Experts-comptables, Philippe Lamouroux : il va falloir réinventer notre mode de fonctionnement

Par |

Alors que les Ordres régionaux de Montpellier et Toulouse fusionneront en fin d’année pour créer une nouvelle entité Occitanie, Philippe Lamouroux évoque, pour l’HJE, les perspectives de sa profession, en constante évolution, et les objectifs de sa dernière année de mandat à la présidence du conseil ordinal régional montpelliérain.

Interview de Daniel CROCI

HJE : « Votre mandat s’achèvera à la fin de l’année, comme l’histoire de l’Ordre régional de Montpellier, fusionné avec Toulouse. Quel est votre sentiment sur cette évolution ? »

Philippe Lamouroux : « Cette année supplémentaire pour notre Conseil régional permet de poursuivre la concrétisation des trois premières années de mandat, avec notamment la mise en musique de la loi Pacte, dont certains arrêtés et décrets d’application commencent à sortir. Notamment ceux concernant les compétences spécialisées qui seront, je pense, publiés vers la mi-2020. Tout cela va monter en puissance graduellement. Avec pour nous, toujours la même litanie, qui coïncide également avec la réforme territoriale de notre profession et le déplacement de notre siège social à Toulouse, avec la création du Conseil régional d’Occitanie et d’une antenne territoriale à Montpellier, appelée Représentation Territoriale Ordinale. »



HJE : « Quel est le calendrier de cette fusion ? »

« Les élections des membres du Conseil régional se dérouleront en novembre 2020. Notre session ordinale se terminera en décembre pour faire la transmission de pouvoir au nouveau Conseil régional d’Occitanie qui sera dès lors opérationnel. Pour ces élections, les listes seront panachées entre candidats de l’ex-Languedoc et de l’ex-Midi-Pyrénées. Nous avons signé une charte de bon fonctionnement avec nos amis de Toulouse où nous fixons, sur la première mandature du Conseil d’Occitanie, des binômes territoriaux. Ils intègrent une parité territoriale. Si le futur président est toulousain, le trésorier sera languedocien et vice-versa. Sachant que pour nos élus languedociens, il faudra aller régulièrement à Toulouse, avec des petits soucis indirects. Notre chambre de discipline est par exemple gérée par un magistrat qui est actuellement le président de la chambre commerciale de la cour d’appel de Montpellier. Elle le sera à partir de 2021 depuis Toulouse. Cela ne simplifiera pas le traitement des dossiers de nos ressortissants languedociens. Il va falloir réinventer notre mode de fonctionnement. »

HJE : « Comment la future représentation montpelliéraine fonctionnera-t-elle ? »

« Ce sera moins de pouvoir de décision, moins de personnel à terme aussi. Le poste de secrétaire général va partir à Toulouse. Jérôme Poingt poursuivra avec nous durant les années 2020 et 2021 pour la préparation du congrès national de la profession qui se tiendra cette année-là – ironie du sort – à Montpellier ! Dès 2022…

Article réservé à nos abonnés

A lire en ligne (espace abonné) ou dans notre édition Print n°3290

...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité