Digital learning : Studi va créer son campus à Montpellier fin 2022

Par |
Pierre Charvet, CEO et cofondateur.

Environ 800 collaborateurs (auteurs, formateurs, coachs pédagogiques…) dans deux ans, soit 300 de plus qu’en ce début d’année. C’est l’ambition poursuivie par Studi (groupe Galileo Global Education), leader français du digital learning.

Actuellement réparti sur trois sites distincts à Pérols – Les Corollys, les Latitudes et l’implantation historique, tous trois dans le Parc de l’Aéroport -, le groupe veut recentrer toutes ses activités dans un site unique, qui sera baptisé ‘Studi Center’. « Nous déménagerons fin 2022 dans un programme neuf, sur une surface comprise entre 8.000 et 10.000 m2 », confie Pierre Charvet, CEO et cofondateur. Plusieurs sites sont à l’étude : « La Zac Cambacérès, le Millénaire ou à Pérols ». Parmi les critères clés : une connexion avec le réseau de tramway et la proximité de points d’hébergement et de restauration. « En tout cas, nous nous implanterons dans cette zone très stratégique de la métropole, avec l’aéroport, l’autoroute, la gare TGV… et la promesse de la plage », souligne-t-il.

Choix au cours du 1er trimestre

Le choix définitif interviendra au cours du 1er trimestre. La location sera privilégiée à une acquisition. « Nous préférons investir des millions d’euros dans des productions de contenus, qui sont pour nous le nerf de la guerre, plutôt que dans des murs. » Studi surfe sur une croissance exponentielle, qui pousse le groupe à recruter et à faire évoluer ses structures. L’activité est diversifiée. Sur le fond, avec des modules comptabilité-finances, sport, design, mode, luxe, tourisme, art et création, ou encore une filière digitale tout juste créée (code et développement web). Les cours vont être proposés en anglais, y compris sur le marché français, « pour que les apprenants fassent d’une pierre deux coups ».


Studi vient de remporter deux gros appels d’offres nationaux :
Pôle emploi
et la Région Ile-de-France.


L’apprentissage digital s’accélère

Une action également diversifiée sur la forme, entre conception de cours écrits et vidéos, cours en direct disponibles en replay, corrections, forums… La crise du Covid-19 a accéléré le digital learning. « Notre secteur a gagné 5 ans en une seule année », souligne Pierre Charvet. A fortiori avec la mise en place par le gouvernement du CPF (compte personnel de formation), « qui permet aux usagers de décider de sa formation, dans une logique de désintermédiation. Les gens ne se sont pas encore saisis de tout le potentiel de cet outil. Mais, contrairement à ce que prétendent ses détracteurs, le CPF ne se destine pas qu’aux cadres des grandes villes. On commence à voir des apprenants niveau Bac et CAP. » Studi ambitionne de devenir le leader européen du digital learning dans deux ou trois ans. Le groupe propose 140 parcours de formation reconnus par l’État (du CAP au Bac + 5) et revendique 35.000 apprenants. Il est aussi implanté à Soissons (80 salariés), compte plusieurs studios de production à Paris et va en ouvrir un à Londres.

Hubert VIALATTE

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité