Bourse L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science : la doctorante biterroise Indira Fabre lauréate

Par |
© Fondation L'Oréal

En partenariat avec l'Académie des sciences et la Commission nationale française pour l'UNESCO, la Fondation L'Oréal a organisé mercredi 11 octobre 2017, l'événement "Génération Jeunes Chercheuses". Cette conférence interactive rythmée de présentation inspirantes, de tables rondes et d'interviews, a mis l'honneur les 30 boursières 2017 récompensées par le programme L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science. Dont la doctorante Indira Fabre originaire de Thézan-lès-Béziers.

Indira Fabre, 25 ans est originaire de Thézan-lès-Béziers. Elle est doctorante au sein de l’Ecole Normale Supérieure au Laboratoire PASTEUR et Institut de Recherche de Chimie de Paris. Récompensée pour son parcours émérite et ses travaux brillants, elle cherche à concevoir une chimie plus propre. Mais aussi peu coûteuse en énergie et en matières premières, une chimie sans danger donc et non toxique. Elle recevra une bourse L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science, d’un montant de 15.000 euros afin d’accompagner la suite de sa carrière (déjà très prometteuse), de soutenir ses travaux de recherche et lui donner la visibilité qu’elle mérite.

Une chimie verte pour sortir de la zone rouge

La chimie est omniprésente dans notre quotidien. Elle est présente dans l’alimentation, les emballages, les produits d’entretien… Elle peut même sauver des vies lorsqu’il s’agit de médicaments. Forte de ce constat, Indira Fabre, passionnée de voyage, qui a étudié en Chine (Shanghai), en Suisse (Bâle) et aux Etats-Unis (Atlanta), actuellement doctorante au sein de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Institut de Recherche de Chimie Paris, souhaite concevoir une chimie plus propre. Mais aussi peu coûteuse en énergie et en matières premières. Une chimie sans danger et non toxique. Passionnée par les sciences, les défis et la résolution de problèmes complexes, Indira Fabre a adopté une approche pluridisciplinaire. Ceci pour développer de nouvelles réactions chimiques sans métal ou avec un catalyseur peu coûteux et inoffensif, dans des conditions douces, et générant peu de déchets.

« Les résultats de ma thèse ont permis de rationaliser sans ambiguïté le fonctionnement de réactions chimiques applicables à l’industrie et à la fabrication de composés pharmaceutiques ». Cette rationalisation, au service d’une chimie plus verte, s’étendra à de nouvelles réactions chimiques. Il sera ainsi possible de prédire des résultats expérimentaux et ainsi développer de nouveaux matériaux, produits chimiques ou médicaments.

30 doctorantes et post-doctorantes primées

Le jury indépendant composé d’académiciens, présidé par le Professeur Sébastien Candel, Président de l’Académie des sciences, a sélectionné parmi plus de 1 000 candidates, 20 doctorantes et 10 post-doctorantes, dans divers domaines scientifiques. Elles ont reçu une Bourse L’Oréal-Unesco Pour les Femmes et la Science d’un montant de 15 000 € pour les doctorantes et  20 000 € pour les post-doctorantes à l’occasion d’une après-midi interactive qui s’est tenue le 11 octobre 2017 à la Salle Wagram à Paris.  Cette conférence s’est déroulée en présence d’Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal, d’Hervé Navellou, Directeur Général de L’Oréal France, du Professeur Sébastien Candel, Président de l’Académie des sciences, et de Daniel Janicot, Président de la Commission nationale française pour l’UNESCO. L’événement s’est conclu par une intervention de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

HJEWDesk / DC/ Fondation L’Oréal

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.