Culture / Mohamed Lekleti fait exploser les frontières à Salses

Par |

Focus sur Mohamed Lekleti, dont on vient d’apprendre qu’il va exposer à l’espace Bagouet en 2015. Ce n’est que justice, quand on sait que ses dessins sont régulièrement présentés aux salons Drawing Now et Art Elysées, pour ne citer qu’eux. Nous l’avons rencontré alors qu’il allait monter une installation intitulée « Visa pour un territoire » à la forteresse de Salses (Centre des monuments nationaux). L’exposition est visible dès à présent et jusqu’au 15 janvier 2015 (vernissage le 7 novembre). Le dessinateur et peintre, devenu plasticien pour l’occasion, explique ce projet…

« Suite à ma visite à la Forteresse de Salses, le thème de la notion de territoire s’est imposé à moi comme une évidence. Le territoire inclut l’existence de la frontière, qui présente une ambivalence, tantôt elle emprisonne, rend esclave, tantôt, au contraire, elle assure, garantit la liberté ; elle représente à la fois une menace et une promesse, elle suscite crainte et espoir, elle est cause d’affrontement, de haine ou instrument d’équilibre, de bonne entente. Réfléchir sur les frontières signifie trouver le mode d’emploi qui les rende positives et fécondes. Les frontières impliquent une tension, par quoi j’entends une relation dynamique d’échanges entre identité et altérité.

Le projet que je propose ici est une œuvre in situ sous forme d’une installation déployée dans l’espace comme un microterritoire semi-clos avec quatre panneaux disposés face à face par allusion aux quatre points cardinaux en interaction avec une sculpture centrale. Un dispositif régi par ses propres codes, une approche ouverte qui se traduit par une fusion des frontières des différents médiums employés (dessins /sculpture /vidéo), afin de forcer les limites et forger une œuvre sur l’exploration des différentes facettes (politique, symbolique, géographique, mentale) de la notion de territoire.

Cette démarche a pour but de provoquer un effet miroir, nous renvoyer à notre propre condition, au rapport à nous-mêmes, à l’autre. Nous nous approprions un territoire, on le remodèle selon nos besoins afin d’ y inscrire notre trace, notre marque, notre empreinte. Le territoire représente l’espace intime, la référence et l’identité de chacun d’entre nous. Par cette création, le spectateur est invité à sonder son propre territoire mental, à affronter son semblable, son fou, son étranger, en bref son double. »

Mohamed Lekleti

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité