La CCI Hérault maintient le cap malgré 2 M€ de coupe budgétaire

Par |
cci_herault_baisse_des_ressources
© HJE 2017, D. Croci

Maintenir le cap ! C’est en filigrane le message du président de la CCI Hérault lancé à l’occasion d’un bureau décentralisé à Béziers. La confirmation d’une baisse des ressources pour le réseau consulaire, imposée au plan national, va demander localement des ajustements stratégiques.

Une baisse de 25 % des ressources

Le bureau de la CCI Hérault se réunit tous les quinze jours en moyenne, régulièrement à Montpellier mais également de façon décentralisée, comme le mardi 19 décembre à Béziers.  Une date symbolique, puisque la CCI de l’Hérault, issue de la fusion des trois entités consulaires de Montpellier, Béziers et Sète, soufflait sa première bougie. C’est pourtant un vent contraire qui occupait l’esprit des 80 élus bénévoles de la chambre. « Cette dimension départementale est pour nous une bonne chose, notamment dans le contexte fiscal actuel. La nuit dernière, l’Assemblée nationale a voté une baisse des ressources du réseau consulaire de moins 25 %. A la baisse annoncée de – 17 % s’ajoutent en effet le fonds de péréquation (- 21 % en cumul) et le fonds de dotation (- 25 % en total cumulé). Ce qui devrait induire une baisse de 2,2 à 2,3 M€ des ressources pour la CCI Hérault » a indiqué André Deljarry.

7,5 M€ pour le Biterrois et un local de 70 m2 sur les allées Paul-Riquet

Pour autant la CCI héraultaise veut maintenir le cap, notamment des investissements. Son président a rappelé que pour le seul Biterrois, plus de 7,5 M€ étaient envisagés, entre autres pour la rénovation du CFA biterrois (5 M€ sur trois ans dont la moitié abondée par la Région Occitanie), l’amélioration des conditions d’accueil du parc des expositions (2 M€ avec l’aide des partenaires territoriaux ; il n’y a ni chauffage, ni climatisation !) et l’emménagement du siège de la délégation CCI Béziers à l’ancien hôtel d’application. « La CCI restera toutefois sur les allées Paul-Riquet. Nous allons louer un espace de plus de 70 m2 pour maintenir notre présence en centre-ville afin d’assurer les services commerce, tourisme, formalités, cartes ambulants et agents immobiliers. » L’actuel siège, devenu propriété de la Ville de Béziers sous l’ancienne mandature (Galy), devrait laisser place à une Maison des Vins, selon des sources émanant de la mairie. Diverses opérations seront reconduites par la CCI dans l’Ouest Hérault. Le maire de Béziers a notamment souhaité que l’opération Grand Bazar soit reconduite 2 fois par an (au printemps et en automne). Les événements Visio Commerce et InterSud (30 mai 2018) sont également programmés. La chambre participera à de nombreux accompagnements d’entreprises dans le cadre du Plan Cameron et de son fonds doté de 1,7 M€ pour le reclassement de plus de 220 salariés. « Ces actions intéressent tous les territoires de l’Hérault, dont les centres-villes et les centres-bourgs », selon André Deljarry.

Question à André Deljarry

HJE : Comment va se traduire cette nouvelle baisse des ressources dans le fonctionnement de la CCI Hérault ?

André Deljarry : « Un plan d’actions va être défini. Il faut que les 80 élus se mettent autour de la table. Nous devons aussi voir avec notre président régional, Alain di Crescenzo, dans quelle mesure cela impacte le territoire de l’Hérault. Les élus vont tous réfléchir sur la façon dont on va agir sur le territoire, et sur les prérogatives que l’on devra arrêter. Nous prendrons les décisions qui s’imposent par rapport au fonctionnement. Il faut que tout soit validé au 30 juin 2018 maximum, pour pouvoir mettre les actions en place. Pour la CCI Hérault, la nouvelle coupe dans les ressources avoisine, selon moi, plus de 2 M€. Ceci dit, à ce jour, j’ai tendance à dire que l’on va garder tous les emplois et que l’on va accompagner les départs volontaires. L’objectif est de faire de la même façon que nous l’avions fait en 2013 : être dans l’accompagnement des personnes qui souhaitent quitter la CCI. Je sais que des collaborateurs veulent créer leur entreprise. Nous les accompagnerons. Nous allons trouver des solutions qui ne soient pas dures pour l’établissement et le personnel. Ces économies porteront à la fois sur le fonctionnement et sur les projets. Quand on arrive à se séparer de 5 parts de l’aéroport de Béziers-Cap d’Agde, cela représente déjà un effort et une économie importante. »

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.