Palingénésie, une maison castelnauvienne vouée à la destruction, investie par des artistes

Par |
sancko-couv
A gauche, une fresque de Sancko en hommage à sa grand-mère ; tout à droite, un animal de la fresque de Freaks the Fab.

Du 10 au 12 mai, le public a été invité à visiter une maison vouée à la destruction, investie par des artistes pluridisciplinaires, à l’occasion du projet Palingénésie, à Castelnau-le-Lez.

Ce lieu n’étant désormais plus ouvert au public et confié aux entreprises du bâtiment, l’Hérault Juridique & Economique vous propose un reportage photographique pour faire perdurer l’esprit du travail collaboratif qui y a été mené par les artistes durant plusieurs semaines, en amont de l’ouverture au public.

toucan

C’est à une renaissance que le terme « palingénésie » (du grec palin, de nouveau et génésis, naissance) fait référence, puisque ce mot désigne la nouvelle naissance, la régénération cyclique du monde, le retour à la vie des divers éléments de la nature.

cssjpg
L’artiste Jenfi Guschu, dit cssJPG, s’est « emparé » de la porte du garage, qu’il a réenchantée avec ses nuages.

Mais dans le cas du 44, rue de la Galine, il s’est agi d’une renaissance éphémère d’un lieu par l’art, née de la volonté de Tom Schneider et du promoteur immobilier Les Pins Promoteur Immobilier. Avant de détruire cette maison pour la remplacer par une résidence contemporaine, ils ont souhaité qu’elle soit investie par des artistes de diverses mouvances, mais essentiellement urbains. Ainsi, son cœur battrait de nouveau et elle émettrait un dernier beau souffle avant de mourir de sa belle mort.

volchen

A cet effet, ils ont proposé au collectif Les Bonjours d’élaborer et de mettre en œuvre « une création interdisciplinaire mêlant art urbain, installations, ateliers participatifs et performances d’artistes en direct, dans l’optique de valoriser ce bâtiment » une dernière fois. Un événement artistique éphémère et collaboratif en partenariat son/lumière/programmation avec What The Fest Prod.

mara
Le public a reconnu sur l’un des murs le personnage au visage barré de Mara.

Il a fallu deux semaines au collectif pour déblayer la maison et le jardin, puis une semaine pour peindre les fresques et aménager le rez-de-chaussée en « galerie », selon Sancko, qui a signé une fresque sur la façade avant.

Durant le week-end d’ouverture, le public a pu assister à des sessions de peinture en direct, graffer un mur et acquérir des œuvres des artistes.

rachel-weasel-fisher
Rachel Weasel Fisher a apporté une touche de poésie avec ses animaux gothiques.

Le projet a été filmé en 3D par Go 3D et Anakha Films. Clara Langelez, Cole art, cssJPG, Freaks the Fab, Mara, Moins12prod, Outofthe.black, R.D’om Ink/Galerie, Sancko, Seb.M, Tieri Trademark, Volchen, Waly Seck, Rachel Weasel Fisher, Zoulette and Co, notamment, ont participé à ce projet très convivial et artistiquement varié, que l’on a apprécié de découvrir…

Virginie MOREAU (© photos : Virginie Moreau)
vm.culture@gmail.com

tieri-trademark
Une œuvre de Tieri Trademark.

sebm
Un collage surréaliste de Seb M.
freaks-the-fab
La fresque de Freaks the Fab.
mur
Le mur laissé à la disposition du public.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité