Vignes et Patrimoine : Mas de l’Oncle, quand Ricciotti s’efface pour laisser parler la vigne

Par |
vignes-patrimoine-masdeloncle-picSaintLoup-herault
Une sculpture de Matthieu Pilaud devant le chai du Mas de l'Oncle signé Rudy Ricciotti. © Mas de l'Oncle

La rencontre est belle : la vigne, l’architecture, l’art monumental… avec en toile de fond, la magnificence du pic Saint-Loup. Dans ce creuset nature, Fabrice Bonmarchand mêle passion, émotions et convictions. Il invite la sculpture dans son vignoble déjà orné d’une œuvre singulière : un chai conçu par Rudy Ricciotti, architecte de renommée internationale. Sa démarche œnotouristique est originale à plus d’un titre. Fabrice a fait appel au crowdfunding pour réaliser un parcours artistique inédit au cœur du Mas de l’Oncle, entre cultures et Culture.

Un œnotourisme qui mise sur l’architecture, l’art et la qualité de la production… Le Domaine Mas de l’Oncle poursuit sa démarche originale de mise en valeur de sa production vinicole estampillée Pic-Saint-Loup. Fabrice Bonmarchand, ex-ingénieur en bâtiment, s’est converti à la vigne. En 2011, il a repris le Domaine Mas de l’Oncle, qui s’étend sur 15 hectares. Depuis, il propose de nouveaux services attirant une clientèle nouvelle. Notamment par une montée en gamme de sa production et par la création d’un pôle œnotouristique dédié à l’architecture. Il a ainsi investi 2 millions d’euros dans un nouveau chai signé par le fameux architecte Rudy Ricciotti, plébiscité pour son Musée de la Romanité à Nîmes, le Mucem à Marseille, le Louvre Lens…

 

Ce chai de 1 300 m2 sur deux niveaux est proposé à la visite six jours sur sept. Le sous-sol en béton très « ricciottien » abrite les installations de vinification, l’élevage des crus et le laboratoire œnologique ; le premier niveau tout en bois sert de bâtiment d’accueil et de caveau de dégustation.  Le site de production et d’accueil est complété par une salle de réception pouvant accueillir des séminaires, et par une boutique et des hébergements (2 gîtes avec vue sur le pic Saint-Loup – compter 150 euros la nuitée en haute saison).

 

 

« C’est un chai sans prétention extérieure. Ici, il faut laisser parler la nature, l’architecture doit s’effacer derrière les paysages » avait dit l’architecte lors de l’inauguration du bâtiment. Mais comment convaincre un architecte tel que Rudy Ricciotti de s’intéresser à un projet en pic Saint-Loup ? Du temps où il était dans le monde du BTP, Fabrice Bonmarchand a collaboré avec le talentueux concepteur sur le Musée Jean-Cocteau de Menton. Il a appris plus tard que celui-ci avait conçu un chai à Gassin, dans le Var. D’où l’idée de lui parler de son projet, auquel le « rebelle de l’architecture » a adhéré d’emblée. Un avantage très médiatique pour la démarche œnotouristique du Mas de l’Oncle.

L’Art en pleine nature

Fabrice Bonmarchand ajoute une nouvelle corde à son « Art » ! Le vigneron veut créer un parcours pédagogique en visite autonome ou guidée autour de la vigne et de l’art monumental. Prévu sur trois ans, il permettra d’associer sur 6 hectares de vigne, des œuvres d’art monumentales  qui feront l’objet d’un concours annuel. L’œuvre lauréate sera ensuite achetée par le domaine pour être exposée. Fabrice Bonmarchand souhaite également ouvrir des espaces d’exposition. Il est à la recherche de financements – de 400  à 500.000 euros – pour concrétiser sa nouvelle démarche artistique. Le projet est en cours, précise-t-il : « Nous avons fait l’acquisition sur fonds propres de deux pièces pour lancer le projet de parcours d’art. Les œuvres monumentales de l’artiste parisien Matthieu Pilaud ont été mises en place au mois de juin. Nous avons été séduits par des pièces en bois qui avaient été exposées par la communauté de communes  il y a quelques années sur les contreforts du pic Saint-Loup. Elles font un lien direct avec l’architecture de notre chai, qui est tout en bois ». Fabrice Bonmarchand est actuellement en discussion avec un organisme bancaire pour financer une partie de son projet de valorisation œnotouristique par l’art.


Autre projet : le domaine produit 150 000 cols par an (essentiellement en rouge, 2 vins blancs et 1 rosé) qu’il commercialise à 80 % en France. Il projette l’acquisition d’une chaîne d’embouteillage pour parfaire son autonomie. Un investissement de 200 000 euros qui devrait trouver son aboutissement d’ici six à huit mois.


Mas de l’Oncle

Route de Montpellier – D17 – 34270 Lauret
Tel. : 04 67 67 26 16.
Site : www.masdeloncle.com


Les autres articles « Vignes & Patrimoine »

Vignes et patrimoine : Château Capion, au plus près des « stars » et des étoiles

• Vignes et Patrimoine : Vins, arts et féerie nocturne interactive à l’Abbaye de Fontfroide

• Vignes et patrimoine : Vignobles Foncalieu, un palais Art nouveau pour vitrine

• Vignes et patrimoine : château de Flaugergues, l’innovation entre dans l’Histoire

• Vignes et patrimoine : l’AOP Terrasses du Larzac entre au musée de Lodève

• Vignes et Patrimoine : Mas de l’Oncle, quand Ricciotti s’efface pour laisser parler la vigne

• Vignes et Patrimoine : AOP Faugères, les « Grands Vins de Nature » s’engagent !

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité