Avec Claude Bonin-Pissarro, couleurs et joie de vivre au zénith

Par |

Certains peintres pourraient être accusés de ne représenter dans leurs tableaux qu’une vision morose voire sombre de la réalité. C’est tout le contraire pour Claude Bonin-Pissarro, petit-fils du peintre Camille Pissarro. La galerie Jean-Claude Réno dédie au peintre, aujourd’hui âgé de 95 ans, une rétrospective qui donne un large aperçu de ses talents de coloriste. A voir jusqu’au 7 mai 2016.

L’exposition rassemble au total une vingtaine de tableaux – à la peinture à l’huile sur toile – de la fin des années 40 au début des années 90. On distingue notamment de beaux intérieurs. Ils sont confortables, agrémentés de plantes vertes et de lampes d’appoint, et permettent au peintre d’aborder le sujet des natures mortes, qui lui réussit bien. Le parquet au sol suggère des appartements cossus, et l’on entendrait presque les rires des enfants de la famille. Les paysages naturels ne sont pas en reste : de jolies routes de campagne serpentent entre des arbres qui leur font des haies d’honneur. Des petits villages suggèrent la quiétude des jours heureux et incitent à la promenade. De nombreuses scènes de plages évoquent les plaisirs estivaux et rappellent l’insouciance, et quelques voiliers donnent des envies d’ailleurs. La palette chromatique est large : des rouges éclatants côtoient des orangés chaleureux, des roses flamboyants, et tranchent avec des bleus perçants ou des verts vifs… Claude Bonin-Pissarro, qui assure « La couleur, c’est mon bonheur », sait aussi ménager des zones blanches pour faire rayonner ses toiles. Dans de nombreux tableaux, l’influence d’Henri Matisse et de Raoul Dufy est perceptible. Celle de Camille Pissarro également, qui conseillait à son petit-fils de « ne pas craindre de mettre de la couleur » et qui lui disait : « Il ne faut avoir qu’un seul maître, la nature ». Si l’on se réfère aux dates de réalisation des œuvres, on ressent une évolution vers plus de liberté dans le geste ; au fil des années, le peintre s’est affranchi d’une certaine sagesse du trait et a libéré les formes. Une rétrospective plaisante.

Virginie MOREAU

vm.culture@gmail.com

> Galerie Jean-Claude Réno – 10, rue Saint-Firmin – 34000 Montpellier – Tel. : 04 67 66 37 30.

> Exposition visible jusqu’au 7 mai 2016, du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité