Contrôle Urssaf, et après ? La mise en demeure

Par |

Retour sur le contrôle Urssaf. A l’issue de la vérification, lorsqu’un redressement est envisagé, la procédure contradictoire se déroule en plusieurs étapes. Après l’établissement de la lettre d’observations et les réponses du cotisant et de l’organisme (cf. l’article publié dans l’HJE du 29 novembre en pages 15 à 17) : l’envoi de la mise en demeure au cotisant, qui peut concerner les cotisations et majorations de retard.

Quoique très simple, la mise en demeure est essentielle dans le cadre d’un redressement opéré par l’Urssaf. Le code de la Sécurité sociale précise, en effet, que toute action ou poursuite effectuée par l’organisme de recouvrement doit « obligatoirement » être précédée d’un avertissement, si elle a lieu à la requête du ministère public – ce qui est rare – ou d’une mise en demeure quand elle intervient à l’initiative de l’organisme de recouvrement. Ce document peut concerner à la fois les cotisations et les majorations de retard. Envoi et destinataire L’envoi de la mise en demeure est effectué par lettre recommandée. La précision est importante, mais elle va de soi. En effet, la procédure du recommandé permet à l’organisme de prouver que le débiteur a bien été informé du montant du redressement, ainsi que des possibilités de recours prévues par les textes. En cas de contestation du débiteur, il appartient à l’Urssaf de prouver que la notification du document a bien été accomplie. Le destinataire est la personne à qui incombe le paiement des cotisations de Sécurité sociale. Contenu Le document doit préciser, « à peine de nullité », la cause, la nature et le montant des sommes réclamées au cotisant, les majorations et pénalités qui s’y appliquent, ainsi que la période à laquelle elles se rapportent. Délai de prescription des cotisations L’importance de la prescription n’est pas à démontrer dans le cadre d’un contrôle de cotisations ou d’un contentieux. S’agissant de la dette de cotisations sociales, cette prescription est de trois ans à compter de l’expiration de l’année civile au titre de laquelle elles sont dues (et de cinq ans en cas de constatation d’une infraction de travail illégal, par procès-verbal). Ce délai part, pour les créances principales, à l’expiration de l’année civile au titre de laquelle les cotisations sont dues. Par...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité