André Deljarry : “La CCI Hérault prépare activement le retour de l’activité économique le 11 mai”

Par |
Andre-Deljarry-president-cci-herault
André Deljarry, le président de la CCI Hérault. Crédit Marc Ginot

Depuis le 17 mars, la CCI Hérault a informé et accompagné plus de 28 500 entreprises héraultaises qui l’ont contactée à l’adresse covid19@herault.cci.fr. La chambre consulaire poursuit l’accompagnement des commerces et entreprises, et met en téléchargement gratuit ses chartes sécurité et un annuaire des fournisseurs et prestataires pour faciliter le retour de la clientèle dans les magasins. Comment la chambre prépare-t-elle l’après 11 mai ? Les réponses d’André Deljarry, président de la CCI héraultaise, premier vice-président de la CCI Occitanie.

HJE : Depuis le début de la crise, la CCI de l’Hérault est particulièrement active…

André Deljarry : “Le président national des CCI vient de nous citer en exemple. C’est une fierté que j’adresse directement à nos collaborateurs de la CCI Hérault. Depuis le 17 mars, nous sommes en effet sur le pont. Nous avons accompagné 28 500 entreprises depuis le début de la crise du Covid-19. Je remercie d’ailleurs l’ensemble des collaborateurs de la chambre et les 60 personnes qui, quotidiennement, sont à la disposition des chefs d’entreprise. Nous avons travaillé sur l’avant, le pendant et nous travaillons désormais sur l’après 11 mai.” 

Pouvez-vous détailler ces actions ?

“Avant, nous avons mis en place les cellules d’aide, les écoutes – dont l’écoute psychologique avec l’Observatoire Amarok et Gnosis groupe Oc Santé –, la cartographie des commerces ouverts qui recense 2 450 points de vente sur l’Hérault, la plateforme d’entraide entre entreprises pour des commandes groupées par exemple de matériel sanitaire, les chartes produits notamment avec la chambre d’agriculture et Jérôme Despey son président…  Pendant le confinement, nous avons préparé les chartes pour la grande distribution, les produits à vendre (tabac, presse, pharmacie, etc.). Nous sommes maintenant en phase 3, celle de l’après-confinement pour une partie des commerces, sauf les CHR (cafés, hôtels, restaurants), les salles de sport… Nous sommes interactifs avec le préfet, la totalité des services de l’Etat et les syndicats de branches professionnelles. Nous travaillons sur le 11 mai et nous l’espérons avec beaucoup de vigueur, le 2 juin pour les CHR, et le 2 ou le 4 juillet pour les plages privées.”

Quelles sont les actions mises en place par la CCI de l’Hérault pour faciliter la reprise d’activité à partir du 11 mai ?

“Nous lançons des chartes sécurité pour l’accueil de la clientèle. Elles sont réalisées en lien avec la préfecture de l’Hérault et le préfet Jacques Witkowski. Elles concernent tous les types de commerces et d’entreprises : le coiffeur, le chauffeur, le bijoutier, etc. Nous avons également participé à l’élaboration de la charte du bâtiment avec Thierry Ducros, président de la FFB 34. Les commerçants disposeront, à partir du 11 mai, d’une affiche “Ici commerce sécurisé Covid-19” pour rassurer la clientèle. Nous ferons de l’accompagnement sur le terrain à partir du 12 mai, et je serai ce jour-là à Montpellier le matin et à Sète et Béziers l’après-midi. Le réseau d’affichage Médiaffiche nous accompagne dans cette communication.”

Que présentent ces fiches sécurité ?

“Les gestes barrières et le traçage au sol, l’organisation du point de vente depuis l’extérieur jusqu’à l’accueil, la façon dont sont proposés les produits, la circulation dans le magasin, la façon de nettoyer les lieux… Avec des spécificités comme la pose de Plexiglas® sur les caisses. L’idée est de protéger à la fois les clients et les salariés, mais aussi les flux. Nous avons travaillé sur ce point avec le Polygone et différents commerces et entreprises. Je précise que toutes les chartes sont mises à disposition en ligne sur le site de la CCI Hérault depuis jeudi dernier. Elles sont téléchargeables gratuitement, et j’invite tous les commerçants à en prendre connaissance. Nous sommes même allés plus loin en référençant les fournisseurs de matériels et équipements comme le Plexiglas®, les masques, les gants, le gel…”

Des aides financières seront-elles mises en place pour adapter les points de vente ?

“Pour le moment – je le dis au conditionnel – le gouvernement part du principe que les aides accordées pendant la fermeture correspondent à peu près à ce qui devait être fait. La CCI Hérault est en train de monter un dossier de financement pour mettre en place un dispositif d’aide pour l’équipement des points de vente. Nous verrons ! J’essaie par ailleurs de voir comment unifier les différentes aides mises en place par l’ensemble des acteurs. Je veux dire d’ailleurs que l’Etat, la Région, le Département, les intercommunalités et les communes ont tous répondu présent. A l’image de Sérignan par exemple, qui est à l’initiative du versement des primes exceptionnelles à son personnel sous forme de bons d’achat dans les commerces de la commune. C’est une initiative que j’aimerais voir se généraliser. Il en va de la survie de nos petits commerces.”  

Certains demandent la baisse de la TVA ou l’annulation d’échéances sociales et fiscales …

“L’Etat vient de faire un effort financier comme jamais. C’est historique. C’est-à-dire près de 300 milliards d’euros, sachant que tous les jours s’ajoutent d’autres mesures. On ne peut pas dire que l’Etat, les Régions et les collectivités n’ont pas joué le jeu ! J’ai fait un calcul. J’ai repris les critères d’éligibilité pour certaines subventions demandées par une entreprise ayant 1 million d’euros de CA, un bénéfice entre 20 000 et 60 000 euros, et 10 salariés environ… Malgré tous les dispositifs et aides mis en place par l’Etat et les autres acteurs économiques, la crise du Covid-19 coûte à l’entreprise environ 15 000 et 20 000 euros par mois ! Evidemment c’est important, mais le choc est amoindri. Je suis d’accord pour que l’on fasse un packaging de matériel (gel, gants, masques) et d’équipement pour les mesures sanitaires, autour de 1 000 à 2 000 euros, pris en charge par la commune, la Région ou l’Etat, mais rien n’est fait encore. Ces collectivités ont-elles d’ailleurs les moyens d’aller plus loin dans cette prise en charge ?” 

Qu’en est-il du groupe de travail “Rebond” de la CCI ?

“Nous travaillons avec ce groupe sur 2 axes : le rebond à partir du 11 mai jusqu’au 31 août. Et après, de septembre à décembre, sur une grande opération menée avec la Région Occitanie et les collectivités pour relancer la totalité de l’économie et du commerce du territoire. Avec la reconduction notamment de l’opération Commerce de la fin d’année dernière qui avait été menée suite aux “Gilets jaunes”. Nous sommes en phase d’étude. Le Département de l’Hérault mettra à notre disposition toute la panneautique départementale. Cette opération ne concernera pas seulement les commerces de centre-ville, mais l’ensemble des commerces de l’Hérault.” 

Quel est votre sentiment sur cette sortie de crise ?

“Il faut que l’économie reparte. Aujourd’hui nous avons au moins une date. Il reste bien sûr des zones floues, notamment concernant le tourisme et le bord de mer. Nous ne sommes pas au bout du tunnel. L’économie assurait avant le 11 mai entre 20 et 30 % d’activité ; nous allons passer à 70 %. Il est temps que l’on retrouve la pleine activité, parce que la situation ne sera de toute façon pas durable pour le pays. Il est évident que le calcul humain est lourd et qu’il ne faut pas transiger avec les mesures sanitaires, qui restent à suivre avec vigilance. Mais je suis persuadé que si les recommandations sont appliquées, on pourra limiter la casse économique et humaine. Et si des établissements sont hors des clous – on l’a vu avec M. le Préfet – il y aura fermeture administrative. C’est clair. Les règles sont établies et connues.” 

Certains CHR et gérants de plage craignent qu’une réouverture partielle coûte plus cher qu’une fermeture stricte et une année blanche…

“Pour ma part, je pense qu’un semblant d’activité, c’est mieux que rien. Nous travaillons avec Joël Ortiz, le président des plages, à un module de reprise adapté pour des concessions plus petites, avec moins de transats, un concept de saladerie-grillade plus simple, et donc moins de charges pour le concessionnaire. Nous essayons parallèlement d’obtenir des concessions plus longues dans le temps jusqu’au 15 septembre, et que les concessionnaires soient éligibles au Prêt Garanti par l’Etat (PGE) avec un étalement plus long des remboursements. Nous travaillons aussi avec les communes et les intercommunalités pour que le prix de la concession de cette année soit faible ou nul, voire à hauteur d’un euro symbolique…” 

Et pour le secteur des cafés, hôtels, restaurants ?

“Pour les restaurateurs, les choses peuvent être adaptées, comme mettre des gants, une visière plutôt qu’un masque, des séparations en Plexiglas® entre les tables. De toute façon, nous réfléchissons pour que dès le 11 mai, l’économie reprenne ses marques. C’est indispensable pour maintenir le lien social et la cohésion humaine qui font l’ADN de la France. Il faut que tout se mette en place dès maintenant. Il faut impérativement redonner de l’espoir aux chefs d’entreprise et ne laisser personne au bord du chemin. Mais il ne faut pas oublier que chaque année, des entreprises disparaissent et d’autres naissent. Il va s’en créer autour de cette nouvelle économie sanitaire et des besoins liés au Covid-19. L’économie va certainement se recentrer sur les services essentiels, mais le chemin sera long. L’impératif est de pouvoir s’adapter. La CCI Hérault est là pour ça, toujours dans la réactivité.” 

Que pensez-vous aujourd’hui, de ceux qui ont un temps douté de l’utilité du réseau consulaire ?

Je serais tenté de dire « no comment ». Mais la CCI Hérault, comme toutes les autres CCI, a toujours été là pour l’entreprise, elle est plus que jamais là aujourd’hui pour l’entreprise, et toujours dans la plus grande réactivité.”

Propos recueillis par Daniel Croci.


Fil d’actus « Coronavirus et entreprise »

Le fil d’actualités HJE spécial « Coronavirus et entreprise » est accessible sur la page d’accueil du site heraultjuridique.com. Il recense toutes les informations ministérielles et des services de l’Etat au fur et à mesure de leurs publications et mises à jour. Accès au Dossier HJE Coronavirus et Entreprise.


Téléchargez le dernier HJE

L’HJE (print) de ce jeudi est en libre téléchargement ICIainsi que nos précédentes publications.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité