Accompagnement social : deux accords signés chez Carrefour

Par |

Ces deux accords témoignent de la volonté partagée de la direction et des partenaires sociaux de Carrefour de mettre en place des dispositifs d'accompagnement social annoncés comme "exemplaires et équilibrés", en privilégiant systématiquement le retour à l'emploi, pour accompagner la transformation du groupe, jugée "indispensable". Ces accords seront soumis à la validation de l’administration du travail, pour une mise en œuvre à partir du 1er juillet 2018. Les dispositifs d’accueil et d’accompagnement des salariés sont d’ores et déjà opérationnels.

Faisant suite à la présentation, le 23 janvier dernier, de son plan de transformation Carrefour 2022, le groupe a initié un projet de simplification de l’organisation de ses sièges en France, et a fait part de son souhait de faire sortir du périmètre de Carrefour certains de ses magasins de proximité, qui portaient précédemment l’enseigne DIA, en raison de leur perte structurelle de chiffre d’affaires, malgré de lourds investissements. Des négociations ont été ouvertes entre la direction et les organisations syndicales du groupe sur les dispositifs d’accompagnement social des salariés. Elles ont abouti le 25 avril à la signature de deux accords majoritaires.

Plan de sauvegarde de l’emploi des 273 magasins intégrés de proximité ex-Dia

Le premier accord (signé par Force Ouvrière, la CGC et la CFTC) est relatif au plan de sauvegarde de l’emploi des 273 magasins intégrés de proximité portant précédemment l’enseigne DIA pour lesquels aucun repreneur n’aura été trouvé d’ici fin juin. Le dispositif mis en place est destiné à permettre le reclassement, principalement en interne, du plus grand nombre de salariés concernés. Chacun d’entre eux se verra proposer trois offres valables d’emploi, dont au moins deux au sein du groupe Carrefour, le plus proche possible de leur domicile. Ils bénéficieront par ailleurs d’un accompagnement renforcé et individualisé dans les Espaces Emploi répartis dans toute la France.

Un plan de départs volontaires

Le second accord (signé par Force Ouvrière, la CFDT, la CGC et la CFTC) est relatif au plan de départs volontaires qui doit permettre une diminution des effectifs des sièges du groupe en France, à hauteur de 2.400 postes. Il prévoit un dispositif d’accompagnement des collaborateurs souhaitant réaliser un projet personnel de mobilité externe, sous la forme d’un emploi salarié ou de la création d’une entreprise. Il permet aussi aux collaborateurs en fin de carrière qui le souhaitent d’anticiper leur départ. Les mesures financières d’accompagnement mises en place vont au-delà de celles prévues dans les conventions collectives et les accords d’entreprise en vigueur dans le groupe, selon la direction.

(Source : Carrefour)

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité