Rosario Heins : ambiance estivale « muy caliente » sur le Mur de Pérols

Par |
rosario-heins-mur-de-perols
© Caroline Geolle

Si vous empruntez régulièrement la D21 – voie rapide allant de Montpellier aux plages – vous avez forcément déjà vu
le fameux « Mur de Pérols ». Financé par le mécénat, ce mur est ouvert aux street-artistes mais aussi aux autres créateurs, auxquels il donne une visibilité incomparable.

Qu’est-ce que le Mur de Pérols ?

En 2015, la Ville de Pérols a mis à la disposition de l’association Hippomedon un mur de 2 mètres
de haut (rapidement rehaussé à 3 mètres) et de 73 mètres de long (dont 40 m2 de surface à habiller) situé sur la D21, afin de démocratiser l’art. Le Mur est visible le long de la deux-voies, de la ligne de tram et de la piste cyclable. Cette initiative de création d’un mur ouvert aux artistes s’inscrit dans un mouvement de plus en plus répandu en France et à l’étranger, mené par l’association Le M.U.R. (Modulable, Urbain et Réactif), fondée en 2003 autour de l’artiste Jean Faucheur.

mur-perols-rosario-heins
© Caroline Geolle

Michel Soubeyrand et Dorel Plantier, à la tête de l’association Hippomedon, gèrent la programmation du Mur de Pérols ainsi que la logistique avec Laure Saintenoye, trésorière arrivée récemment, secondés par Valentine Chalandon pour la communication. Un système de mécénat anonyme assure pour sa part la rémunération de chaque artiste et le financement du matériel.

Chaque réalisation artistique est présentée durant deux mois sur le Mur. Acrylique, encre, aérosols, collages ou performances en direct… les modes d’intervention sont librement choisis par chacun des artistes, et prennent de multiples formes. Jusqu’à présent, diverses signatures s’y sont succédé : notamment RNST, Bault, Rocky Zéro, Chanoir, Madame, Swed Oner, L’Insecte, et dernièrement Farid Rueda, à qui l’on doit le flamant rose qui a précédé le collage de Rosario Heins sur le Mur. A la suite de cela, Farid Rueda a d’ailleurs offert à la Ville de Pérols une fresque multicolore représentant un taureau, réalisée sur une façade de la Cave coopérative (la peinture a été financée par Hippomedon).

mur-perols-rosario-heins
© Caroline Geolle

Rosario Heins fait le Mur !

Loin du street-art, c’est la peintre franco-colombienne Rosario Heins qui a été choisie pour habiller le Mur de Pérols cet été. Un choix qui s’imposait pour la période estivale, la thématique récurrente de ses tableaux étant la plage. Et un clin d’œil à l’Année de la Colombie en France. Dans ses œuvres, l’artiste restitue les couleurs, les formes, les parfums de la plage où elle a passé une grande partie de son enfance.

« J’ai choisi de mettre sur le Mur les personnages et motifs qui peuplent mes tableaux et de créer une scène de plage entière », assure Rosario Heins. Il lui a fallu trois mois de travail pour composer son Mur. Elle a placé au centre, en gros plan, l’un de ses vendeurs de bouées et de seaux typiques, qu’elle a coupé, disposant tout autour les promeneurs et les plagistes. Son idée était de donner une impression de promenade sur la plage, d’où le fond couleur sable, qui assure la continuité du panorama. Fidèle à ses habitudes, Rosario Heins a apposé sa signature, sous forme de marque, sur une des bouées.

mur-perols-rosario-heins
© Caroline Geolle

Une fois la composition sur ordinateur effectuée, après avoir conçu la maquette de l’œuvre, appelée Vamos à la Playa, elle s’est adressée à un graphiste et a fait réaliser des impressions numériques agrandies sur du papier spécial, qu’elle a ensuite collées sur le Mur de Pérols, « avec l’aide précieuse d’un spécialiste », précise-t-elle. La peintre ajoute : « Le Mur étant en aluminium, il était impossible de procéder au collage en pleine chaleur, car il était brûlant ; il a donc fallu opérer au petit matin et le soir, à la fraîche. J’ai ensuite retouché les collages à la peinture acrylique et au Posca® pour un rendu parfait, et j’ai entièrement peint le dernier panneau à l’acrylique ».

« Ce fut une belle expérience et un grand défi technique, car cette réalisation s’éloigne totalement de mon travail habituel de peinture et de dessin sur toile ou papier. Mais je suis satisfaite. Et les avis du public et des professionnels sont très positifs », indique Rosario Heins.

mur-perols-rosario-heins
© Caroline Geolle

Des projets à foison pour la peintre

Après ses expositions de 2017 en Colombie, à Bogota et Carthagène, et la réalisation de l’habillage du Mur de Pérols – visible jusqu’à fin septembre –, Rosario Heins prépare actuellement une exposition qui se tiendra à Montpellier, à la Maison des Relations Internationales, du 11 au 22 septembre 2017, dans le cadre de l’Année de la Colombie en France. Elle participera ensuite au Salon Dessin 3, qui réunira une dizaine d’artistes à la Chapelle du Quartier Haut, à Sète, du 18 au 26 novembre 2017. Par ailleurs, une exposition majeure de Rosario Heins est annoncée du 22 juin 2018 au 2 septembre 2018 dans l’ancienne chapelle désacralisée de l’Espace Feuillade, à Lunel.

Virginie MOREAU
vm.culture@gmail.com

Nos remerciements à Caroline Geolle pour sa contribution photographique à cet article.

 

Le Mur de Pérols

> Pour en savoir plus sur le Mur de Pérols et pour voir les vidéos des différentes interventions artistiques qui s’y sont succédé : http://www.lemurdeperols.com

Page Facebook du Mur : https://www.facebook.com/lemurdeperols/

 

Rosario Heins

L’atelier de l’artiste peut être visité sur simple demande adressée par mail à : rosarioheins@hotmail.com.
Adresse : Ateliers de Pérols, face au 29 route de Lattes, à Pérols.

> Page Facebook de la peintre : https://www.facebook.com/rosario.heins

> Lire ICI notre précédent article sur Rosario Heins

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.