Experts-comptables et relance : comment éviter aux TPE-PME le mur de la dette ?

Par |
philippe-lamouroux-2018-ordre-expert-comptable-montpellier
Philippe Lamouroux, le président des experts-comptables de la région de Montpellier.

Philippe Lamouroux, président de l’Ordre des experts-comptables de la région de Montpellier, qui participait la semaine dernière au webinaire de la CPME 34, et Laurent Benoudiz, président de l’Ordre des experts-comptables de Paris Ile-de-France, auditionné le 27 avril par la Délégation aux entreprises du Sénat, ont émis des propositions pour éviter aux entreprises d’être confrontées au « mur de la dette ».

Philippe Lamouroux, président de l’Ordre des experts-comptables de la région de Montpellier (lire notre interview), est intervenu lors d’un très intéressant webinaire organisé par le syndicat patronal CPME 34, réunissant plusieurs personnalités du monde économique local. A cette occasion, il a dressé un rapide bilan de la situation économique locale et émis quelques propositions pour aider à la relance de l’activité après le 11 mai, si les conditions sanitaires le permettent. « C’est une crise impensable et impensée, une véritable crise cardiaque de l’économie » a-t-il dit, précisant avoir été « stupéfait par la réactivité du gouvernement et des services de l’Etat, qui sont montés en première ligne pour préserver l’outil économique ; un plan jamais vu : les services de l’Etat ont été à la hauteur de l’événement ». Il modère toutefois : « malgré l’accompagnement et les efforts de pédagogie mis en place par notre profession », la mise en place des mesures n’est pas aussi systématique. « 2 500 dossiers de chômage partiel sont bloqués, ce qui ne représente que 5 % de la demande, mais en nombre d’emplois à préserver, c’est énorme ! (…) Le gouvernement est à l’écoute ». « Le report des inscriptions au 30 avril » est, pour Philippe Lamouroux, une très bonne chose. Concernant les PGE – prêts garantis par l’Etat« globalement, ça va pas mal. Tout le monde a mis la main à la pâte. Il y a eu union des acteurs économiques, dont les banques ; ça va mieux pour l’acceptation des dossiers. Mais le taux des refus est biaisé : beaucoup de dossiers sont en attente ».

« 20 à 30 % des entreprises pourraient déposer le bilan »

Et le président de l’Ordre régional d’expliquer : « Bercy a demandé à la profession de se positionner sur la reprise. Les prévisions de reprise sont comme une sorte d’alphabet. Il y a la reprise en V, sur laquelle, je crois qu’il ne faut pas compter. Celle en U, je n’y crois pas non plus. Celle en L, que je n’espère pas. Je suis plutôt partisan de la reprise en W. Mais je suis anxieux pour la fin d’année. Nous serons confrontés à cette période à de grandes difficultés, et nous pensons que 20 à 30 % des entreprises pourraient déposer le bilan à ce moment-là ». Il explique : « la reprise va se faire en mode dégradé, avec un chiffre d’affaires limité et des coûts de procédures liées à l’ouverture des établissements en nette augmentation. Nous aurons des entreprises en activité, mais avec une faible productivité (…) Il faut trouver des mesures d’accompagnement pour cette nouvelle phase de reprise et de relance de l’activité ».
Parmi les propositions avancées, par Philippe Lamouroux :
• baisser la TVA pendant six mois de 10 à 5 %,
• mettre en place un crédit d’impôt bailleur pour permettre le report des loyers,
• que les professionnels indépendants et libéraux puissent débloquer une partie de leur contrat Loi Madelin pour se refinancer.

Philippe Lamouroux a également une nouvelle fois remercié ses confrères et consœurs, et leurs colloborateurs  (lire notre interview), pour leur engagement et leur présence en ce moment de crise. L’organisateur du webinaire, Grégory Blanvillain, président de la CPME 34, a pour sa part souligné : « Les chefs d’entreprise ont sans doute bien mesuré, avec cette crise, l’importance, le rôle et l’utilité de l’expert-comptable, si besoin en était ». Coralie Dubost, la députée héraultaise, également invitée lors de ce webinaire, faisant allusion à la Loi Pacte qui a quelque peu bousculé la profession (et notamment celle des commissaires aux comptes), a indiqué qu’au moment du vote de la loi, la proximité apportée par les experts-comptables au plus près des entreprises et le besoin de garder cette proximité étaient en débat. « Je reconnais aujourd’hui la chose » a-t-elle soufflé.

Au Sénat

Pour Laurent Benoudiz, président de l’Ordre des experts-comptables de Paris Ile-de-France, auditionné par le Sénat le 27 avril : « Le vrai sujet est de savoir si la reprise de l’activité pour l’entreprise sera suffisante pour couvrir les charges, et au-delà ». Car si la reprise d’activité coûte plus cher que le confinement, le mur de la dette ne sera pas soutenable. C’est le risque, notamment dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration, du tourisme et de l’événementiel. Parmi les propositions pragmatiques lancées par la profession et la Délégation aux entreprises du Sénat :

  • accélérer les remboursements du chômage partiel pour permettre le paiement des salaires du mois d’avril ;
  • créer une troisième voie entre plan de continuation et plan de cession, en assouplissant la procédure – aujourd’hui exceptionnelle et soumise à l’autorisation du procureur de la République – de reprise par un petit entrepreneur de sa propre activité en péril, après apurement partiel de ses dettes ;
  • pour les 5 à 10 % d’entreprises se voyant opposer un refus de prêt garanti par l’État (PGE) alors qu’elles pourraient être considérées comme viables, prévoir l’octroi, par l’État, d’une avance remboursable à hauteur de trois mois de charges, avec un plafond de prêt fixé à 50 000 euros, simple et rapide à mettre en place ;
  • pour les entreprises bénéficiant d’un PGE, passer le différé de remboursement de douze à vingt-quatre mois.

Le compte rendu synthétique de l’audition de Laurent Benoudiz, le lundi 27 avril au Sénat, est accessible à l’adresse : http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/delegation/entreprise/Reunions/2020/CR_ordre_experts_comptables_27_avril_2020.pdf


Téléchargez le dernier HJE

L’HJE (print) de jeudi dernier est en libre téléchargement ICI. ainsi que nos précédentes publications.


Fil d’actus « Coronavirus et entreprise »

Le fil d’actualités HJE spécial « Coronavirus et entreprise » est accessible sur la page d’accueil du site heraultjuridique.com. Il recense toutes les informations ministérielles et des services de l’Etat au fur et à mesure de leurs publications et mises à jour. Accès au Dossier HJE Coronavirus et Entreprise.

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité