Le risque routier en entreprise – Un enjeu majeur de formation

Par |

Alors que la route est la première cause de mortalité au travail (44% des décès), la formation au risque routier est théoriquement obligatoire. La nouvelle charte en 7 points #routeplussure vient d’être publiée, ainsi qu’une nouvelle norme Afnor sur la prévention du risque routier…

Conduire est une activité prenante dans la vie des salariés : plus de dix heures en moyenne par semaine. Si les ambulanciers, commerciaux, facteurs et chauffeurs routiers se déplacent tous les jours en véhicule pour travailler, beaucoup de salariés roulent également vers leur lieu de travail. Le risque routier a longtemps été ignoré des pouvoirs publics, mais Emmanuel Barbe a le souci de mettre en place un certain nombre de mesures pour faire baisser l’accidentologie française, qui n’est pas un cas unique en Europe. La France comptait 5,4 décès pour 100.000 habitants en 2015, versus 3,6 en Espagne, 4,3 en Allemagne, 2,7 en Suède, 9,5 en Roumanie et 9,8 en Bulgarie. La législation du travail oblige les chefs d’entreprise à évaluer et consigner les risques liés aux déplacements de leurs salariés dans un document unique, à mettre en place, « des mesures de prévention ciblées sur les déplacements, véhicules, communications et compétences » (articles L. 4121-1 et -2 du Code du travail). Une épée de Damoclès pour les employeurs S’il n’existe pas de sanction au sens littéral du terme dans les textes, en cas d’accident, « des poursuites pénales pourront être engagées contre l’employeur pour homicide ou blessures involontaires (articles 121-3, 221-6, 222-19, R. 625-2 et R. 622-1 du Code pénal) si, par ses manquements, il a créé ou laissé créer une situation dangereuse conduisant à l’accident ». Quelques principes de base doivent éveiller les consciences pour protéger des salariés, en contrôlant les véhicules (entretien, état), l’environnement (météo, revêtements, trafic), le conducteur (conduite sous psychotropes, médicaments, vision, fatigue), le déplacement (organisation du parcours, points GPS préalablement enregistrés, planification des temps de pause) et la réglementation (obligations des salariés et de l’employeur, respect du Code de la route, limites de chargement et des temps de conduite). Sur la voie publique, le salarié est considéré...

Article réservé aux abonnés

Édition papier et numérique pour 48 € par an

Commentaires

Vous devez être abonné pour commenter.

Abonnement newsletter

L’actualité juridique et économique de l’Hérault toutes les semaines dans votre boite mail.

En renseignant votre adresse email, vous accepter de recevoir nos derniers articles par email et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité