, et pas seulement par écrans interposés.

Le lien pour effectuer les dons est le suivant : www.justgiving.com/crowdfunding/hands-on

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité