Oceasoft : +17,9% en 2017

Par |
capteur-oceasoft-contrat-record-USA

Oceasoft, concepteur de capteurs intelligents et connectés pour l'industrie, présente pour la première fois des comptes consolidés, pour l'année 2017, intégrant la filiale américaine. L'entreprise donne également les marges brute et de production en 2017, les comptes sociaux de l'exercice 2016/2017, et la situation financière consolidée au 31 décembre 2017. Enfin, Oceasoft a exposé ses perspectives pour 2018.

En 2017, Oceasoft enregistre un chiffre d’affaires consolidé de 7,6 m€, en croissance organique de +17,9% par rapport à l’année 2016. L’activité reste soutenue par les ventes en France (+16,3%) et à l’international (+19,4%). En France, l’entreprise commence à bénéficier des innovations produits lancées au cours des 24 derniers mois, et adresse désormais les principaux marchés porteurs de croissance (secteur pharmaceutique, logistique et industrie agroalimentaire). La performance à l’export est principalement portée par une forte progression de l’activité en Amérique du Nord (+27% sur 12 mois), résultat des efforts commerciaux déployés depuis la création de la filiale aux Etats-Unis, ainsi que par la région Asie Pacifique (+23%), qui bénéficie de la poursuite du développement du réseau de distribution. Sur la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), les revenus progressent de +9%. .

Les marges brute et de production en 2017

En 2017, la marge brute s’est établie à 5,8 m€, représentant 76% du chiffre d’affaires du groupe, en légère progression du fait de la part plus importante des prestations de services. Après prise en compte des autres coûts de production (salaires, sous-traitance de production, dotations et frais divers), la marge de production ressort à 3,3 m€. Les dépenses brutes de R&D atteignent 1,9 m€ en 2017. Après activation des frais et comptabilisation du CIR (Crédit d’Impôt Recherche), l’impact net de ces dépenses est ramené à 0,7 m€. Les frais commerciaux & marketing atteignent 2,3 m€, soit 30% du chiffre d’affaires, sous l’effet des recrutements au sein des équipes commerciales, en particulier aux Etats-Unis, et des dépenses de marketing. Les frais généraux s’élèvent à 1,8 m€, en raison de la poursuite de projets structurants, notamment la mise en place d’un nouvel ERP. Les dépenses d’exploitation après marge brute ressortent à 7,3 millions d’euros en 2017 (contre 6,9 millions d’euros en 2016), soit une augmentation de +5%. L’année 2017 marque un point haut dans ces dépenses notamment du fait de la forte activité en R&D. Conséquence directe de l’augmentation d’activité et de la hausse contenue des charges, la perte d’exploitation se réduit passant de -2,1 m€ à -1,5 m€. Après prise en compte d’une perte financière de -0,4 m€, le résultat net consolidé sur l’année 2017 s’établit à -1,9 m€ contre -2,1 m€ en 2016.

Les comptes sociaux de l’exercice 2016/2017 augmentent par rapport à 2015/2016

A l’issue de l’exercice 2016/2017, le chiffre d’affaires social s’élève à 11,1 millions d’euros, contre 6,1 millions d’euros sur l’exercice 2015/2016. La marge brute atteint 8,4 m€, représentant un taux de marge brute de 75% en augmentation de deux points par rapport à l’exercice précédent, bénéficiant notamment du développement des prestations de services. Les autres achats et charges externes et les charges de personnels augmentent sous les effets cumulés du plan de charge des programmes de R&D, qui a atteint son maximum au cours de l’exercice, et des investissements commerciaux et marketing consentis. L’effectif moyen est ainsi passé de 55 à 72 personnes d’un exercice à l’autre. Sous l’effet de cet accroissement des charges d’exploitation, l’EBITDA ressort à -0,9 m€. Après prise en compte des dotations nettes aux amortissements et provisions, le résultat d’exploitation est en perte de -1,9 m€ pour les 18 mois de l’exercice contre -1,2 m€ sur les 12 mois précédents. Au cours de l’exercice écoulé, Oceasoft a bénéficié de 0,6 m€ de crédit d’impôt recherche, la perte nette s’est ainsi établie à 1,3 m€ contre 1,1 m€ sur les 12 mois précédents.

La situation financière consolidée au 31 décembre 2017

Fin 2017, la trésorerie consolidée s’établit à 2,3 m€. La société bénéficie en outre de créances fiscales remboursables en 2018 à hauteur de 0,9 m€ (CICE, CIR et CII des deux derniers exercices). L’endettement financier de 2,1 m€ est principalement constitué de financements long terme consentis par Bpifrance au titre des activités de R&D (prêts à taux zéro innovation). Les capitaux propres consolidés s’établissent à 4,8 m€ pour un actif immobilisé de 2,5 m€.

Les perspectives 2018

L’année 2018 devrait être marquée par une croissance forte, attendue supérieure à celle de 2017. Sur le plan opérationnel, Oceasoft s’est engagé dans une démarche d’optimisation de ses coûts de production, et compte maintenir un niveau de charges d’exploitation permettant un retour à la rentabilité. Parallèlement, le management portera une attention à la consommation de trésorerie. L’activité bénéficiera de l’extension et de l’amélioration de l’offre de solutions. Oceasoft a également identifié plusieurs leviers afin d’accroître ses ventes, notamment un meilleur référencement dans les centrales d’achats ou le renforcement des relations avec les distributeurs les plus significatifs en Europe. Aux Etats-Unis, la société poursuivra son déploiement commercial au travers de ses partenariats (Thermo Fisher Scientific, Temptime, etc.).

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité