A Marseille, Edouard Philippe tente de rassurer les présidents des départements de France

Par |
edouard-philippe
Edouard Philippe est intervenu à Marseille, au théâtre de La Criée, devant les membres de l’ADF. (© photo : F.D.)

Le 87e Congrès de l’Assemblée des départements de France (ADF) s’est terminé avec l’intervention, attendue, du Premier ministre Edouard Philippe. Il a répondu à la motion votée la veille par les 101 départements.

Exercice difficile à Marseille pour Edouard Philippe. Vendredi 20 octobre, le Premier ministre était attendu de pied ferme par les représentants des 101 départements de France qui, la veille, avaient voté une motion demandant un certain nombre d’éclaircissements à l’Etat sur ses aides accordées aux départements. En préambule de ce texte, les adhérents de l’Assemblée des départements de France (ADF) avancent « que dans les années à venir, les départements continueront d’être les garants de l’équilibre des territoires et du sentiment, pour chaque citoyen, d’appartenir à une communauté nationale, peu importent son lieu et sa trajectoire de vie ». Au-delà de cette déclaration de principe, les élus des départements attendaient que l’Etat leur garantisse « les moyens de leur indispensable action de proximité en respectant le principe constitutionnel de libre administration des collectivités territoriales, et sans affaiblir leurs compétences ». Ce texte a été rédigé dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat et d’économies à réaliser. Retour sur les motions et les réponses du chef du gouvernement… « Que l’Etat respecte la libre administration des collectivités et renforce l’autonomie financière et fiscale des départements » « Les territoires ont besoin de stabilité pour se développer. Il n’y aura pas de nouvelle opération de Mécano institutionnel » a déclaré Edouard Phillipe. Ce dernier s’est voulu pragmatique en avançant qu’il n’était pas possible de reproduire la même solution partout. « Il faudra faire du sur-mesure et dialoguer », a insisté Edouard Philippe. « Ce qui a été fait à Lyon ne peut pas être reproduit partout » a-t-il souligné devant les élus et surtout devant Martine Vassal, présidente des Bouches-du-Rhône et élue de la métropole Aix-Marseille Provence, ainsi que devant Jean-Claude Gaudin, président de la métropole Aix-Marseille Provence et maire de Marseille. Le message aux élus des Bouches-du-Rhône est clair : l’Etat ne s’immiscera pas dans les débats locaux pour savoir si le département...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité