Philippe Dessertine, soirée Ecozoom : la 4e révolution industrielle va booster les territoires

Par |
dessertine-ecozoom-montpellier-expert-comptable-2019
Ils ont animé la soirée Ecozoom Montpellier du 26 mars 2019 (de gauche à droite) : l'économiste Philippe Barré, Philippe Lamouroux, président des experts-comptables de la région de Montpellier, et Philippe Dessertine, directeur de l’Institut de Haute Finance. © HJE 2019, Daniel Croci.

A l’occasion de la soirée Ecozoom organisée par l’Ordre des experts-comptables de Montpellier, l’économiste Philippe Dessertine a souligné la nécessité pour la France de se lancer pleinement dans la 4e révolution industrielle, qui implique une rupture avec le système économique actuel et fondée sur la déconcentration et la « rationalité réelle ; et d'importants investissements à engager ». Les professions du chiffre ont un rôle clé à jouer.

Ouverte en présence d’un très nombreux public (400 inscrits) constitué très largement de responsables d’entreprises, la soirée Ecozoom organisée le 26 mars dernier au domaine de Verchant par l’Ordre des experts-comptables de Montpellier a d’abord permis de dresser le bilan économique de l’année écoulée en Occitanie. Une grande partie de la soirée a ensuite été consacrée à l’analyse de Philippe Dessertine, professeur des Universités à l’IAE Paris (Paris 1 -Panthéon Paris Sorbonne) et directeur de l’Institut de Haute Finance.

Selon lui, alors que l’économie mondiale s’engage dans la branche descendante du cycle avec de très probables crises prochaines qui pourraient être aggravées par les problèmes géopolitiques, il est urgent d’entrer de plain-pied dans la quatrième Révolution industrielle. Le modèle économique actuel, fondé sur les grandes concentrations humaines dans les usines et dans les villes, est lui-même source du grand défi auquel nous sommes confrontés : le réchauffement climatique. Il ne s’agit donc plus de gérer dans la continuité en se limitant à apporter de légères améliorations. Mais au contraire d’entrer en rupture avec ce système actuel.

Le « bond quantique » de la science

Philippe Dessertine © HJE 2019, Daniel Croci.

Pour Philippe Dessertine, les solutions viennent très largement de la science, qui réalise un véritable « bond quantique » avec les technologies nouvelles. Le traitement mathématique d’un nombre considérable de données (big data) et le développement des algorithmes se situent au cœur même de cette quatrième Révolution industrielle. Celle-ci se traduit déjà par de multiples applications, parmi lesquelles figurent le décodage du génome humain, l’impression 3D, le monde du digital.

Déconcentration et « rationalité réelle »

Afin d’agir concrètement, au lieu de privilégier les infrastructures contribuant au gigantisme des métropoles comme par exemple le projet du Grand Paris, Philippe Dessertine plaide pour la déconcentration. En effet, la communication désormais possible en tout point de la planète (à condition qu’il n’y ait pas de zone blanche) ouvre la possibilité d’innover au cœur même de nos territoires et des villes les plus petites. Autre argument majeur : jouer la carte de la « rationalité réelle ». Par exemple, un très grand nombre de nos courriels pourraient être traités grâce à l’intelligence artificielle, ce qui permettrait aux humains de gagner du temps pour mieux agir selon leurs compétences et imaginer des solutions nouvelles.

Aux petites entreprises de se fédérer pour créer la révolution industrielle

L’économiste évoque la deuxième révolution industrielle, celle de l’automobile et de l’aéronautique, dans laquelle la France s’est illustrée avec des ingénieurs qui ont lancé leurs activités un peu partout sur le territoire national. Selon lui, ce sont les petites entreprises qui créent la révolution industrielle. Et pour réaliser des bonds de géants, elles ont intérêt à se fédérer. Philippe Dessertine interpelle directement le public : « Dans une région comme celle-ci, tous, vous devez continuer à vous voir et à échanger. Lors d’une période de révolution industrielle, il n’y a pas de compétition, mais au contraire de la place pour tout le monde. Nous ne sommes plus dans le management de la certitude, de la réussite. Quant au principe de précaution, il n’est valable que dans une période hors révolution industrielle. Découvrir ce que font les uns et les autres aboutit à l’enrichissement de tous. C’est cet état d’esprit que nous devons commencer à avoir. »

Faire pleinement confiance aux professions du chiffre

Philippe Dessertine constate que jusqu’ici, les grandes entreprises totalement engagées dans la quatrième révolution industrielle sont soit américaines, soit asiatiques. Il appelle la France et l’Europe à investir massivement dans les activités nouvelles : « Partout en France, il y a des gens qui cherchent et des gens qui trouvent. D’autres commencent à vouloir investir dans l’économie de demain. Nous sommes très bons dans de nombreux segments fondamentaux pour la quatrième révolution industrielle. Mais malheureusement, on n’investit pas assez. Y compris au plus haut niveau de l’Etat, la nouvelle révolution industrielle n’est pas comprise. Ils n’ont pas compris que les professions du chiffre jouent un rôle capital. Non pour contrôler les déclarations fiscales, mais pour aider à l’investissement ». L’économiste souligne le rôle décisif que devraient jouer ces professions du chiffre si on les laissait se consacrer pleinement à leur rôle d’accompagnement des entreprises et à reconnaître la qualité du système d’informations financières qu’elles ont contribué à bâtir.


A lire aussi

Les chiffres du baromètre Ecozoom

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité