Premiers pas pour la norme ISO sur les achats responsables

Par |

Les deux tiers des grandes entreprises ont entendu parler de la norme ISO 20400 sur les achats responsables, qui existe depuis un an environ. Ce résultat témoigne de la diffusion des préoccupations en matière de responsabilité sociétale des entreprises, lesquelles disposent de plus en plus d’outils pour progresser.

Les résultats sont encourageants. Les entreprises s’y intéressent et quelques-unes sont déjà allées jusqu’à adopter la norme ISO 20400. Opérationnelle depuis une année, cette norme internationale définit un cadre pour les stratégies d’achats responsables. Telles sont les conclusions du « baromètre ISO 20400 » rendu public le 6 septembre dernier à Paris, avec plusieurs acteurs mobilisés sur le thème de l’achat responsable. Comme le Médiateur des entreprises, qui porte le label Relations fournisseurs et achats responsables (RFAR), lequel a intégré le référentiel de la norme ISO, ainsi que Pacte PME, dispositif lancé en 2010 dans l’objectif d’améliorer les relations entre les grandes entreprises donneuses d’ordre et les PME, sur la base du volontariat. Pacte PME réunit aujourd’hui 52 grands comptes publics, privés et collectivités, dans 8 filières professionnelles, qui pèsent pour 100 milliards d’euros d’achats annuels. Les résultats du baromètre présenté à Paris sont basés sur des entretiens téléphoniques, menés avec des représentants de 203 entreprises ou organismes publics de plus de 250 salariés, afin de mesurer la notoriété de la nouvelle norme. Tout d’abord, les deux tiers des personnes la connaissent au moins de nom. « C’est un bon chiffre », juge Diane Hion, chef du secteur marketing chez Opinion Way. Reste toutefois que 34 % des sondés n’en ont jamais entendu parler. Et ils ne sont que 21 % à en connaître le contenu, dans les grandes lignes ou dans le détail. La catégorie des entreprises qui a commencé à appliquer la norme est plus restreinte encore : c’est le cas de 19 % de celles dont les représentants ont déclaré en connaître le contenu. Par ailleurs, au sein de cette même population, 18 % des entreprises déclarent être en train de mettre en place la norme et 25 % d’en avoir le projet. En revanche, pour 32 % d’entre elles, l’opération n’est pas à l’ordre du jour. Parmi...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité