YOKO ONO, 1ère rétrospective en France au MAC LYON en 2016

Par |

Plasticienne, musicienne, vidéaste, à l’origine de la performance, engagée pour la Paix, Yoko Ono, égérie et compagne de John Lennon, contribue à redéfinir et élargir considérablement l’art de notre temps. Du 9 mars au 10 juillet 2016, le MAC LYON présentera sur 3000 m², YOKO ONO : Lumière, une rétrospective de ses œuvres, de 1952 à 2016, à pratiquer, voir et entendre…

Le Musée d’art contemporain de Lyon annonce la toute première rétrospective française consacrée à l’œuvre de Yoko Ono. Il est rare qu’une artiste présente dès ses débuts une œuvre accomplie. C’est le cas de Yoko Ono qui, dès l’origine, expose de nouvelles idées et concepts, et conçoit de nouvelles manières d’écouter et de produire du son. Elle parfait son éducation entre la philosophie et la vie en temps de guerre, privations et déplacements.

Née à Tokyo en 1933…

… elle se rend aux États-Unis à l’âge de 3-4 ans, mais doit regagner le Japon avec sa famille quand la guerre éclate. Pendant le bombardement de Tokyo, elle et son frère sont contraints de fuir à la campagne pour échapper à la destruction de la ville. C’est là qu’elle découvre le ciel et le pouvoir de l’imaginaire : elle crée pour son frère affamé des « menus pour le ciel ». Le ciel devient à ses yeux une oasis de paix, lui permettant d’échapper aux difficultés qui l’entourent.

En 1952, elle écrit une œuvre intitulée The Soundless Music

…et une autre dont elle crée les images, qui porte le titre de An Invisible Flower. Les deux sont avant tout des « concepts ». En 1953, Yoko Ono retourne à New York afin de poursuivre ses études et c’est là qu’elle écrit A Grapefruit in the World of Park, qui sera le canevas de quelques-unes de ses toutes premières performances. Au cours de l’hiver 1960/1961, Yoko Ono soutient l’idée qu’une représentation visuelle d’un concept ou d’une idée n’est pas nécessaire, et elle présente des instructions pour peintures, qui consistent en de simples mots écrits sur des feuilles exposées. L’étape finale de ce processus sera la publication en 1964 de Grapefruit.
Yoko Ono crée des oeuvres pour différentes formes : son, film, participation, instruction, architecture, installation, environnement… Toutes ces formes sont présentées dans la rétrospective du MAC Lyon qui couvre la période 1952-2016, soit 64 ans de création.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité