A nos Atrides ! au Théâtre Jean-Vilar de Montpellier les 28 et 29 novembre

Par |
atrides-affiche-couv
Les 28 et 29 novembre au Théâtre Jean-Vilar de Montpellier, la Compagnie L’Emetteur donnera deux représentations de A nos Atrides !, d’après L’Orestie d’Eschyle.

Une épopée tragique

La Compagnie L’Emetteur résume ainsi la tragédie : « Agamemnon, le roi d’Argos, revient triomphant de la guerre de Troie avec sa captive et concubine, Cassandre. Pour se venger du sacrifice de leur fille Iphigénie, dix ans auparavant, Clytemnestre, son épouse, les assassine tous deux avec la complicité de son amant Egisthe. Des années plus tard, Oreste, le fils, revient d’exil pour venger son père et assassine, avec la complicité de sa sœur Electre, les amants maudits. Oreste, le matricide, devient alors la proie des Erinys vengeresses et s’en remet au jugement des Dieux »…

Interprètes et scénographie

Trois comédiennes, quatre comédiens et un musicien sont le chœur contemporain qui représente cette tragédie, avec un jeu basé sur une grande intensité physique. Plus que le ou les rôle(s), il s’agit ici d’incarner le Verbe tragique et épique. Elles et ils sont aussi instrumentistes, sur un principe de chœur musical, ainsi qu’à la manœuvre des éléments composant la scénographie. Ils évoluent sur un tapis de danse peint et sur des portiques métalliques roulants, tandis qu’est projetée une vidéo sur un mur de plastique blanc évoquant la skené grecque.

Un spectacle qui soulève des questions cruciales

Qu’est-ce qui rend possible le massacre d’un peuple par un autre peuple ? Comment un père peut-il sacrifier sa propre fille à ses desseins de conquête ? Qu’est-ce qui conduit une femme à massacrer son époux, avec la complicité amoureuse du cousin de la victime ? Qu’est-ce qui amène une fille et un fils à projeter le meurtre de leur propre mère et à l’égorger publiquement ?

« L’Orestie d’Eschyle, 500 ans avant notre ère, pose la question d’une violence endémique émanant des fondements même d’une société humaine. Cette violence, c’est donc la nôtre. Les Atrides, c’est nous », estime la Compagnie L’Emetteur.

Informations pratiques

Les 28 et 29 novembre
Théâtre Jean-Vilar de Montpellier
155, rue de Bologne – 34080 Montpellier
https://theatrejeanvilar.montpellier.fr
Traduction : Florence Dupont (éditions de l’Arche )
Adaptation et mise en scène : Laurent Pérez
Collaboration à la mise en scène : Sarah Freynet
Avec : François-Xavier Borrel, Roland Bourbon, Clemence Da Silva, Régis Goudot, Agnès Claverie, Mathieu Hornain, Sylvie Maury et Laurent Pérez
Vidéo et son : Mathieu Hornain et Pierre Comte
Scénographie : Camille Bouvier
Création lumière : Didier Glibert
Costumes : Alice Thomas

Durée : 2 heures

Public : à partir de 14 ans

Coproduction : Théâtre Sorano, Théâtre de la Cité, Théâtre Jules Julien et Du Grenier à la Scène

Partenaires : Théâtre du Pont Neuf de Toulouse,Théâtre de l’Usine de Saint-Céré, Théâtre de la Maison du Peuple de Millau, Théâtre Municipal d’Aurillac, MJC de Rodez, Théâtre Jean-Vilar de Montpellier. 

Ce spectacle reçoit le soutien de la DRAC Occitanie, la Région Occitanie, la Mairie de Toulouse, du Conseil Général de la Haute-Garonne, d’Occitanie en Scène, de la Spedidam et de l’ADAMI.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité