Débat le 19 septembre : le Coeur d’Hérault veut percer son plafond de verre

Par |
espace-teletravail-pays-coeur-d-herault-novelid-coworking

A l’occasion des 20 ans d’Initiative Coeur d’Hérault (ICH), rendez-vous est donné pour un débat* portant sur l’attractivité économique du triangle Gignac-Clermont l’Hérault-Lodève. C’est ce jeudi 19 septembre à partir de 18h30 à la Maison des Entreprises Novel.ID de Saint-André-de-Sangonis (ZAE La Garrigue, 5, rue de la Lucque). L’HJE vous dévoile en avant-première quelques-uns des thèmes qui vont être débattus.

Percer le plafond de verre. Oui, on peut être en coeur d’Hérault et avoir de l’ambition. C’est le message martelé par Sylvie Painvin (lire l’article 20 ans de Initiative Cœur d’Hérault). « On joue trop petit bras. Même les entrepreneurs qui ont des perspectives de croissance forte sont freinés par l’environnement. C’est lié à une histoire passée à l’ombre de Montpellier et de Béziers. Mais aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, l’arrivée de la fibre optique, il est plus facile de créer une entreprise, même loin d’une métropole ou d’un pôle urbain. »

Ce sera aussi le discours de Julia Ferré, jeune étudiante (24 ans) en alternance à Faurecia (équipementier automobile) en Haute-Saône, originaire de Gignac et qui présentera l’association De l’Hérault aux grandes écoles. Cette structure vise à faire connaître les grandes écoles qui existent en France aux lycéens du Coeur d’Hérault (un lycée à Lodève, bientôt un autre à Gignac). « Il y a encore un complexe d’infériorité, explique-t-elle. Nous accompagnons les lycéens à voir plus loin que leur territoire. Nous les convainquons qu’il est possible de rentrer dans une grande école, même si on vient du lycée de Lodève, en les aidant à préparer les concours par exemple. »

Réseaux et qualité de vie

Marque de fabrique du Coeur d’Hérault : le dynamisme de ces réseaux d’entreprises, avec La Table Ovale (président : Bernard Bilhac), l’association de la zone des Tannes Basses (Damien Pérez) et le Club des Entreprises du Coeur d’Hérault (Jacques Beauclair). Une façon d’échanger les bonnes pratiques, d’aller au-delà de son domaine d’activité et, aussi, de s’entraider. « On se réunit autour d’un repas une fois par mois. Il y a toujours un copain qui se retrouve dans la difficulté, ce qui est logique dans l’entrepreneuriat, illustre Xavier Balavoine, membre du Club des Entreprises du Coeur d’Hérault. On est au moins là pour l’écouter, et on essaie aussi de lui trouver des solutions. Je ne suis pas certain que cela se passe pareil ailleurs. » Autre atout, la qualité de vie, avec des logements accessibles, des produits de qualité et des sites touristiques d’exception (cirques de Mourèze et de Navacelle, lac du Salagou, Saint-Guilhem-le-Désert…).

La barrière de Montpellier

C’est un paradoxe : avec l’A75 et l’A750, le Coeur d’Hérault est aujourd’hui désenclavé. Pourtant, « Montpellier est vécu comme une barrière, souligne Sylvie Painvin. C’est très compliqué de traverser l’agglomération pour se rendre à l’aéroport, à la gare TGV, au Millénaire, sur l’A9…. Il devient urgent de réaliser le contournement ouest de Montpellier. Cela ne dépend pas de nous, mais cela rejaillira sur notre attractivité ».

Hubert VIALATTE

* Intervenants : Julia Ferré (étudiante en alternance, membre de l’association ‘de l’Hérault aux grandes écoles’), Xavier Balavoine (Confort Climat, Clermontl’Hérault), Sylvie Painvin (expert-comptable, gestionnaire de patrimoine et présidente d’ICH – voir ci-contre), Jacques Beauclair (Embouteillage Services) et Valérie Panis, notaire à Gignac.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité