L’industrie alimentaire à l’écart de la reprise

Par |
industrie-fromage

L’industrie alimentaire française connaît une mauvaise passe, prise en étau entre une forte volatilité des prix des matières premières et une guerre des prix à la vente. L’Ania, qui la représente, alerte et préconise douze propositions pour relancer la filière.

L’Association nationale des industries alimentaires (Ania), qui vient de présenter le bilan 2016 de l’activité du secteur, s’inquiète de la baisse des marges qui pèse sur les industriels. L’industrie alimentaire est un acteur clé de la société et de l’économie françaises. Son importance tient à sa raison d’être – transformer les produits agricoles pour nourrir la population – et à son poids économique. Avec un chiffre d’affaires de 172 milliards d’euros en 2016, soit une croissance de 1,1% sur un an, elle est le premier employeur industriel de l’Hexagone. Aujourd’hui, on recense 427 213 salariés dans ce secteur, et quelque 4 330 emplois ont été créés en 2016 dans ce domaine. Cette industrie vit pourtant une situation difficile, continuant à voir ses marges diminuer, de près de quatre points depuis 2007 (- 3,1% en 2016), selon l’association professionnelle. Les marges sont en effet totalement dépendantes du prix des matières premières alimentaires, très volatile par nature, car sensible aux quantités agricoles produites dans le monde. Les prix des matières premières ont ainsi augmenté de 14 % en 2016, notamment tirés par les hausses des prix du blé (+ 16 %), du lait (+ 30 %) et du porc (+ 22 %). Sur les treize dernières années, on peut noter une augmentation du prix des matières premières de près de 180 %, selon l’association, qui souligne que la part des achats agricoles représente plus de la moitié du chiffre d’affaires total de l’industrie alimentaire. Parallèlement, le secteur fait face à « une guerre des prix » entre enseignes de la grande distribution – alerte le président de l’Ania, Jean-Philippe Girard – ce qui provoque une déflation (- 1,1 % en 2016). Cette dernière est aussi la conséquence d’un ralentissement de la consommation alimentaire. Et, en cette période électorale, les industriels dénoncent aussi l’alourdissement de...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.