Isabelle Husser, traiteur pour l’événementiel : innover pour anticiper la reprise

Par |

La société Husser Traiteur a été créée à Montpellier en 2000. Installée à Garosud depuis 2007, l’entreprise s’est développée grâce à son savoir-faire. « Malheureusement, tout s’est arrêté mi-mars », regrette Isabelle Husser, cogérante de l’entreprise avec son mari.

« Au début de la Covid, franchement, on ne pensait pas que cela allait être aussi brutal. Puis les annulations sont tombées en cascade. On pensait recommencer tout doucement en juin-juillet pour remonter en septembre à 60 % à 70 % de notre activité, puis à 90 à 100 % en fin d’année. Aujourd’hui on nous parle de fin du printemps, voire plus tard » explique Isabelle Husser.

Au manque de perspectives s’ajoute l’inquiétude de pouvoir, ou non, tenir. « Nous misions sur un chiffre d’affaires de 3 à 3,5 millions d’euros cette année ; nous ferons très péniblement 1 million d’euros. On pense aussi fortement aux salariés avec qui notre entreprise a grandi. Il y a un véritable savoir-faire que l’on veut pérenniser. »

Avec une incidence en termes d’emplois : « Avant la période Covid, nous employions une vingtaine de salariés permanents et 60 à 100 extras ou intérimaires en fonction des besoins ». Aujourd’hui, l’entreprise sollicite ses collaborateurs en fonction des quelques missions qu’elle parvient à glaner. « Notre activité est quasiment à zéro. On prend les affaires au fur et à mesure… C’est au jour le jour. »

Isabelle Husser, Husser Traiteur © HJE 2020, Daniel Croci

L’entreprise, implantée à Garosud Montpellier et qui rayonne sur un triangle grand Sud, de Toulouse à Valence et Marseille, fait l’essentiel de son chiffre d’affaires sur la région montpelliéraine. Sa clientèle est celle des entreprises, des congrès essentiellement montpelliérains, mais aussi événementielle, notamment pour les cocktails suivant les concerts.

« Habituellement, les mariages, activité importante pour nous, débutent en avril jusqu’à octobre. Cette année, nous avons pu en organiser quelques-uns en août et septembre. Depuis, tout a été reporté à 2021. Certains couples évoquent même 2022 et disent avoir peur de la pandémie. Je ne suis pas convaincue que le vaccin libère tout », s’interroge Isabelle Husser.

« On vit un truc de fou »

« Je veux garder un discours positif, mais on vit un truc de fou ! » analyse Isabelle Husser. « Je ne peux pas dire que c’est ma vie qui bascule – car ma vie c’est ma famille –, mais il y a tellement d’investissement personnel dans une entreprise. Surtout lorsque l’on travaille en couple. L’entreprise est dans toutes nos discussions. On a mis des années à faire cette entreprise, et le plus angoissant est que son avenir ne dépend plus de nous ».

Pour autant, « on ne décrochera pas », affirme-t-elle. Pour l’instant, les Husser s’adaptent à une situation qui ne dépend pas d’eux, sans date de reprise ni visibilité. « Les gros événements pour lesquels nous étions sollicités ne se relancent pas comme ça du jour au lendemain. C’est tout un écosystème qui doit se remettre en marche, en lien avec les hôtels, les taxis, les prestataires des salons et congrès professionnels… Il faudra certainement aussi remotiver certains salariés. »

Si Isabelle Husser dit ne pas avoir encore pensé à arrêter son activité de traiteur, elle consent : « Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui les perspectives sont en demi-teinte qu’il n’y a pas d’avenir. Nous faisons chiffrer des investissements potentiels dans du nouveau matériel pour nous diversifier ».

Rester positif et continuer à créer et inventer

Jusqu’aux dernières annonces gouvernementales, les Husser n’étaient pas concernés par le fonds de solidarité, mais cela a évolué en novembre avec l’élargissement du FDS… « En même temps, nous avançons. Nous avons fait appel au chômage partiel et souscrit un PGE – Prêt Garanti par l’Etat. La banque a d’ailleurs suivi sans problème », précise Isabelle Husser. Elle ajoute : « Il nous faut profiter de cette période pour expérimenter de nouveaux concepts, de nouvelles créations gastronomiques ». Elle songe même à une diversification en ajoutant une nouvelle branche d’activité à l’entreprise.


A lire aussi

• Cabiron, Germain, Husser, Lallemand : les traiteurs de l’événementiel face à l’actualité Covid [Vidéo]


La société Husser vient de lancer une nouvelle gamme dédiée aux entreprises. « Depuis une semaine, nous proposons une nouvelle offre aux chefs d’entreprise pour le mois de décembre : un plateau gastronomique de Noël. La commande peut être groupée, et nous avons mis en place un click and collect et la récupération devant nos locaux. » La combi by Husser avec entrée, plat, fromage et dessert, en deux versions poisson ou viande, est commercialisée au prix de 35 euros HT. Pour 5 euros HT supplémentaires, une bouteille de champagne est jointe. Soit un menu gastronomique hautement savoureux pour 40 euros HT.

Husser Traiteur poursuit également les livraisons en entreprises de cocktails sur mesure, et propose sa délicieuse gamme de saumon fumé et de foie gras maison, dont la réputation n’est plus à faire. Parmi ses clients fidèles figure le Club de Handball de Montpellier, pour lequel « Nous avons mis en place un click and collect pour la livraison de plateaux, soit au club, soit devant nos locaux ».

Un repère pour les professionnels de l’événementiel

Traiteur Husser a également participé activement à la création de l’association Repère Méditerranée, présidée par Grégory Blanvillain. Celle-ci entend fédérer les acteurs de l’événementiel directement touchés par la Covid, dont les traiteurs événementiels (voir notre édition n° 3333 du 12 novembre 2020).

Côté doléances, outre la volonté d’exercer à nouveau pleinement son métier-passion, Isabelle Husser est en attente de mesures sérieuses, équitables et faisant appel au bon sens : « Nos entreprises ont tout de suite pris la mesure de l’ampleur de la crise sanitaire et mis en place les protocoles sanitaires, et nous avons formé nos salariés… En septembre, nous avons pu organiser des prestations pour un rassemblement de plusieurs centaines de personnes validé par la préfecture, sans cluster déclaré ! Aujourd’hui, on maintient fermés les restaurants ou les remontées des stations de ski, mais les transports en commun se font sans jauge et certains lieux culturels clos vont accueillir du public. Si j’aime la culture et qu’il faut la défendre, il faut être cohérent. En attendant un possible vaccin, la base du retour d’une économie forte viendra de la prise de conscience et de la responsabilité de tous et de chacun pour ne pas obérer l’avenir. Il en va de la survie de nos entreprises ».

Propos recueillis par Daniel CROCI


Infos pratiques

Husser Traiteur
Courriel : contact@hussertraiteur.fr / Tél : 04 67 02 03 04.
facebook.com/hussertraiteur / Site : hussertraiteur.fr


A voir aussi

• Bernard Cabiron, les attentes des traiteurs de l’événementiel, interview-vidéo

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité