Ademe : résultats de l’appel à projets « Ecosystèmes de mobilité hydrogène »

Par |
ademe-appel-a-projet-hydrogene-energie-propre

Le 3 mai dernier, le ministère de la Transition écologique et solidaire a dévoilé les 11 projets retenus, faisant suite au premier appel à projets lancé par l'Ademe dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national Hydrogène.

11 dossiers sélectionnés sur les 24 déposés

Avec 24 dossiers déposés et près de 500 millions d’euros d’investissement pour le premier relevé de cet appel à projets, l’engagement des industriels et des territoires dans le développement de l’hydrogène est confirmé.

La filière française de l’hydrogène est à un tournant : le passage à l’échelle doit s’opérer pour la mobilité et pour les autres usagers.

Ces 11 projets sélectionnés vont maintenant faire l’objet d’une instruction approfondie pour évaluer plus précisément les montants des soutiens publics qui leur seront accordés. Ce sont les suivants :

  • AUXR_H2 : la Communauté de l’Auxerrois souhaite engager l’exploitation d’une flotte de 5 bus électriques à hydrogène. Le projet inclut également l’acquisition d’une dizaine d’utilitaires électriques hydrogène pour les besoins d’une entreprise de BTP régionale.
  • DS Energhy : Dijon Métropole poursuit ses actions en faveur de la réduction de la pollution atmosphérique et sonore en optant pour une flotte de 8 bennes à ordures ménagères hydrogène. Deux poids lourds et 14 utilitaires seront aussi déployés par les partenaires du projet. L’hydrogène sera produit localement à partir d’électricité issue de l’Unité de Valorisation Énergétique des déchets.
  • EFFI H2 VANNES : le syndicat Morbihan Energie s’associe avec des partenaires privés pour investir dans une unité de production locale d’hydrogène pour des besoins industriels  et différents usages en mobilité professionnelle (ambulances, véhicules sanitaires légers, taxis).
  • FEBUS : la Communauté d’Agglomération de Pau-Pyrénées, labellisée « Territoire Hydrogène » en 2016, s’est engagée dans un projet de bus à haut niveau de service (BHNS). La technologie hydrogène a été choisie pour l’acquisition des premiers bus articulés de 18 mètres.
  • HYDREOL : l’Agglomération de Chaumont initie avec ses partenaires la production et la distribution locales d’hydrogène. Des minibus, des bennes à ordures ménagères et des utilitaires légers sont visés dans un premier temps, avant un élargissement à un réseau de quatre stations sur le territoire.
  • HYNOVAR : dans la périphérie de Toulon, un consortium rassemblé autour de la CCI du Var porte un projet de navette maritime électrique hydrogène de 200 passagers. Les opérateurs du réseau de transport public de la Métropole Toulon-Provence-Méditerranée souhaitent également faire l’acquisition de bus électriques à hydrogène pour l’amélioration de la qualité de l’air de la zone.
  • HYPORT : le Conseil régional d’Occitanie et ses partenaires investissent dans une solution de production et de distribution d’hydrogène articulée autour de l’aéroport Toulouse-Blagnac, desservant à la fois des véhicules sur pistes et des véhicules à usages urbains.
  • H2 IDF : le Syndicat d’énergie d’Ile-de-France SIPPEREC, avec ses partenaires s’engagent dans une logistique de production d’hydrogène à partir de l’électricité produite sur le site de l’unité de valorisation énergétique de Créteil. Cet hydrogène local alimentera des usages naissants en Ile-de-France : bus, utilitaires légers, bennes à ordures ménagères, taxis.
  • LAST MILE IDF : les sociétés Akuo Energy et Ataway entendent déployer 16 stations de production et de distribution d’hydrogène en Ile-de-France pour alimenter 200 véhicules utilitaires et 80 fourgons à usage professionnel, dont le transport de marchandises.
  • LUZO : la Communauté d’Agglomération de la Rochelle souhaite valoriser une partie de la production photovoltaïque de l’écoquartier Atlantech sous forme d’hydrogène pour alimenter une vingtaine de véhicules utilitaires ainsi que des triporteurs. La location de véhicules, la livraison et les services de messagerie sont les applications visés par ce projet.
  • ZEV : ce vaste projet, porté par le Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes et les entreprises Michelin et ENGIE, ambitionne le déploiement à grande échelle de la mobilité électrique hydrogène dans la région, avec 1.200 véhicules et 20 stations dont 14 dotées d’électrolyseurs. Il s’agit d’assurer sur un territoire élargi un maillage permettant d’assurer la continuité de déplacement des utilisateurs de véhicules de flottes professionnelles.

Pour une filière française compétitive de l’hydrogène

Selon l’AFHYPAC, « La publication du Plan national Hydrogène, dont les objectifs ont été intégrés à la PPE, a constitué un jalon majeur. Le lancement des appels à projets mobilités et industrie, la négociation de l’Engagement pour la croissance verte, ainsi que l’intégration des technologies de l’hydrogène dans un bon nombre de Contrats stratégiques de Filière sont les premières étapes de la mise en œuvre de ce plan.

L’Etat joue un rôle déterminant dans l’accompagnement de cette dynamique. Désormais, seul un soutien financier dans la durée garantira le développement d’une filière française compétitive de l’hydrogène.

L’hydrogène est une vraie opportunité à saisir pour la réindustrialisation du pays, la création de valeur et d’emplois sur les territoires et l’accélération de la transition écologique ».


A propos de l’AFHYPAC

L’Association française pour l’Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. Elle fédère les acteurs de l’hydrogène et des piles à combustible en France : entreprises, laboratoires et instituts de recherche, pôles de compétitivité, collectivités territoriales et associations régionales.
Avec le soutien de l’Ademe, l’AFHYPAC assure l’animation de cette filière industrielle d’avenir. Son ambition : accélérer le développement de solutions hydrogène au bénéfice de la transition énergétique et de la société.
Ses missions : communiquer sur les enjeux de la filière sur les bénéfices et les caractéristiques des technologies ; contribuer à lever les verrous qui freinent les projets de démonstration et de déploiement en France ; influer sur le cadre réglementaire et enfin, faciliter la concertation sociale autour des objectifs nationaux et les initiatives locales.


A propos de l’Ademe

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. Elle met ses capacités d’expertise et de conseil à la disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale. L’Agence aide en outre au financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre, dans les domaines suivants : la gestion des déchets, la préservation des sols, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, les économies de matières premières, la qualité de l’air, la lutte contre le bruit, la transition vers l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’Ademe est un établissement public sous les tutelles conjointes du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.


A lire

Transition énergétique et écologique : les nouveaux appels à projets de l’Ademe

Habitat participatif : l’ADEME accompagne un important projet à Montpellier

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité