Une rencontre avec l’Arménie, entre économie et droits fondamentaux

Par |
Arpine-Hovhannisyan-Armenie-conference-barreau-montpellier-2018
De gauche à droite : Me Amparo Domingo, présidente de l'Institut des droits de l'Homme, le Bâtonnier Bernard Béral, Mme Arpine Hovhannisyan, vice-présidente de l'Assemblée nationale d'Arménie, et Me Naïra Zoroyan, avocate et traductrice de cette rencontre. © HJE 2018, D. Croci.

A l'invitation de l'Institut des Droits de l'Homme et du barreau de Montpellier, Mme Arpine Hovhannisyan, vice-présidente de l'Assemblée nationale arménienne et ex-ministre de la Justice, a présenté les atouts économiques et l'attractivité de son pays, carrefour entre l'Orient et l'Occident, membre de l'Union économique eurasiatique (UEEA) riche de 180 millions de consommateurs. Et porte d'entrée possible pour le marché iranien. Son intervention a porté sur l'économie et les droits fondamentaux.

Le lundi 12 février, la Maison des Avocats de Montpellier a accueilli Mme Arpine Hovhannisyan, personnalité politique majeure de la République arménienne, puisque vice-présidente de l’Assemblée nationale et ancienne ministre de la Justice (2015-2017). Une présence « qui honore le barreau de Montpellier », a souligné le bâtonnier Bernard Béral, pour une intervention exceptionnelle sur le thème «Arménie : son environnement est-il favorable aux droits fondamentaux et aux investissements étrangers ?» avec la complicité de l’avocate montpelliéraine Naïra Zoroyan, traductrice pour l’occasion. Me Kirkyacharian a conjugué une Arménie fantasmée et réelle qui ne possède qu’un seul barreau, mais national. Il regroupe 2.000 avocats. Cette rencontre a confirmé les bonnes relations entre le barreau de Montpellier et le barreau arménien, qui compte de nombreux avocats francophones, et dont le bâtonnier est élu par ses pairs. 3.000 ans d’histoire entre l’Europe et l’Eurasie Située en Asie, dans la région du Petit Caucase de l’Eurasie, l’Arménie est considérée comme faisant culturellement, historiquement et politiquement parlant, partie de l’Europe. Ce particularisme géopolitique confère à l’Arménie un attrait économique certain. Carrefour entre l’Orient et l’Occident, membre de l’Union économique eurasiatique (UEEA) comportant 180 millions de consommateurs, également membre du Conseil de l’Europe, l’Arménie est aussi aujourd’hui une porte d’entrée potentielle vers le marché iranien. Ce pays grand comme la Belgique a pour frontière la Géorgie au nord et l’Iran au sud, avec lesquels elle poursuit de bonnes relations, et l’Azerbaïdjan à l’est et la Turquie à l’ouest, avec lesquels les relations diplomatiques restent tendues. Il compte près de 3,3 millions d’habitants. Sa capitale est Erevan. Mais l’Arménie dispose aussi d’une forte diaspora. « Il existerait en France plus de 500.000 personnes ayant une origine arménienne » a indiqué dans son introduction le bâtonnier Bernard Béral. « Si l’Arménie est loin, elle est historiquement proche de nous » a confirmé la présidente de l’Institut des droits de l’Homme, Me Amparo...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité