François de Rugy remplace Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique

Par |
francois-de-rugy-nicolas-hulot-demission-gouvernement-edouard-philippe-macron
(Portrait FdR : Bruno Perroud)

Le ministre de la Transition écologique et solidaire en a fait l'annonce mardi 28 août dans la Matinale de France Inter. Il indique n'avoir prévenu ni Emmanuel Macron ni Édouard Philippe. Il est remplacé dans ses fonctions par François de Rugy (l'actuel président de l'Assemblée nationale) nommé en conseil des ministres le mercredi 4 septembre 2018.

Mise à jour le 4 septembre 2018.

Le ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé mardi 28 août, dans la matinale de France Inter, son départ du gouvernement. Ex-animateur, producteur de programmes télévisuels qui ont fait sa notoriété médiatique, fondateur de la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme, qui fut envoyé spécial du président de la République François Hollande pour la protection de la planète de 2012 à 2015, Nicolas Hulot avait été nommé ministre de la Transition écologique et solidaire le mercredi 17 mai 2017 et avait été reconduit dans ses fonctions dans le gouvernement Edouard Philippe II en juin 2017.

 

Voir la vidéo France Inter

Plus d’infos sur le site de France Inter

 


François de Rugy, un profil plus politique

Le nouveau ministre de la Transition écologique a à son actif plus de vingt-cinq ans de militantisme chez les Verts puis à Europe Ecologie-Les Verts (EELV), avant de créer le parti Parti écologiste (proche de la mouvance PS ère Hollande) puis d’adhérer à La République en Marche. C’est donc d’un profil plus politique que son prédécesseur qui était issu de la société société civile, dont dispose François de Rugy. Avec ce paradoxe, les principales avancées en matière d’écologie et de biodiversité, sont surtout dues aux actions et à l’activisme sur le terrain des associations, et donc de la société civile ! Annoncé comme consensuel, son parcours politique en témoigne, François de Rugy également présenté comme un fidèle de l’idéologie macronienne, saura-t-il arbitrer et défendre la cause globale de l’environnement, là où Nicolas Hulot a constaté de lui-même, une situation d’échec face aux multiples lobbies ? A 44 ans, le président de l’Assemblée nationale accède pour la première fois de sa carrière, à un poste de ministre d’Etat.

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité