La guerre des métaux rares est déclarée

Par |

Une catastrophe écologique et des bouleversements géopolitiques majeurs : c'est l'envers du décor de la belle image d'une société de partage, plus écologique. A l'origine de ce décalage se trouve la guerre aux métaux rares, nécessaires aux technologies élaborées, sur lesquelles se base cette nouvelle société, décrypte une enquête minutieuse.

La révolution verte, une illusion aux conséquences dramatiques ? C’est ce que montre, pas à pas, La guerre des métaux rares, la face cachée de la transition énergétique et numérique, ouvrage du journaliste Guillaume Pitron (Ed. Les liens qui libèrent). A la base du problème : si les éoliennes tournent, les voitures électriques roulent et les ordinateurs existent, c’est en utilisant des métaux rares, qualifiés de « pétrole du XXIe siècle » par l’auteur. « La prétendue marche heureuse vers l’âge de la dématérialisation n’est donc qu’une vaste tromperie puisqu’elle génère, en réalité, un impact physique toujours plus considérable », pointe Guillaume Pitron.

Les divers vanadium, germanium, platinoïde, terres rares… sont employés, notamment, pour produire les énergies renouvelables, qui représentent déjà 19 % de la consommation d’énergie finale dans le monde. Et les objectifs des Accords de Paris, qui visent à contenir le réchauffement climatique, devraient en accroître encore l’utilisation. En effet, ces métaux, – qualifiés de rares, car il n’existent qu’en petite quantité, mêlés à d’autres –, ne génèrent pas de CO2. En revanche, leur extraction provoque « des impacts environnementaux encore plus importants que ceux générés par l’extraction pétrolière », dénonce Guillaume Pitron. L’opération nécessite l’utilisation de réactifs chimiques toxiques et de grandes quantités d’eau que les pays ne se soucient pas toujours de retraiter.

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité