jesoutiensmescommercants.montpellier.fr : la ville de Montpellier lance un site e-commerce pour ses commerçants

Par |
ville-montpellier-lance-plateforme-ecommerce-de-proximite

Opérationnelle dès le lundi 9 novembre, la plateforme d'e-commerce jesoutiensmescommercants.montpellier.fr veut fédérer les quelque 6000 commerçants de la ville. Plusieurs mesures et exonérations fiscales viennent également soutenir l'économie et les commerces locaux. Objectif : aider le petit commerce et la production locale à franchir le cap du second confinement.

Une plateforme gratuite pour les commerçants

Les initiatives pour aider les commerces de proximité et les producteurs locaux se multiplient. Mais, dans un contexte de crise sanitaire et de second confinement, abondance d’initiatives ne saurait nuire. En effet, après l’annonce hier (4 novembre) de la Région Occitanie (lire notre article), et un peu plus tôt en semaine d’un click and collect municipal à Béziers, la Ville de Montpellier a annoncé ce jeudi 5 novembre le lancement d’une plateforme d’e-commerce gratuite pour ses ressortissants commerçants.

La plateforme en ligne jesoutiensmescommercants.montpellier.fr, sera opérationnelle dès lundi prochain (9 novembre). Conçue en lien avec la CCI, elle va être promue par 8 opérateurs agents de la mairie qui vont contacter individuellement les commerçants et les inviter à se digitaliser. Le but ? « Il est simple, prévient le maire Michaël Delafosse. Certes, il y a une fermeture des commerces, mais il faut accompagner les commerçants qui le veulent. Et il faut s’adresser aux Montpelliérains et leur dire que s’ils doivent aller sur Internet, ce n’est pas sur Amazon. Un acte d’achat est un acte de responsabilité. Nous invitons à acheter responsable donc en proximité et local » a déclaré le premier magistrat.

je-soutiens-mes-commercants-montpellierCette plateforme numérique permettra notamment aux commerçants de :
– valoriser leur offre de produits disponibles à la vente (photos des produits, descriptions, tarifs, modalités d’achat, de livraison et de retrait…),
– proposer des livraisons ou des retraits en magasins,
– pour les boutiques qui ne proposent pas encore ce service, mettre en avant leurs coordonnées mail et téléphoniques afin de les mettre en relation avec les Montpelliéraines et les Montpelliérains.

Cette vitrine présentant les boutiques montpelliéraines pour faciliter le développement des retraits en magasins fermés sur rendez-vous – le click and collect – et la livraison fédérera artisans, chausseurs, fleuristes, libraires, restaurateurs, boulangers, pâtissiers, …

Le projet est porté par la ville de Montpellier en partenariat avec CCI Hérault, la Chambre des métiers et de l’artisanat de l’Hérault,la CPME Hérault, le Réseau Medef Hérault Montpellier , l’Union des Entreprises de proximité Hérault (U2P Hérault).

Un concept étendu à la métropole ?

La plateforme ressemblera au portail virtuel lancé pour l’Antigone des associations, et qui est d’ailleurs pérennisé. On pourra faire sur la nouvelle plateforme des actes d’achat, de réservation, de livraison… Elle proposera la présentation des établissements et produits (photos, liens web…) et, grâce à la CCI et ses experts, le paiement en ligne, la livraison et le click and collect seront intégrés à la plateforme. Les commerçants auront à leur disposition les outils réseaux comme Facebook, Twitter… Une hotline permettra de renseigner les commerçants, et des formations sont envisagées avec la CCI.

Pour Michaël Delafosse, le maire de Montpellier : « Dans la crise, il faut être le plus innovant possible pour accompagner l’économie et le commerce de proximité. Près de 6 000 commerçants peuvent rejoindre la plateforme, et plus nous en aurons, plus la plateforme sera attractive (…) Je parle d’une mobilisation générale. L’enjeu est : combien de commerçants auront résisté à la fin de cette crise ? ». Si le concept séduit d’autres maires de la Métropole, la plateforme sera étendue aux commerces des communes de la métropole montpelliéraine. « Un jour, il n’y aura plus la crise, mais la plateforme continuera à exister comme celle des Associations Antigone, en lien avec les acteurs du territoire et Cyril Meunier, vice-président de la métropole délégué au Tourisme, qui vient d’ailleurs d’être élu président de Montpellier Events. Il s’agit d’en faire une vitrine pour les touristes qui viendront sur notre territoire. Nous devons préparer l’avenir. »

Des plateformes complémentaires

Quant aux lancements de différentes plateformes, Michaël Delafosse a voulu éteindre d’emblée toute critique et toute confusion : « Il n’y a pas de polémique. Cette plateforme est une réponse montpelliéraine qui viendra en complément de celle de la Région. Je salue d’ailleurs le travail de Carole Delga dont #Dansmazone va aider les commerces des petites communes qui n’ont pas les moyens de mettre en place ce type de service. Montpellier disposera de sa plateforme qui sera accessible, bien sûr, depuis celle de la Région. »

Pour André Deljarry, le président de la CCI Hérault : « La chambre consulaire s’est mobilisée autour de Max Ruffo (le concepteur web de la plateforme). Cette plateforme, qui demeurera pérenne, doit contribuer à faire du chiffre d’affaires additionnel. Le click and collect pourra être étendu aux drives, restaurateurs, livraisons à domicile… Nous vivons un véritable tsunami. Les commerçants avaient investi dans des stocks pour préparer les fêtes de fin d’année, période qui représente 30 % du CA d’un commerce traditionnel. Nous continuerons à nous battre pour la réouverture des commerces. Il faut que l’on arrive à avoir un équilibre entre crise sanitaire et économie. Un kit numérique est également mis à la disposition des commerçants par la CCI ; il inclut tous les conseils de mise en œuvre d’une solution digitale ».  

D’autres mesures en faveur du commerce de proximité

Michaël Delafosse a ensuite annoncé de nouvelles mesures en faveur de l’économie locale et du commerce de proximité :

• Aide au loyer professionnel : le 13 novembre, en conseil de métropole, sera voté le dispositif de l’aide au loyer. Auparavant destiné aux bars et salles de sport, il sera étendu à l’ensemble des acteurs économiques impactés par les restrictions d’ouverture. Il viendra en complément financier des aides de l’Etat. « De 500 à 1 000 euros, selon le chiffre d’affaires réalisé en N-1, a précisé Michaël Delafosse. L’instruction et le paiement devront être rapides. » 

• Exonération totale des droits de marché. Cela  représente un budget de 400 000 euros sur les finances de la Ville.

Exonération des droits de terrasse (restaurants, bars…) pour l’année 2020 (du 16 mars au 31 décembre). Les recettes pour la Ville sont en moyenne de 13 000 € par an, par établissement. Le coût de cette mesure pour la collectivité est de 1,2 M€.

Abattement des deux tiers de la CFE. L’Etat finançant la moitié de cette mesure, l’autre moitié est prise en charge par la Métropole. 

Le Fonds L’Occal (des avances remboursables d’aide à la trésorerie et des subventions d’investissement pour anticiper les demandes de réassurance des clients et financer des aménagements d’urgence) a été élargi par la Région aux entreprises culturelles, sportives et événementielles : « Nous allons, conjointement avec la Région, continuer à abonder ce fonds ».

• Un Fonds d’aide aux animations de 120.000 euros. Avec la CCI et la Chambre de métiers (CMA) la Ville crée un fonds d’aide aux animations dans les quartiers. La Ville abonde à hauteur de 100.000 euros, les chambres consulaires participant chacune à hauteur de 10.000 euros. Le fonds s’adresse principalement aux associations de commerçants. « C’est aux associations de commerçants d’être créatives pour renforcer l’attractivité du centre-ville et des quartiers, mais je sais qu’elles le sont » a conclu Michaël Delafosse. 

Les illuminations de Noël préservées

Côté culture et animations : « Je ne sais pas jusqu’à quand les commerçants vont être impactés, a indiqué Michaël Delafosse. Mais nous préparons les fêtes de Noël. Les mesures qui participent à la féerie de Noël, celles qui mettent de la joie dans les regards des enfants, seront maintenues ». Il n’y aura pas de globe terrestre lumineux sur la Comédie ; « un autre choix a été fait, il sera bientôt dévoilé. Il y aura une très grande ambition dans l’Ecusson et les quartiers. Je n’imagine pas une ville triste dans ce contexte de crise sanitaire ». 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité