Création d’AxLR, Société d’Accélération du Transfert de Technologies en Languedoc-Roussillon

Par |

Cette interface entre la recherche scientifique et le tissu économique est fortement soutenue par l’Etat et la Région et très attendue par tous les acteurs économiques locaux. Elle intègre l’ensemble de la chaîne de valorisation, de la sensibilisation et la détection dans les laboratoires à la maturation et au transfert vers les entreprises.

 

AxLR a été créé sur une décision du Premier Ministre en date du 19 janvier 2012, à l’issue de l’appel à projets SATT piloté par l’Agence Nationale de la Recherche. Le projet, fortement soutenu dès l’origine par l’Etat et la Région, a été porté par l’Université Montpellier 2 au nom de l’ensemble des acteurs académiques régionaux.

 

Les cinq universités de Montpellier (UM1, UM2, UM3), Perpignan (UPVD) et Nîmes (Unîmes), deux grandes écoles (Montpellier SupAgro, Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier) et quatre organismes de recherche (CNRS, INSERM, IRD, IRSTEA) ont ainsi saisi l’occasion de mettre fin au morcellement des structures de valorisation pour améliorer l’efficacité du transfert de technologies et, à terme, favoriser la création d’emplois.

 

Cette création s’inscrit dans le cadre de l’action « Fonds national de valorisation » du Programme d’Investissements d’Avenir dotée d’un milliard d’euros, dont 900 millions sont consacrés aux SATT afin d’améliorer significativement les transferts de résultats de la recherche publique, que ce soit sous forme de licences, de partenariats industriels, de création d’entreprises ou en facilitant la mobilité des chercheurs.

 

Un statut de SAS

La société AxLR a un statut de Société par Actions Simplifiée. Elle dispose d’un capital de 1 M€ et sera au total dotée de 45 M€ par le Programme d’Investissements d’Avenir sur dix ans. Ce montant sera complété par un fonds régional de 5 M€ sur trois ans financé par la Région (3 M€), l’Agglomération de Montpellier (0,5 M€) et le Fonds Européen de Développement Régional (1,5 M€). Son périmètre d’activité couvre une centaine de laboratoires de recherche représentant plus de 4 750 chercheurs, enseignants-chercheurs et personnels de recherche (ingénieurs, doctorants, post-doc), soit l’essentiel des forces vives de la recherche de la région Languedoc-Roussillon.

 

Un important travail partenarial

La SATT « AxLR » vise deux objectifs principaux :
– financer la maturation des projets issus des laboratoires de recherche et transférés vers les entreprises,
– développer le transfert de l’innovation et des savoir-faire vers le monde économique.

Pour y parvenir, elle travaillera en étroite collaboration avec les acteurs locaux du soutien à l’innovation, notamment Transferts LR, l’association de transfert de technologie dédiée aux entreprises, mise en place par l’Etat et la Région en 2005. Elle s’appuiera également sur les structures d’accompagnement à la création d’entreprises comme le Business Innovation Centre de Montpellier Agglomération, classé 1ère pépinière mondiale en 2007 par l’association internationale des pépinières, et le réseau Synersud qui fédère 18 pépinières d’entreprises en région.

 

Source : Université Montpellier 2

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité