Chanel s’offre un défilé-croisière aux Carrières de lumières des Baux-de-Provence le 4 mai

Par |
Gabrielle Chanel / Exposition « Vassily Kandinsky, l’odyssée de l’abstrait », section « Abstraction » - Simulation : © Culturespaces / Cutback

La maison de haute couture Chanel s'offre en mai un défilé sur le thème des croisières, aux Carrières de lumières, pour commémorer le cinquantième anniversaire de la disparition de sa célébrissime fondatrice, Gabrielle Chanel.

Le tant attendu défilé ‘Croisière 2021-2022’, de la marque de luxe Chanel, est envisagé comme un hommage à sa fondatrice, Gabrielle Chanel, décédée il y a cinquante ans.

Croisière 2021-2022

Le défilé y dévoilera le vestiaire d’été dont les bases ont été pensées et dessinées par la grande dame, en 1920 et revues par Virginie Viard.

«Toujours ôter, toujours dépouiller, jamais ajouter ; il n’y a pas d’autre beauté que la liberté du corps.» Gabrielle Chanel

Une vie de légende

Gabrielle Chasnel, ou « Coco Chanel », était une créatrice de mode, modiste et grande couturière française (1883-1971).

Malgré la grande fratrie dont elle était issue (elle eut 5 frères et sœurs), Gabrielle Chanel, dite Coco Chanel, eut une enfance solitaire, souffrant du manque d’amour de son père, qui s’était rêvé une vie de succès qu’il n’atteignit jamais.

Deux légendes coexistent quant aux années qui suivirent le décès de sa mère. Selon les uns, son père l’abandonna avec sa sœur dans un orphelinat. Ces six années d’orphelinat lui auraient appris la couture, mais aussi l’austérité. Ce que les observateurs mettent en parallèle avec le style qu’adopterait ensuite la future styliste. « Elle se serait inspirée du lieu pour créer des vêtements aux lignes épurées harmonieuses (à l’instar de l’architecture sobre et géométrique de l’abbaye), aux couleurs neutres (noir et blanc comme l’habit des sœurs et des pensionnaires qui leur permettait de se mouvoir librement, comme la tenue qu’elle portait elle-même, sombre, avec col blanc et lavallière), et beige (comme la couleur des murs), ou pour créer son logo (voir les pavements anciens des sols et les « C » entrelacés des vitraux de l’abbatiale) ». D’autres sources, qui semblent plus fiables, affirment qu’elle fut confiée à la cousine germaine de sa mère, Anaïs Clouvel, qui fit d’elle, à 12 ans, une bonne d’enfants et une domestique.

A peine âgé de 18 ans, Gabrielle Chanel se serait perfectionnée dans le métier de « couseuse » à Moulins, tout en tentant une carrière dans le music-hall sous le surnom de Coco. Sa rencontre avec un homme du monde, bien né, lui permit d’apprendre les usages de la haute société. L’Anglais Arthur Capel, qu’elle fréquenta ensuite, lui offrit sa première boutique de couture à Paris en 1909.

Elle débuta sa carrière dans la mode féminine en tant que modiste, proposant des chapeaux aux lignes épurées qui contrastaient avec ceux de l’époque. Le succès fut immédiat. Le public fut séduit par son style vestimentaire, à la fois simple, élégant et pratique, faisant fi des corsets et autres gaines, et libérant la silhouette, et par ses cheveux courts.

Une star du stylisme était née… Elle allait créer ses fameux tailleurs, ou encore la célébrissime « petite robe noire ». Et un empire de la haute couture comme peu surent en bâtir, avec des branches connexes : parfums, joaillerie…

Elle était proche de Jean Cocteau mais aussi de Serge Diaghilev. La célébrité lui fit côtoyer de nombreux artistes : peintres, musiciens… D’où sans doute le fait de lui rendre hommage dans un lieu, les Carrières de lumières, qui accueille habituellement des expositions artistiques.

Merci à notre partenaire presse, l’Echo du mardi (Vaucluse), de nous avoir alertés sur ce défilé.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité