« Reste avec moi », un grand et magnifique roman populaire récompensé par la Cène Littéraire (Prix des Afriques)

Par |
Couverture de l'ouvrage "Reste avec moi".

Dans le roman "Reste avec moi" Yejilde revient sur les lieux de son mariage avec Akin et se souvient comment elle a tenté de fonder une famille malgré une série d’embûches dramatiques. Dans le contexte politique difficile des années 80 qui a vu la montée de la dictature militaire au Nigéria, la question de la maternité, abordée d’une manière poignante, y est centrale.

Chronique rédigée par l’autrice montpelliéraine Anne Bourrel le 18 décembre 2020.
Dernière parution aux éditions La Manufacture de Livres : Le Dernier Invité, roman.
http://www.lamanufacturedelivres.com/le_site/Accueil.html

——————————————

Un premier roman récompensé

Reste avec moi (Stay With Me), d’Ayobami Adebayo, traduit de l’anglais (Nigeria) par Josette Chicheportiche, Charleston et J’ai Lu.

Reste avec moi a été remarqué dès sa traduction en France en 2019, deux années après sa première publication en anglais. Dans les pays anglophones, le roman est acclamé dès sa sortie. A ce jour, il est traduit en dix-huit langues.

L’autrice, née à Lagos en 1988, et dont c’est ici le premier livre, a été formée aux ateliers d’écriture de Chimamanda Ngozi Adichie (Americanah) et de Margaret Atwood (La Servante écarlate). Ayobami Adebayo a un style simple, efficace, tout entier dévoué à la narration. Il lui aura fallu huit ans pour écrire Reste avec moi. Sa patience et son acharnement auront payé : nous tournons les pages en oubliant que nous lisons, emportés par le destin des personnages et le souffle d’une écrivaine magicienne. Une fois le livre refermé, il reste encore des possibilités narratives, volontairement laissées en suspens. On se demande : « Mais ensuite, qu’arrivera-t-il à ce personnage et à celui-ci ? » Des phrases lues précédemment sont autant de points de départ à des discussions. On veut relire et partager le livre, débattre par exemple de ce proverbe yorouba qui soutend l’ensemble du roman : Omolo lo l’aye (Celui a qui des enfants possède le monde).

portrait d'Ayobami Adebayo.
Ayobami Adebayo.

Le prix des Afriques, pour répandre la littérature en Afrique à coût réduit pour les lecteurs

Reste avec moi vient de recevoir le prix des Afriques, décerné chaque année par la Cène Littéraire. Cette association menée tambour battant par Flore Agnès Nda Zoa, avocate camerounaise et suisse, défend et promeut la littérature africaine sur le terrain. Les droits du roman choisi, généralement publié en Europe, sont achetés de manière à imprimer les livres sur place, dans divers pays du continent africain. La Cène littéraire permet ainsi de faire tomber le prix de cinquante à cinq euros. Elle peut alors distribuer un maximum de copies, créant une abondance de livres comme une pluie bienfaitrice.

L’auteur primé bénéficie d’une résidence d’écriture rémunérée à Yaoundé, au Cameroun et reçoit diverses récompenses, dont une œuvre originale de l’artiste sénégalais Momar Seck.

Un tableau de Momar Seck.
Un tableau de Momar Seck.

Ayobami Adebayo ira à la rencontre de ses lecteurs dans divers pays du continent. Des ateliers d’écriture et de lecture seront proposés tout au long de l’année par la Cène Littéraire dans toute la zone francophone sub-saharienne.

La littérature est apportée là où elle est désirée, attendue, espérée, là où elle manque : auprès de populations jeunes et enthousiastes en demande de textes d’aujourd’hui, écrits par des auteurs africains et qui ne pourraient pas acheter un livre équivalent au salaire mensuel de leurs parents.

Les participants d'une réunion de La Cène Littéraire.

Pourtant, il est primordial que les auteurs africains soient lus aussi en Afrique et qu’ils soient connus à l’étranger comme dans leur pays d’origine. La politique du livre quasi inexistante et des droits de douane exorbitants freinent la circulation des livres, alors que les lecteurs sont en demande et que la littérature africaine est riche et abondante, variée et novatrice. Mais l’engagement de la Cène littéraire, humaniste, intelligent et bon, permet de faire bouger les lignes. En seulement cinq années d’existence, le prix des Afriques est devenu un prix respecté et convoité. Les rencontres littéraires sont très suivies et attendues avec ferveur.

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité