Arkolia Energies (Mudaison) et Beoga (Montpellier), lauréates des trophées EnerGaïa 2019

Par |
Arkolia Energies-Elyor Group-partenaires-accompagnement-monde-agricole-transition-energetique

Power to gaz : créer et stocker du gaz méthane à partir de l’énergie solaire

Laurent Bonhomme, dirigeant d’Arkolia Energies

Arkolia Energies* a été récompensée pour son procédé intégré et autonome d’absorption de CO2 et de méthanation biologique composant la solution de Power to gaz qui permet le stockage d’électricité renouvelable sous forme de méthane. Laurent Bonhomme, associé et président d’Arkolia Energies, précise : « Notre solution, qui s’adresse à toutes les collectivités et aux grands propriétaires fonciers, peut être mise en place partout où il y a du soleil, et a pour avantage majeur de transformer le CO2 de l’air en réserve d’énergie stockable, le méthane produit grâce à l’énergie radiative du soleil. Cette technologie est souple et robuste. Elle constitue une réponse majeure à l’intermittence des énergies renouvelables en proposant une solution simple de stockage de l’énergie : elle recycle le CO2 de l’air et permet ainsi de lutter contre le réchauffement climatique ». Ce procédé permet de produire à prix compétitif du méthane directement injectable dans le réseau de gaz, en vue de répondre à la consommation énergétique gazière (40 % de
la consommation énergétique individuelle moyenne) tout en palliant l’intermittence des énergies renouvelables (EnR). Laurent Bonhomme analyse : « On est en train de s’apercevoir que la transition énergétique ne peut être réussie sans gaz. Autant que ce dernier soit du gaz recyclable plutôt que du gaz fossile. Le méthane, gaz recyclable, peut être aussi un puissant moteur d’écomobilité permettant d’économiser les « terres rares » dont on sait la faible disponibilité et le coût, aujourd’hui indispensables à la production des batteries automobiles. » 

Pilotage éthique pour distribuer l’énergie

Beoga développe un écosystème pour les acteurs de l’énergie permettant l’émergence d’un nouveau modèle économique, plus éthique et partagé, par la valorisation et le pilotage de ressources distribuées non exploitées, les échanges de pair à pair et la mise sur le marché de services au réseau additionnels. L’offre s’adresse aux gestionnaires d’approvisionnement (fournisseurs, agrégateurs, gestionnaire d’équilibre, distributeur) à forte dominante verte  et en accord avec les valeurs éthiques. Beoga introduit
un nouveau modèle économique plus éthique et partagé qui permet, par l’optimisation de ressources peu exploitées et l’intégration de l’utilisateur au cœur de la chaîne de valeur, l’intégration de plus d’énergies renouvelables, abordables et traçables qui tend à améliorer de façon significative le mix énergétique en faveur des énergies renouvelables. Beoga vise d’ici trois ans une communauté de 25 000 membres en France et dans cinq ans le nombre équivalent à l’étranger. Au Cailar, dans le Gard, la start-up travaille sur un projet pilote en partenariat avec Enedis. Des lotissements vont servir de bancs d’essais pour tester les simulations mathématiques testées en R&D à l’Université de Manchester. Amaury Pachurka, dirigeant de Beoga, précise : « Le marché de l’énergie fait face à la combinaison de nouvelles dimensions sociétales majeures de plus en plus impactantes. La dérégulation a vu l’apparition de nouveaux acteurs et d’une relative concurrence entre eux, entraînant des besoins de différenciation et de fidélisation des usagers. La décentralisation implique l’intégration de plus en plus de sources de production (en dix ans, leur nombre a plus que quintuplé). La digitalisation implique un changement dans les habitudes des consommateurs, mais aussi l’accès à des technologies nouvelles et abordables. Enfin, la décarbonisation, qui correspond plutôt en France a une prise de conscience des risques liés à l’activité humaine sur sa propre survie, devient pressante. Ainsi, nous avons approché la problématique sous le prisme de ces 4 enjeux afin de pouvoir apporter la meilleure solution possible pour accélérer la transition écologique tout en prenant en compte les parties existantes. Le projet RePos en Occitanie en est un des exemples les plus significatifs et s’inscrit parfaitement dans ce cadre. Il n’est d’ailleurs pas tout à fait étranger au choix de l’implantation de notre société en France et dans la région ».

* Plus d’infos sur https://www.arkolia-energies.com

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité