Formation CMA34-Google « Artisans numériques » pour renforcer son attractivité

Par |
atelier-formation-numerique-artisan-cma34-google-montpellier
Sébastien Mathieu, le référent numérique de la chambre de métiers et de l’artisanat de l’Hérault, a animé cette session. © HJE 2019, Daniel Croci.

Lundi 28 mars, la première session de formation de la chambre de métiers de l’Hérault organisée dans les locaux de l’Atelier numérique Google à Montpellier a permis de roder un nouveau module destiné à renforcer l’attractivité d’une activité sur la toile et d’un point de vente local.

Selon Sébastien Mathieu, qui anime cette session, l’objet de cette formation est de présenter les outils numériques, Web, réseaux sociaux, outils d’e-mailing, de référencement, fidélisation, etc. pour attirer la clientèle vers son commerce ou son activité de service. Orientée vers les artisans et commerçants, elle est composée de deux parties : comment faire venir les gens et comment les fidéliser.

On comptabilisait 200 000 sites Internet actifs en France en 2016 ; avec une progression de + 20,5% entre 2015 et le premier trimestre 2017. Ils génèrent en moyenne 3 transactions par mois. Désormais, 31 % des achats se font par smartphone. 40 % des internautes français consultent chaque jour l’un des sept principaux sites de e-commerce (Amazon, Le Bon Coin…). Et les habitudes de consommation évoluent rapidement : 29 % des commerces proposent un service de retrait de marchandises sur le point de vente (click and collect).

Les annuaires en ligne spécialisés

Sébastien Mathieu a proposé un éclairage dense et exhaustif des astuces utiles pour être plus performant sur la Toile. La diversité de l’offre devrait pouvoir apporter une réponse à chaque type d’activité et taille d’entreprise. L’APCMA – portail des chambres de métiers et de l’artisanat – a ainsi développé le site Choisir mon Artisan, plateforme relais spécifiquement dédiée aux entreprises artisanales ressortissantes et qui s’inscrit aux côtés des sites Yelp, Justacôté… Les annuaires en ligne spécialisés par secteur ont aussi leur importance, comme TripAdvisor ou La Fourchette pour l’hôtellerie-restauration, Travaux.com pour le bâtiment ou Houzz pour l’architecture et la décoration d’intérieur.

Pour les premiers pas sur le Net, l’annuaire Google My Business a l’avantage d’être gratuit, de proposer une cartographie et la géolocalisation (via Google Maps) et outre les coordonnées de l’entreprise ou du commerce, d’y associer des avis d’utilisateurs dont ceux postés sur Facebook si vous disposez d’une page dédiée. « Les photos insérées doivent être de qualité ;  elles sont la représentation directe de ce que vous proposez. Misez sur la qualité d’image » prévient Sébastien Mathieu.

Créer son site, deux solutions…

Pour la création de son site Internet en propre, deux solutions : créer un site vitrine ou un site d’e-commerce. L’arbitrage doit être fait en fonction de l’usage qui en sera fait. Le site vitrine est une simple carte de visite et de contact, alors que le site d’e-commerce fait entrer dans une dimension business. Quelle racine choisir pour son URL : .com ou .fr ? « Les deux, c’est mieux » précise Sébastien Mathieu, notamment pour ne pas se faire piquer le nom de son activité :  « En local, le .fr – plus made in France – est plébiscité par 82 % des internautes français. Donc ne pas faire l’impasse ». Les sites doivent être responsive, c’est-à-dire accessibles sur tous les écrans. Les fournisseurs de sites automatisent ce process qui permet d’accéder indifféremment à votre site depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette. « C’est un point important pour être bien référencé par Google. »

Un référencement naturel pas si naturel que ça en fin de compte, et que l’on se doit bien travailler et prévoir en amont de la création du site. Les solutions mobiles ont aussi leur importance. 72 % des consommateurs comparent désormais les prix sur smartphone, 68 % s’informent sur des revues produits avant d’acheter, 50 % des recherches effectuées via le mobile donnent lieu à un achat, 95 % des recherches par smartphone sont des recherches locales, 61 % des personnes visitent avant d’acheter, 59 % appellent, et 90 % agissent dans les 24 heures… D’où l’intérêt de maîtriser l’ensemble des outils Internet. Cette formation CMA – trois heures d’informations et d’astuces utiles – devrait s’avérer particulièrement suivie par les professionnels qui souhaitent développer leur clientèle et la fidéliser.

A lire aussi

Nos articles sur la CMA

Notre article sur Google Atelier numérique Montpellier

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité