Le Comité exécutif du Conseil national de l’Industrie enclenche la relance

Par |

La mission du Conseil national de l’industrie est d’éclairer et de conseiller les pouvoirs publics sur la situation de l’industrie et des services à l’industrie en France, aux niveaux national, territorial et international, en intégrant les enjeux à l’export.

Présidé par le Premier ministre et vice-présidé par Philippe Varin, le CNI réunit les entreprises et les représentants des salariés autour de thèmes stratégiques comme la formation, l’innovation, le financement des entreprises, l’économie circulaire ou encore le développement international. Il est doté d’un Comité exécutif resserré ayant un rôle d’orientation et de pilotage des travaux, qui se réunit chaque trimestre.

Une réunion du CNI le 25 mai

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, ont présidé, lundi 25 mai, une réunion en visioconférence du comité exécutif du Conseil national de l’industrie (CNI).

Bilan et préparation de la relance

Dans un premier temps, un point a été fait sur la situation actuelle de l’industrie et les conditions de la reprise : avec le déconfinement, le taux moyen d’activité de l’industrie est à présent supérieur à 60 %, et en hausse constante depuis le début de la crise sanitaire. Des temps d’échanges ont ensuite été consacrés à la préparation de la relance économique et à l’enjeu essentiel que constitue le capital humain en cette période de crise.

Philippe Varin, vice-président du CNI et président de France Industrie, et les membres du Comex (représentants des industriels, organisations syndicales et personnalités qualifiées) ont pu échanger avec l’exécutif sur les remontées des 18 Comités stratégiques de filières (CSF) afin d’élaborer ensemble des mesures fortes pour la reprise et la relance de l’industrie, après la crise liée au Covid-19.

Des préconisations

Les axes de travail suivants ont ainsi été identifiés par le CNI :

1.    Aider de manière ciblée les secteurs les plus durement affectés en construisant des plans de soutien sectoriels ambitieux, qui seront annoncés rapidement pour les filières automobile et aéronautique ;

2.    Préserver la compétitivité des entreprises en soutenant à court terme leur santé financière, tout en menant les efforts pour une réforme ambitieuse de la fiscalité de production ;

3.    Soutenir massivement l’investissement pour transformer notre économie afin de maintenir les ambitions du Pacte Productif en matière d’innovation, et de renforcer notre stratégie de relocalisation des productions les plus critiques en matière de souveraineté économique ;

4.    Accélérer le verdissement de l’économie et la décarbonation de l’industrie en identifiant les opportunités de transition écologique permettant une relance de l’industrie française : décarbonation de la production, développement de l’économie circulaire, rénovation énergétique des bâtiments…

5.    Valoriser le travail et soutenir l’emploi, car l’industrie reste gravement touchée par la crise sanitaire, et il faut des mesures fortes en faveur du maintien de l’emploi, de la formation et de l’apprentissage.

La sortie de crise passera en effet par l’investissement dans le capital humain, en particulier les jeunes, selon le CNI. Le dispositif d’activité partielle inédit mis en place par le gouvernement pendant la crise a permis à de nombreuses entreprises de se maintenir et la suite de ce dispositif doit désormais être envisagée. De nouveaux dispositifs sont à prévoir pour accompagner et renforcer les dispositifs de formation et d’emplois des jeunes, affirme le CNI.

Le comité exécutif rappelle que les formations peuvent être utilisées en complément du dispositif d’activité partielle et sont un outil d’adaptation des besoins en compétences des entreprises. L’emploi des jeunes est en effet un enjeu crucial en cette période de crise, afin d’accompagner l’entrée dans la vie active.

Enfin, le CNI estime que la mobilisation pour l’égalité professionnelle doit être accentuée pour augmenter l’attractivité de l’industrie. Un Guide des bonnes pratiques innovantes en matière d’égalité femmes hommes dans l’industrie a été rédigé par le Conseil de la mixité et de l’Egalité professionnelle du CNI et vient en appui de l’Index de l’Egalité professionnelle. Une consultation d’un mois est lancée dès à présent sur le guide, en particulier auprès des Comités Stratégiques de Filières, du collectif IndustriElles et des Territoires d’Industrie. Une campagne de communication autour des rôles modèles dans l’industrie sera lancée pour mettre en valeur les femmes partout sur les territoires.

 

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité