Roland Héguy : « Le tourisme et le monde de la nuit sont des vecteurs de paix »

Par |
restaurant

Roland Héguy est le président confédéral de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, la plus importante organisation patronale du secteur des CHRD (cafés, hôtels, restaurants et discothèques). Engagé sur de nombreux fronts politiques, économiques et sociaux, il détaille l'action de l'UMIH. Il vient par ailleurs d'être nommé président de la Confédération des Acteurs du Tourisme, créée en juin.

Tout d’abord, la représentativité de l’UMIH en tant qu’organisation patronale vient d’être officiellement quantifiée… « L’UMIH – avec ses syndicats associés – représente aujourd’hui 77 % des entreprises syndiquées de notre secteur, dont 72 % de structures indépendantes. Notre organisation patronale siège au conseil d’administration de la CPME et de l’U2P [Union des entreprises de proximité, NDLR]. Nous sommes surtout très présents au comité exécutif du Medef.
Grâce à cette représentativité, l’UMIH est le seul porte-parole de notre branche – cafés, hôtels, restaurants et établissements de nuit– auprès des pouvoirs publics. Avec plus de 100 bureaux départementaux, cette force nous permet de mener des actions très efficaces, au niveau national et au plan local.

 » Au nombre de ses actions emblématiques, l’UMIH réalise actuellement un énorme travail sur le tourisme… « Lors de la récente campagne présidentielle, nous avons rencontré les candidats. J’ai été stupéfait de constater que la plupart ne connaissaient pas le tourisme. C’est pourtant une priorité pour la France. Ce secteur représente 7,5 % du PIB, compte plus de 2 millions d’actifs, 350 000 entreprises et réalise un chiffre d’affaires annuel de 160 milliards d’euros. Pour les élections législatives, après avoir mené une campagne nationale, nous sommes allés à la rencontre des candidats, grâce à nos fédérations départementales, pour leur transmettre notre message : « Quand le tourisme gagne… C’est la France qui gagne ! ». Nous allons à présent prendre rendez-vous avec le nouveau gouvernement et les nouveaux députés pour qu’ils prennent conscience de l’importance de ce secteur. Nous souhaitons également inciter l’administration à changer d’état d’esprit. Elle doit impulser plus que pénaliser.
 » Les établissements de nuit font-ils partie intégrante de ce secteur du tourisme ? « Bien entendu. En 2014, j’ai été le premier à parler du monde de la nuit à Laurent Fabius. Dans le discours qu’il a prononcé...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.