« God save the boss »

Par |

Une université d’été transformée en REF - Rencontre des Entrepreneurs de France - pour le deuxième round de Geoffroy Roux de Bézieux. Avec comme un grand coup d’époussette sur le rendez-vous estival du Medef rassemblé sous la bannière un brin subversive : No(s) Futur(s).

Migration de Jouy-en-Josas et son campus à l’hippodrome de Longchamp pour cette première édition 2019 de l’université d’été du Medef, proposée sous le nom de Rencontre des Entrepreneurs de France. Et une équipe ministérielle au galop de chasse, omniprésente, pour une thématique 2019 extra-large comprenant pêle-mêle des réflexions, débats et idées sur le climat, les inégalités, les conflits, et un capitalisme de demain pas forcément bâti sur les cendres d’hier. Pour la vieille garde, le changement est un tantinet désorientant. Nouveau concept, nouveau format, nouveau finish, cette REF19 comme on la surnomme serait plutôt rafraîchissante, si ce n’est le côté un peu anxiogène des interventions qui, mises bout à bout, foulée dans foulée, font du futur proche une sacrée course à handicaps multiples. Sans se départir bien sûr, d’un zeste d’optimisme et surtout d’audace, marque de fabrique du mandat GRB, Geoffroy Roux de Bézieux. Punk’s not dead ! L’arrivée du président du Medef pour l’inauguration de la toute première REF de l’histoire sur God save the queen des Sex Pistols a pris certains anciens de court ! Si le mouvement punk se complaît dans la révolte et l’anarchie, les représentants patronaux auront préféré, sans distorsion aucune, parler de révolution. Il s’agit bien d’une réaction face à un échec, qu’il soit flower power, Thatcherisme, ou compétitivité des entreprises. Un rejet plus ou moins violent du système, et une tendance affirmée aux solutions alternatives. Au final, ces deux univers-là s’accorderaient plutôt bien. Neutralité carbone. Un vent nouveau a soufflé sur la grand-messe patronale à l’heure de ses 21 ans, millésime d’émancipation, pour un Medef décomplexé, sans cravate ni tabou, même après la dérobade de Marion Maréchal qui ne sera finalement pas venue parler populisme. Pas besoin de sensationnel pour remplir l’affiche. Morceaux choisis, en préambule, par le président Roux de Bézieux :...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité