Yann Fortunato, nouveau président du conseil de prud’hommes de Montpellier

Par |

Dirigeant plusieurs entreprises basées à Castries et conseiller prud’homal depuis 2008, Yann Fortunato (44 ans, père de trois enfants) a été porté le 6 janvier 2017 à la tête du conseil de prud’hommes de Montpellier avec 42 voix (contre 11 à Jean-Luc Manival, et 1 abstention). Il bénéficiait des appuis de plusieurs syndicats, dont ceux du Medef et de la CGPME.

L’itinéraire professionnel d’un passionné du bois Diplômé de l’Ecole supérieure de commerce de Lyon et titulaire d’un master en ingénierie financière, ce natif de Millau intègre d’abord un cabinet indépendant en fusions acquisitions. Très vite, il décide de créer sa propre entreprise. La Société d’interaction entre industrie et forêt pour l’emploi, l’environnement et l’énergie (SI2FE3) voit ainsi le jour à Millau en 1994, puis déménage à Castries en 2004. Elle agit en France et à l’international comme récoltant forestier, intermédiaire entre propriétaires des forêts et industries de première transformation. Cinq ans plus tard, Yann Fortunato crée Woody Flam, axée sur la production et la distribution de bois énergie. Dès 2011, il œuvre à la constitution d’un patrimoine forestier durable qui aboutit en 2016 à la création du Groupement forestier des cimes, dont la vocation est la récolte et le reboisement dans le strict respect des règles de la biodiversité. Aujourd’hui, Yann Fortunato bénéficie d’une reconnaissance nationale dans sa profession : il préside la commission « bois énergie » au sein de la Fédération nationale du bois. Un engagement fort dans la vie communale Dans sa ville de Castries, Yann Fortunato se lance dans la politique municipale, motivé par un projet visant à maîtriser le développement urbanistique, à mieux raccorder la commune à la métropole montpelliéraine et à donner plus d’attractivité au château de la ville. A la tête de l’opposition municipale de 2008 à 2014 puis toujours élu actuellement mais sans être tête de liste, il avance : « Le maire et moi avons compris qu’en dépit de nos différences, nous devons travailler dans un respect mutuel et en bonne intelligence pour le bien de notre commune. » Travailler au service de la justice Décidant en 2008 d’adhérer au Medef afin de partager avec d’autres chefs d’entreprise l’expérience des uns et des autres, il se voit rapidement...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité