Interview de Julien Bourgoin, président de la JCEF : « Audace Citoyens »

Par |

Vingt ans après la dernière convention nationale organisée en 1997 à Montpellier, 700 Jaycees congressistes – membres de la JCE – venus de toute la France vont échanger et préparer les actions à venir de la Jeune Chambre Economique Française. Julien Bourgoin, président de la JCEF, évoque pour l'Hérault Juridique les challenges citoyens lancés par son mouvement associatif.

HJE : La JCEF sera à Montpellier pour sa 64e convention nationale annuelle. Que représente ce rendez-vous pour les membres de la Jeune Chambre Economique ?

Julien Bourgoin : « La JCEF organise trois grandes rencontres par an. La première est la conférence des présidents, durant laquelle on forme nos 150 présidents locaux et fédéraux. Puis la convention nationale, rencontre à mi-année où l’on fait un état des lieux à mi-parcours. Elle permet aussi au président, au conseil d’administration et aux membres de faire un état des différents projets et actions. Divers points statutaires sont également abordés lors de cette convention, dont l’élection d’un projet national émanant d’une des Jeunes Chambres Economiques locales, qui sera repris par les JCE locales françaises durant les deux prochaines années. Le congrès national est notre troisième rendez-vous. »

Sur quelles thématiques allez-vous aborder cette convention nationale ?

« L’organisation locale de la JCE Montpellier va initier, en ouverture de l’événement, une conférence participative autour du thème de la « smart city » (« cité intelligente »). Sur deux jours, la convention nationale proposera plusieurs temps forts, dont deux ateliers. Le premier, le vendredi, sur le CV Citoyen et la reconnaissance de l’engagement associatif dans le monde de l’entreprise ; avec la participation de directeurs de ressources humaines de structures nationalement ou internationalement reconnues, comme Vinci ou Enedis. Un délégué interministériel sera également présent. Le samedi, nous organiserons une conférence – table ronde sur la manière de faire de la politique autrement. A la lumière de la dernière élection présidentielle, il nous a semblé intéressant de nous interroger sur la façon de concevoir la politique aujourd’hui. Ce qui est arrivé avec l’élection de M. Macron, et peu importe d’ailleurs la couleur politique, doit nous permettre de réfléchir sur l’élection à la présidence de la République d’une personne de 39 ans, hors parti, et face à un électorat très fragmenté. »

Quelle a été votre motivation première pour entrer à la JCE ?

« J’ai adhéré à la Jeune Chambre il y a maintenant onze ans, par une action qui perdure encore : le concours de l’entreprise exemplaire et innovante. L’idée est de mettre en avant – via un concours national – des entreprises qui sont exemplaires dans leur gouvernance, avec leurs collaborateurs ou par leur activité. Je travaille dans une structure d’accompagnement à la création et la reprise d’entreprises, et j’ai été interpellé par le modèle de la JCE, qui s’inscrit toujours dans l’action économique. L’autre motivation a été d’apprendre. Onze ans après mon adhésion, j’apprends encore énormément, notamment dans les challenges liés à la mise en place des projets lancés par le mouvement. La JCE aide à développer ses compétences personnelles sous l’angle de l’intérêt général, l’objectif étant de porter des projets pour la cité. Il y a aussi la motivation de ma présidence pour un sujet fort : l’insertion économique et citoyenne de la jeunesse. De récents événements graves ont quelque peu bousculé les certitudes, notamment envers le monde politique et le milieu économique. L’idée est de travailler sur ce thème qui transparaît dans celui mis en avant par la Jeune chambre sur l’année 2017, qui est Audace Citoyens. »

Avez-vous des exemples d’actions de la JCE ayant impacté durablement la société française ?

« Des actions anciennes lancées par la JCE font aujourd’hui partie du fonctionnement de notre société, comme la participation à la mise en place du numéro 18 ou du tri sélectif du verre. Elles ont émané de projets de Jeunes Chambres locales, il y a plusieurs décennies. Pour les plus récents, un projet de la JCE autour de l’économie et du handicap – dénommé Carte sonore – pourrait équiper les restaurants partenaires, afin que les non-voyants puissent entendre les menus et la liste des plats proposés. Il y a aussi le projet Made in, lancé il y a maintenant sept ans en Pays de Loire par une JCE locale qui voulait mettre en avant différents produits de son territoire et de son département. Son initiative a été reprise par près de 60 JCE locales en France, et a peut-être inspiré à l’époque M. Montebourg dans sa volonté de soutenir le Made in France. »

Y a-t-il une action prioritaire que vous souhaiteriez voir reprise par le monde entrepreneurial ?

« En lien avec le thème national et l’action que je porte avec le conseil d’administration via le projet d’insertion économique et citoyenne de la jeunesse, nous souhaitons mettre en place un pacte citoyen pour les jeunes. On aimerait y voir apparaître une quinzaine de mesures que nous souhaitons mettre en place en fin d’année pour communiquer auprès de nos élus. L’idée est de valoriser l’engagement citoyen et associatif des jeunes. Dans ce pacte, une action forte est en train de se mettre en place presque partout en France : le CV Citoyen. Il fait apparaître les savoir-faire et les savoir-être développés par les jeunes auprès d’associations, et pas seulement la JCE, mais partout en France. Prendre un engagement associatif développe des compétences. Le CV citoyen double le CV classique. Il supplée les lignes habituelles concernant les passions et hobbies pour devenir un véritable deuxième CV annexe. Près de 50 JCE locales travaillent à essaimer ce projet. Un atelier sera organisé sur ce sujet à Montpellier durant la convention nationale. Il reste à le promouvoir auprès des entreprises et des cabinets de recrutement. »

Evoluer, échanger, améliorer, mais toujours par l’action ?

« La JCEF se veut actrice du débat public, économique et politique. On ne peut le faire sans liens avec les projets et les actions. La force du collectif est une valeur forte chez nous. La liberté d’entreprendre et la force d’initiative aussi. Nous prônons également de nouvelles formes économiques comme l’économie sociale et solidaire [ESS], ou encore l’économie circulaire, sur laquelle la JCEF a beaucoup travaillé ces dernières années… Nous poussons ces diverses formes d’économies tant que celles-ci sont justes pour le territoire, pour les hommes, pour l’environnement. Nous nous inscrivons un peu dans une démarche de RSE. La condition sine qua non est que chacun puisse s’y retrouver : la collectivité, l’entreprise, le citoyen. »

Propos recueillis par Daniel CROCI


Julien Bourgoin, CV express

Membre de la JCE depuis 2006, Julien Bourgoin s’est d’abord engagé au sein de la Jeune Chambre Economique locale de Châteauroux, avant d’intégrer la JCE locale du Mâconnais Val-de-Saône. Il a été élu administrateur national en 2014 et 2015, puis président national pour 2017 sur le thème « Audace Citoyens », pour un mandat d’un an. Julien Bourgoin souhaite affirmer et promouvoir le concept de citoyenneté active en agissant sur le terrain pour recréer du lien, garantir l’insertion économique et citoyenne de la jeunesse, et ainsi œuvrer pour la paix au sein des territoires. Julien Bourgoin est responsable d’antenne BGE de Saône-et-Loire – Côte d’Or. Il aura 35 ans le 28 juin prochain.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité