Questions à Thierry CONIL, président de La Compagnie du Vent

Par |

Thierry CONIL, président de La Compagnie du Vent (Groupe ENGIE) a présenté mardi 4 avril 2017 à Montpellier, le bilan 2016 et les perspectives 2017 pour la société spécialisée dans les installations ENR de grande puissance, en éolien et solaire photovoltaïque. A cette occasion, il a répondu aux questions de l'Hérault Juridique…

Pionnière en matière d’énergie renouvelable, La Compagnie du Vent (LCV) a installé la première éolienne raccordée au réseau électrique national français en 1991 à Port-la-Nouvelle (Aude), puis le premier parc éolien en 1993. Filiale d’Engie, qui en détient 60 %, La Compagnie du Vent disposait, à fin 2016, d’un parc de production de plus de 510 mégawatts installés (29 parcs éoliens et 10 centrales solaires). En neuf ans, l’entreprise montpelliéraine a quintuplé sa puissance  de production et de nouvelles installations éoliennes et photovoltaïques vont permettre d’augmenter cette puissance installée de 53 % d’ici fin 2018 ou début 2019, pour atteindre les 1 000 MW en production d’ici 2022. Lire l’article   Questions à Thierry Conil, président de La Compagnie du Vent, Groupe ENGIE   La transition énergétique est actuellement de tous les débats. Quelles sont les perspectives globales pour l’éolien et le photovoltaïque ? Thierry Conil : Les objectifs du Grenelle de l’Environnement sont clairs. Ils fixent 23 % d’énergie renouvelable en 2020 et même 30 à 40 % de notre mix énergétique au-delà de l’horizon 2030. Ce sont des objectifs ambitieux, mais réalisables. Il est toutefois certain que si l’on ne va pas dans le sens d’une meilleure cohabitation et d’une simplification des autorisations administratives, nous n’y parviendrons pas, bien que la France soit un pays à fort potentiel, le deuxième potentiel éolien européen. Et si l’on évoque le solaire, le Sud et la région Occitanie sont en pole position et disposent d’atouts indéniables dont il faut profiter. Il faut toutefois s’affranchir pour cela d’un certain nombre de contraintes et renforcer la possibilité d’une meilleure intégration des ENR dans la vie de tous les jours. Quelles formes prennent ces contraintes pour un opérateur comme La Compagnie du Vent ? En France, nous évoluons sous un mode administratif complexe. Il...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité