Vos sorties « arty » : quelques expositions incontournables à Montpellier, Sète, Béziers, Sérignan…

Par |
peinture

Vous aimez l'art ou voudriez découvrir ses différents modes d'expression ? Pas de panique ! L' "Hérault Juridique & Economique" vous recommande un panel d'expositions, souvent institutionnelles, à visiter en solo ou en famille, à Montpellier, Sète, Béziers et Sérignan…

Les expos en un coup d’œil…

[ngg_images source= »galleries » container_ids= »4″ display_type= »photocrati-nextgen_pro_horizontal_filmstrip » image_crop= »0″ image_pan= »1″ show_playback_controls= »1″ show_captions= »1″ caption_class= »caption_overlay_bottom » caption_height= »90″ aspect_ratio= »first_image » width= »100″ width_unit= »% » transition= »fade » transition_speed= »1″ slideshow_speed= »5″ border_size= »0″ border_color= »#ffffff » override_thumbnail_settings= »1″ thumbnail_width= »120″ thumbnail_height= »90″ thumbnail_crop= »1″ ngg_triggers_display= »always » order_by= »sortorder » order_direction= »ASC » returns= »included » maximum_entity_count= »500″]


 

panacee-crash-test
Alice Channer, « Burial ».

Crash Test à la Panacée

Du 10 février au 6 mai 2018, La Panacée présente Crash Test – la révolution moléculaire, première « exposition manifeste » organisée par Nicolas Bourriaud. Une réussite ! 25 artistes internationaux nés dans les années 80 y déclinent leur vision de la matière, un regard moléculaire sur les choses et sur la vie prenant en compte l’impact de l’activité humaine sur l’environnement.

Pièce immersive en billes de plastique HDPE enfouissant notre civilisation, fossilisations en plastiglomérat, robots fonctionnant avec des batteries d’énergies alternatives… Le futur est sans doute l’ère de la réutilisation du déchet, si l’on en croit les jeunes artistes réunis pour cette exposition.

La Panacée – 14, rue de l’École de Pharmacie – 34000 Montpellier.


 


meurice
Jean-Michel Meurice, 1982 « Boukhara 10 ».

• Jean-Michel Meurice au Musée Fabre

Jusqu’au 29 avril 2018, l’exposition monographique Parcours 1956-2018 retrace l’évolution d’un peintre dont le travail tout entier est voué à la couleur. Par ailleurs documentariste et cofondateur de la chaîne télévisée culturelle Arte, le peintre Jean-Michel Meurice est proche du mouvement régional Supports-Surfaces

Aux cimaises, une quarantaine d’œuvres retracent cinq décennies de peinture cherchant à s’affranchir des bases de la peinture que sont le châssis et le mur. « Colorés et abstraits, ses tableaux ont des points communs avec les arts décoratifs (la tapisserie, les ornements d’Asie centrale…) et avec la peinture de la première moitié du XXe siècle (Edouard Vuillard, Henri Matisse…). Il peint avec des matériaux contemporains (aérosols) et sur des supports variés (vinyle, rhodoïd, aluminium…) », indique le conservateur du musée.

Musée Fabre – 39, boulevard Bonne Nouvelle – Montpellier – Tel. : 04 67 14 83 00. 


 


pavillon-populaire-aures
« Femme portant un tatouage sur le front, population Ouled Abdi », août 1937 © Thérèse Rivière.

• L’Algérie des années trente au Pavillon Populaire

En cette année 2018, le Pavillon Populaire évoque les liens entre histoire et photographie. En premier lieu avec l’exposition Aurès, 1935. Photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion, qui se tient jusqu’au 15 avril 2018. Le commissaire de l’exposition, Christian Phéline, a choisi de présenter 120 clichés témoignant des rapports que les photographes Thérèse Rivière et Germaine Tillion ont tissés avec la population algérienne des années 1930, les Chaouia, et notamment avec les femmes, lors d’une mission ethnographique. 

Les deux photographes furent missionnées par ce qui allait devenir le Musée de l’Homme pour livrer leurs photographies, observations et  documents sur cette peuplade habitant ce qui était alors un département français. Si Thérèse Rivière, avec son Leica, porte sur cette population un regard empreint d’empathie et de sympathie, Germaine Tillion, pour sa part, avec son Rolleiflex, affiche un regard distancié d’ethnographe.

Pavillon Populaire – Esplanade Charles-de-Gaulle – 34000 Montpellier.


 


greuze
Greuze, Jean-Baptiste (Tournus, 1725 – Paris, 1805) « Jeune fille ».
Vers 1780. Huile sur bois, H. 55, 7 ; L. 47 cm. Inv. : 828.2.2.
Musée Fabre. © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole. Photographie : Frédéric Jaulmes.

• Le Musée avant le musée au Musée Fabre de Montpellier

Sous-titrée La société des beaux-arts de Montpellier (1779 – 1787), cette exposition proposée jusqu’au 11 mars 2018 présente la genèse du Musée Fabre. 

L’exposition Le Musée avant le Musée évoque les dernières années du Siècle des Lumières, qui virent la création des premières expositions artistiques, de la première école de dessin et du premier musée fondé dans la capitale des États du Languedoc. A travers un cheminement parmi 125 œuvres uniques et 6 sections thématiques, les visiteurs découvrent les salons de peinture du XVIIIe siècle, mais aussi la galerie d’art d’Abraham Fontanel et l’Ecole de dessin, révélant l’étonnant dynamisme et les hautes ambitions de la cité. Il les conduira jusqu’au Montpellier du temps de la Révolution, lorsque le premier musée fut créé, un quart de siècle avant sa refondation par François-Xavier Fabre en 1825.

Musée Fabre – 39, boulevard Bonne Nouvelle – Montpellier – Tel. : 04 67 14 83 00.
Plus d’infos sur www.museefabre.fr
Accessibilité complète aux personnes en situation de handicap.


 


andre-pierre-arnal
Une œuvre d’André-Pierre Arnal.

André-Pierre Arnal et Supports-Surfaces à la Galerie Clémence-Boisanté

Jusqu’au 3 mars 2018, Clémence Boisanté consacre une double exposition au mouvement régional Supports-Surfaces.

Au premier niveau de la galerie est présenté un ensemble de travaux d’André-Pierre Arnal des années 1970 à aujourd’hui, en passant par la période Supports/Surfaces dont il a fait partie. Lire ICI l’article sur cette exposition.

Au deuxième niveau, un accrochage de sept artistes emblématiques du mouvement Supports/Surfaces permet de retracer l’évolution de ceux-ci au regard d’œuvres anciennes et actuelles. Artistes : Vincent Bioulès, Pierre Buraglio, Louis Cane, Daniel Dezeuze, Jean-Michel Meurice, Bernard Pagès et Jean-Pierre Pincemin.

Galerie Clémence Boisanté – 10, bd Ledru-Rollin – Montpellier – www.galerieboisante.com.
Ouverture le mardi de 14h30 à 19h et du mercredi au samedi de 11h à 12h30 et de 14h30 à 19h. 

buraglio-bioules-viallat-meurice
Au second niveau, des œuvres de Pierre Buraglio, Vincent Bioulès, Claude Viallat et Jean-Michel Meurice.


elia-pagliarino-loth-et-ses-filles
« Loth et ses filles », par Elia Pagliarino.

• Les Contes sauvages d’Elia Pagliarino à la Galerie Annie-Gabrielli

A la Galerie Annie-Gabrielli, à Montpellier, se tient jusqu’au 17 mars prochain une exposition diffusant une plaisante atmosphère d’étrangeté. Sous l’intitulé « Contes sauvages », elle rassemble des dessins, céramiques et résines laissant une large place au trait et à la poésie de l’imaginaire.

Lire ICI l’article consacré à cette exposition.

Galerie Annie-Gabrielli – 33, avenue F. Delmas (avenue de Nîmes) – Montpellier.
Tel. : 06 71 28 53 24. www.galerieanniegabrielli.com

Exposition visible du mercredi au samedi, de 15h à 19h.



 

agathe-david
« Dans le labyrinthe » © Agathe David.

• Les rêves mystérieux d’Agathe David à l’espace Saint-Ravy

Le dessin a décidément le vent en poupe… Du 9 février au 4 mars 2018, Agathe David expose à Saint-Ravy des œuvres réalisées au stylo bille, aux crayons de couleurs ou à l’aquarelle, sous l’intitulé Dans le labyrinthe. Son goût pour le rêve, le mystère et l’enchantement s’y exprime en toute liberté.  

Inspirée par les pratiques anciennes, les récits, les mythes et les religions, mais aussi par les citations d’écrivains ou de philosophes, influencée par l’univers des cabinets de curiosités et des chambres des merveilles de la haute Renaissance, Agathe David crée, dans ses œuvres, des passerelles entre le réel et le merveilleux par le biais d’un univers onirique affirmé. Lire la suite ICI.

Espace Saint-Ravy – Place Saint-Ravy – 34000 Montpellier.


 


Double actualité pour Carmelo Zagari, qui expose à la fois à Montpellier (à la Galerie ChantiersBoîteNoire) et à Sète (au MIAM).

carmelo-zagari
Carmelo Zagari, œuf d’autruche gravé et teinté, 2018, galerie ChantiersBoîteNoire.

• Les Sortilèges de Carmelo Zagari à la Galerie ChantiersBoîteNoire, à Montpellier

Professeur aux Beaux-Arts de Montpellier, l’artiste dévoile, du 17 février au 21 avril 2018, à la Galerie ChantiersBoîteNoire, « une partie de son petit laboratoire : dessins, objets fétiches et grisailles ».

« Objets divinatoires faussement ou réellement sortis des limbes obscures, souvent étonnamment colorés dialoguent par énigmes, rébus secrets, images subliminales. Fétiches, grigris protecteurs des âmes ramenés de l’autre côté du reflet entre le bien et le mal, participent tous au jeu de la vie, de l’amour, du hasard et de la mort », selon Carmelo Zagari.

Vernissage vendredi 16 février.

Galerie ChantiersBoîteNoire – Hôtel Baudon de Mauny – 1, rue de la Carbonnerie – 34000 Montpellier – Tel. : 06 86 58 25 62.
Exposition visible du jeudi au samedi de 15h30 à 19h00.

• Le Carnaval des yeux de Carmelo Zagari au MIAM, à Sète

Jusqu’au 11 mars 2018, le Musée International des Arts Modestes de Sète présente une centaine de tableaux de Carmelo Zagari,  se transformant ainsi en une immense galerie de portraits.

« Rencontre de la culture savante – la grande histoire de la peinture – et des cultures populaires – les tarots, la Commedia dell’Arte –, Carnaval des yeux questionne aussi la notion de collection, inhérente à l’Art Modeste : collection de motifs et de signes mêlant réel et  symbolique ; rapport de chaque œuvre à la collection. Enfin, Carnaval des yeux fait directement référence à l’Italie du Sud, terre d’origine de Carmelo Zagari, mais aussi part essentielle de l’ADN sétois » indique Norbert Duffort, commissaire de l’exposition.

Musée International des Arts Modestes – 23, quai Maréchal de Lattre de Tassigny – 34200 Sète – Tel. : 04 99 04 76 44.
Exposition visible du mardi au dimanche de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00.

carmelo-zagari



 

mohamed-lekleti
Mohamed Lekleti, « Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes ». Technique mixte et taxidermie sur papier – 120×150 – 2017.

4 à 4 au Musée Paul-Valéry, à Sète

La nouvelle exposition d’art contemporain mise sur pied par la directrice et conservatrice du Musée Paul-Valéry, Maïthé Vallès-Bled, réunit 4 regards actuels, 4 univers uniques. Pastel, peinture, photographie… différents médiums sont ici à l’honneur.

Organisée du 17 février au 20 mai 2018, cette exposition rassemble des œuvres des peintres Thierry Delaroyère et Mohamed Lekleti, des tableaux réalisés « à 4 mains » en Inde par les peintres André Cervera et Swarna Chitrakar, et des photographies de Pascal Fayeton.

Vernissage vendredi 16 février.

Musée Paul-Valéry – 148, rue François Desnoyer – 34200 Sète – Tel. : 04 99 04 76 16 – http://museepaulvalery-sete.fr


 


philippe-ramette-crac-sete
Exposition collective La Tempête © CRAC Occitanie à Sète – Philippe Ramette – « A Contre-Courant » (Hommage à Buster Keaton), 2008 – Photographie Marc Domage © Philippe Ramette – Courtesy de l’artiste & galerie Xippas.

La Tempête au Centre régional d’art contemporain (CRAC) de Sète

Le Centre Régional d’Art Contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée à Sète présente, jusqu’au 11 mars 2018, l’exposition collective La Tempête.

Cette exposition rassemble les œuvres d’une quarantaine d’artistes dont plusieurs ont déjà exposé au Crac. « La tempête dans un crâne, dans un verre d’eau, éblouissante, intime, bouleversante, destructrice, source de vie, d’envies et de peurs… C’est autour de ces quelques notions que s’est articulé le choix des artistes, de leurs œuvres, pour faire de cette exposition un événement indéfinissable » indique Hugues Reip, commissaire de cette exposition.

CRAC – 26, quai Aspirant Herber – 34200 Sète – Tel. : 04 67 74 94 37 – http://crac.languedocroussillon.fr
Ouvert tous les jours de 12h30 à 19h00. Le week-end de 14h00 à 19h00. Fermé le mardi. Entrée libre et gratuite.


 


elisa-fantozzi
Une œuvre d’Elisa Fantozzi.

N’oublie pas que tu vas mourir, à la Galerie Sur Les Quais, à Sète

A Sète, la Galerie Sur les Quais, dirigée par Pascale Peyre, propose, tout le mois de février, une exposition collective sur les vanités.

Caractère éphémère de la vie, fatalité de la mort… une vingtaine d’artistes déclinent ce sujet à l’envi, dont Jean-Jacques François, Alain Vaissière, Jean-Marc Le Bruman, Philippe Jacq, bhâ, Thierry Mouillé, Marie-Noëlle Pecarrère, Nils Thornander, Maël Mignot, Elisa Fantozzi, Philippe Routier, Frédéric Hoyer, Virginie Fongaro, Laurent Galland, Jean-Noël Laszlo, Amin Rahhali, Frédéric Defive, Chill One, Réda Rahhali et Willy Mtl.

Galerie Sur Les Quais – 10, quai Rhin et Danube – 34200 Sète – Tel. : 07 68 01 61 54.


 


 

sophie-julien-sylvain-fraisse
Sylvain Fraysse, « Against the stencil ».

• Sylvain Fraysse Demande à la Poussière à la Galerie Sophie-Julien, à Béziers

Du 19 février au 10 mars, Sylvain Fraysse investit les 3 étages de la Galerie Sophie-Julien à l’occasion d’une exposition personnelle dont le titre se veut un clin d’œil au roman éponyme de John Fante. 

La galeriste explique : « L’artiste nous mène à voir sa vision de la culture de sa génération avec la toile Love Park sur la destruction de ce lieu emblématique de la culture underground de Philadelphie, des arrêts sur images de sites pornographiques, images retravaillées jusqu’au moment où l’on s’aperçoit qu’au fond il n’y rien à voir grâce à sa technique de pochoirs (série Against the stencil), et son travail de fusain et encre, dessins effacés et recommencés jusqu’à l’obtention d’un résultat qui perturbe nos repères. De la poussière aussi avec des gravures sur placo d’extraits de carnets de Ian Curtis (chanteur de Joy Division) et de la lettre d’adieu de Kurt Cobain. Au sous-sol, l’artiste propose l’installation vidéo Scoptofilia, et en vitrine l’installation Le plus compliqué toute l’année, c’est le crépuscule, réalisée en collaboration avec Sarah Vialle, installation de bouquets de fleurs séchées couverts de peinture phosphorescente, clin d’œil à La disparition des Lucioles de Pasolini et hommage à Marguerite Duras, qui gardait les bouquets de fleurs qu’on lui avait offerts ».

Galerie Sophie-Julien – 3 et 5, rue Pierre-Flourens – 34500 Béziers – Tel. : 06 46 80 78 94.


 


starling-mrac-serignan
Œuvre de Simon Starling.

• Simon Starling A l’ombre du pin tordu & Maxime Rossi Christmas on Earth continued au MRAC de Sérignan

Jusqu’au 18 mars 2018, le MRAC expose des films, photo­graphies, sculptures et installations de l’artiste anglais Simon Starling, qui a été récompensé par le Turner Price en 2005. Piano mécanique qui joue tout seul à intervalles réguliers, évocation des masques dans la performance sur scène, présence chorégraphique filmée reliant passé et présent dans un musée à Mexico… Simon Starling laisse des traces. Au visiteur de le suivre.

Pour sa part, l’artiste français Maxime Rossi expose une improvisation filmée du groupe Dirty Song à partir de la chanson Louie Louie des Kingsmen (1963), sur la base des paroles subversives que le FBI crut y déceler, mais aussi de la version instrumentale de Pink Floyd que le groupe avait composée pour John Latham.

A voir aussi, au MRAC, l’accrochage actuel de la collection permanente, sous le titre La Pergola.

Musée régional d’art contemporain Occitanie – 146, avenue de la Plage – 34410 Sérignan – mrac.laregion.fr
Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h et le week-end  de 13h à 18h. Fermé les jours fériés.


 


faces-cachees

Faces cachées, quand l’abstraction révèle les réalités à L’Annexe du MRAC, au lycée Marc-Bloch à Sérignan

Une dizaine d’œuvres de la collection du Musée régional d’art contemporain de Sérignan sont actuellement présentées au Lycée Marc-Bloch. Elles ont été sélectionnées par 4 lycéennes qui ont monté de toute pièce cette exposition dans le cadre des Travaux Personnels Encadrés (TPE), épreuve évaluée au baccalauréat. Un défi brillamment relevé ! 

Parmi les œuvres choisies pour aborder la thématique de l’abstraction figurent les célèbres empreintes de pneus de Stämpfli, une œuvre de Claude Viallat arborant son motif récurrent, des œuvres poétiques de Jean Messagier et Birgir Andrésson, ou encore une œuvre minimale d’Olivier Mosset.

Rencontres avec les commissaires de l’exposition les 28 mars et 16 mai à 15h00. Visite sur réservation au 04 67 32 33 05.

Lycée Marc-Bloch – 1, avenue Georges-Frêche – 34410 Sérignan.

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité